Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Folle journée de John Kerry et ses envoyés spéciaux au Proche-Orient : les (...)

Folle journée de John Kerry et ses envoyés spéciaux au Proche-Orient : les négociations reprennent la semaine prochaine à Washington

Hélène Keller-Lind

samedi 20 juillet 2013
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Des heures de discussions avec divers responsables palestiniens à Amman et Ramallah, le roi et le premier ministre de Jordanie, des représentants de la Ligue Arabe, Benyamin Netanyahou au téléphone, des allers retours en hélicoptère, des heures d’attente pendant que Mahmoud Abbas siégeant sous une photo géante du Dôme du Rocher à Jérusalem et son entourage politique débattent pour finalement refuser ses propositions. Pourtant si généreuses, car quatre milliards de $...Barack Obama qui enjoint Benyamin Netanyahou de « reprendre les négociations avec les Palestiniens au plus tôt ». Et puis des prolongations en ce 19 juillet marathon pour aboutir à une reprise des négociations à Washington la semiane prochain

Succès de la détermination américaine mais aussi des moyens mis en œuvre

Cette reprise des négociations entre les Palestiniens, les ayant interrompues, et Israël qui veut négocier mais sans conditions préalables, une évidence dans cette région de marchandages, les États-Unis l’auront voulue. En ce 19 juillet, alors que le Secrétaire d’État américain se trouve dans la région depuis le 15 pour tenter de parachever le travail fait par son équipe sur place, on a ignoré jusque tard dans la soirée si les Palestiniens consentiront à reprendre le chemin des négociation. Avant d’apprendre le succès des efforts américains.

La veille au soir c’était non. Les propositions de John Kerry étant qualifiées d’insuffisantes. Amin Maqbul, Secréaire général du Conseil révolutionnaire du Fatah, consulté pour une fois par Mahmoud Abbas, Président non réélu faute d’élections, avec les ténors de l’OLP. Le Fatah exigeant, selon lui que le Secrétaire d’État américain annonce qu’Israël négocierait sur la base des Lignes de 67 Ce que ne réclame même plus la Ligue arabe qui a évoqué récemment de possibles échanges de territoires, même minimes et qui, pour mémoire, rendrait impossible toute garantie de sécurité à Israël, notion centrale à laquelle le Premier ministre israélien ne peut renoncer.

Sécurité :les forces américaines y travaillent sérieusement

John Kerry, bien que se voulant très discret sur le volet politique de ses conversations, évoquait la question de la sécurité d’Israël dans une conférence de presse donnée à Amman avec le Premier ministre jordanien. Une « sécurité essentielle pour Israël...mais aussi pour l’Amérique qui soutient Israël et tous les alliés d’Israël ». « Pour la région », également, à commencer par son pays hôte, la Jordanie ou les Palestiniens. Le Secrétaire d’État soulignant que l’Initiative de Paix Arabe est aussi un concept de sécurité régionale. La communauté arabe est préparée à s’engager pour un cadre de sécurité régionale qui reste à définir »...Une affirmation qui n’a pas de quoi rassurer Israël au vu de la situation dans la région...

Toutefois, John Kerry précisait que les États-Unis se chargent de la question, « grâce aux efforts du Général Allen qui...est Conseiller Spécial du Secrétaire de la Défense et travaille avec notre équipe et le Département de la Défense et les forces israéliennes et sera très bientôt en Cisjordanie pour rencontrer des Palestiniens et évaluer sur une base militaire professionnelle la nature des menaces pour que cette évaluation soit incluse dans toute négociation à l’avenir ».

Projets concrets, structurés et énormes pour relancer l’économie palestinienne

Quant au volet économique, John Kerry rendait publique l’offre sans précédent faite aux Palestiniens pourtant accoutumés à vivre de la générosité étrangère, occidentale notamment. Il s’interrogeait sur la manière de changer la vie des Palestiniens, d’une manière telle qu’ils sentent rapidement, pas en paroles mais concrètement, faisant état « d’environ huit années de travail réalisées en deux mois...par des dirigeants majeurs du monde des affaires et des consultants de firmes internationales majeures » qui ont analysé « les défis économiques des territoires palestiniens, en examinant les secteurs de l’économie – le tourisme, l’industrie, l’infrastructure, l’énergie, l’eau, etc. ».

Un travail gigantesque ayant permis, dit-il, évoquant un travail mené à la fois avec les Israéliens et les Palestiniens « d’élaborer une série de projets...qui auront un impact direct sur le chômage. Nous espérons qu’en trois ans environ on pourrait réellement réduire le taux de chômage le faisant passer de 21 % à 8 %, ce qui pourrait doubler le PIB dans le territoire palestinien tout entier. Et cette initiative ne vaut pas seulement pour la Cisjordanie mais aussi pour Gaza ». Un processus de paix pouvant par ailleurs attirer des investissements, ajoutait-il...

( Pour la petite histoire on est loin de la « zone industrielle de Bethléem » qui en est toujours à l’état de terrain vague promue à coups de millions d’Euros, argent des contribuables français, par une ancienne envoyée spéciale française ou loin des directives minables que vient de produire l’UE tentant de faire parler d’elle en répondant aux désidératas palestiniens )

Les Palestiniens se seront fait prier jusqu’au bout...

Faisant fi de tout cela les Palestiniens, ou du moins leurs représentants auto-proclamés, rejetaient le plan de John Kerry le 18 au soir . On entendait qu’Israël devait accepter de négocier sur la base des Lignes de 67, geler les constructions dans le Territoires et à l’est de Jérusalem, libérer des prisonniers / terroristes, etc. Le Secrétaire d’État a donc prolongé son séjour, fait d’autres allers retours, passé des heures au téléphone...

Il avait auparavant enjoint Benyamin Netanyahou de « regarder de près l’Initiative Arabe de Paix » promettant une reconnaissance d’Israël et des accords commerciaux, etc. Quant au Président Obama, il appelait le Premier ministre israélien depuis Washington, « dans le »cadre de leurs consultations régulières » pour lui parler des sujets préoccupants de la région, Égypte, Syrie et Iran, mais aussi pour lui demander de « reprendre les négociations au plus tôt avec les Palestiniens ».

Ce soir la nouvelle tombe : reprise des négociations la semaine prochaine à Washington. John Kerry a été applaudi par son équipe en remontant dans son avion pour rentrer à Washington...Peut-on croire enfin à la paix ?

John Kerry a été applaudi par son équipe en remontant dans son avion pour rentrer à Washington...Peut-on croire enfin à la paix ?


Secretary Kerry Prepares To Depart Amman, Jordan

Secretary Kerry Meets With Palestinian Authority President Abbas

Secretary Kerry Is Greeted By Palestinian Authority Negotiator Erekat

Secretary Kerry Arrives in Ramallah

Secretary Kerry Prepares To Arrive in Ramallah

Israeli Prime Minister Netanyahu Greets Secretary Kerry

Secretary Kerry Meets With Israeli Prime Minister Netanyahu

Flickr : Galerie de U.S. Department of State

Flickr : Galerie de U.S. Department of State (2)


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette