Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Vers une participation de la Syrie à la conférence d’Annapolis

Vers une participation de la Syrie à la conférence d’Annapolis

Revue de la presse israélienne du service de Presse de l’ambassade de France en Israël

lundi 19 novembre 2007
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Le Premier ministre Ehud Olmert et le président de l’Autorité palestinienne Mahmud Abbas doivent se rencontrer aujourd’hui dans l’espoir de parvenir à une percée dans les négociations en vue de la conférence d’Annapolis. Hier, rapporte le Yediot Aharonot, les équipes de négociation n’étaient toujours pas parvenues à se mettre d’accord sur le texte d’une déclaration commune.

Selon un haut responsable israélien cité par le journal : « A l’heure actuelle, il n’y a pas de déclaration commune avec les Palestiniens. Ils essayent, semble-t-il, d’obtenir des résultats en durcissant leurs positions. Ils sont en fait revenus aux revendications qu’ils avaient au début des négociations. Si nous ne parvenons pas à élaborer une déclaration commune, il y aura deux déclarations à Annapolis, une israélienne et une palestinienne ».

Du côté palestinien aussi, ajoute le Haaretz, on était hier pessimiste. Un officiel palestinien impliqué dans les pourparlers a qualifié la conférence de « stupide », ajoutant : « la seule raison pour laquelle l’Autorité palestinienne vient à Annapolis et n’annule pas sa participation est la crainte d’être vue dans le monde comme ne voulant pas la paix, comme cela a été le cas après Camp David ».

Ces derniers jours, ajoute le journal, l’essentiel du travail des équipes de négociation a été de dégager les points précis d’accord et de désaccord entre Israël et les Palestiniens afin de permettre à Ehud Olmert et Mahmud Abbas de trancher sur ces sujets.

La ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, qui dirige les négociations du côté israélien, a affirmé que les négociations se poursuivaient : « même si ce n’est pas simple, je suis convaincue que dans les prochains jours nous réussirons à lancer le processus ». Le Premier ministre Ehud Olmert a quant à lui déclaré : « la conférence d’Annapolis ne peut être un échec car le fait même qu’elle se tienne est un succès. Il s’agit du lancement des négociations et l’objectif est de créer un soutien international au processus bilatéral entre les Palestiniens et nous ».

Selon le Maariv, si Israël et les Palestiniens ne parvenaient pas à se mettre d’accord sur une déclaration commune, l’événement principal de la conférence d’Annapolis serait alors le discours de George Bush dans lequel il exposera une « vision » actualisée pour le Proche-Orient et les grandes lignes d’un accord historique entre Israël et les Palestiniens, permettant ainsi à Ehud Olmert et à Abou Mazen de donner l’impression d’avoir trop cédé. Ce discours pourrait être aussi mis par écrit sous la forme de lettres adressées aux différents dirigeants.

Le Yediot Aharonot ajoute que le roi Abdallah II de Jordanie a effectué hier une visite inattendue à Damas afin de convaincre le président Bachar Assad d’envoyer à la conférence d’Annapolis un représentant de haut rang et de ne pas se contenter de l’ambassadeur à Washington. Le journal note que le souverain hachémite ne s’était pas rendu en Syrie depuis près de quatre ans.

Par ailleurs, en fin de semaine, Gamal Moubarak, le fils du président égyptien, s’est entretenu à Aqaba avec le roi Abdallah. Cette rencontre discrète aurait eu pour objectif de coordonner les positions égyptienne et jordanienne en vue de la conférence d’Annapolis. Les deux pays cherchent également à convaincre le roi Abadallah d’Arabie Saoudite d’élever le niveau de représentation de son pays à la conférence. Pour l’heure on ignore si le ministre saoudien des Affaires étrangères ou le conseiller pour la sécurité nationale seront présents à Annapolis

Jeudi prochain, treize ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe se rencontreront au Caire afin d’adopter une position commune concernant la conférence d’Annapolis. Les ministres, écrit le journal, devraient demander à ce que soit remise à l’ordre du jour l’initiative de paix saoudienne qui prévoit la normalisation avec Israël en échange d’un retrait de tous les territoires conquis en 1967.

Tzipi Livni : L’Etat palestinien est une solution nationale pour les Arabes israéliens

Le Haaretz rapporte que des députés arabes, ainsi que des députés du parti travailliste, ont condamné hier les propos de la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, qui a déclaré que le futur Etat palestinien représenterait une solution aux aspirations nationales des Arabes israéliens.

Lors de sa conférence de presse conjointe avec le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner, Mme Livni a déclaré : « l’Etat palestinien qui sera créé ne sera pas une solution uniquement pour les Palestiniens qui vivent en Cisjordanie. Il doit aussi offrir une solution nationale globale pour ceux qui se trouvent dans les camps de réfugiés et pour ceux qui sont des citoyens égaux en droits de l’Etat d’Israël, qui de ces deux Etats est l’Etat juif ». Cette déclaration, note le journal, vient en réaction à la demande du Comité de suivi des Arabes israéliens qui a appelé avant-hier l’Autorité palestinienne à ne pas reconnaître Israël en tant qu’Etat juif.

Plus tard dans la soirée, Mme Livni a renforcé ses propos en déclarant : « le conflit qui nous oppose aux Palestiniens est un conflit national et c’est pourquoi sa solution est une solution nationale, avec la création de deux Etats-nations ». Elle a ajouté qu’Israël respecterait les droits individuels de ses citoyens arabes mais que leurs droits nationaux s’exprimeront dans le cadre de l’Etat palestinien.

Ces propos ont provoqué un tollé parmi les députés arabes. Raleb Majadleh, ministre des Sciences, de la Culture et des Sports a notamment déclaré : « les racines des citoyens arabes d’Israël sont antérieures à la création de l’Etat. Ils sont des habitants de cette terre et possèdent des droits. Leur droit à vivre ici et leur citoyenneté ne sont pas négociables ».


IMAGE DE LA FRANCE

Visite de Bernard Kouchner en Israël

Le Haaretz rend compte de la visite du ministre des Affaires étrangères et européennes Bernard Kouchner en Israël et dans les territoires palestiniens. M. Kouchner s’est notamment entretenu avec le Premier ministre Ehud Olmert et avec la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni et leur a présenté le programme de la conférence des pays donateurs qui se tiendra à Paris le 17 décembre prochain et qui a pour objectif la mise en place d’une aide internationale destinée à reconstruire les institutions palestiniennes. Le Premier ministre Ehud Olmert a déclaré qu’il soutenait cette conférence et qu’Israël y prendrait part.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette