Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > La déclaration officielle de Catherine Ashton concernant les directives (...)

La déclaration officielle de Catherine Ashton concernant les directives européennes fixant, de fait, les « frontières » d’Israël : un petit chef d’œuvre d’hypocrisie

Hélène Keller-Lind

vendredi 19 juillet 2013
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

L’adoption par l’Union européenne de directives pour la période financière allant de 2014 à 2020, a été longuement évoquée ici. Ces directives revenant à fixer, sans le dire, les « frontières » d’Israël, l’Union Européenne interdisant tout financement par ses vingt-huit membres de quelque projet israélien que ce soit au-delà des Lignes de 67. Abondant pleinement dans le sens de ce qu’exige l’OLP, coulant, de ce fait, toute tentative de relance de négociations réelles et sans préconditions entre Israël et les Palestiniens, ce que s’efforçait de faire le Secrétaire d’État américain, reparti bredouille d’une sixième visite dans la région

Texte de la déclaration de Catherine Ashton, responsable de la Politique étrangère et de sécurité de l’UE, petit chef d’œuvre d’hypocrisie traduit par nos soins

EUROPEA0 U0IO0
Brussels, 19 July 2013
A 391/13

Déclaration de la Haute Représentante de l’Union européenne Catherine Ashton concernant la publication des directives sur Israël et les instruments de financement de l’UE

Catherine Ashton, Haute Représentante de l’Union pour les Affaires étrangères et la Politique de Sécurité a fait ce jour la déclaration suivante :

« Aujourd’hui, l’UE a publié un document qui réaffirme une position de longue date, à savoir que les accords bilatéraux avec Israël ne couvrent pas le territoire passé sous administration israélienne en juin 1967. Ce qui est destiné à clarifier la position de l’UE avant des négociations portant sur des accords avec Israël au cours de la période financière à venir débutant en 2014.

En aucun cas, ceci ne préjuge de l’issue des négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens. Cela a été la position tenue de longue date par l’UE, à savoir qu’elle reconnaîtra les changements apportés aux frontières une fois que les deux parties en auront été d’accord. L’UE est profondément attachée au principe de négociations israélo-palestiniennes et soutient entièrement les efforts intenses du Secrétaire Kerry pour relancer les négociations dans une phase particulièrement délicate.
C’est ainsi que l’UE espère contribuer plus avant à une atmosphère pouvant favoriser des négociations concrètes et durables aboutissant à un accord de paix entre les parties.

Toutefois, les dispositions spécifiques des directives ne seront pas appliquées avant le 1er janvier 2014. En attendant, l’UE se réjouit de travailler avec Israël et de le consulter sur un large éventail de questions bilatérales et a invité Israël à tenir des discussions sur le champ d’application territorial des accords avec l’UE qui sont actuellement en cours de préparation ».

A propos de directives fixant les « frontières d’Israël » sur les Lignes de 67

Dès le 16 juillet desinfos.com rendait compte des directives que l’UE entendait mettre en place concernant l’attribution d’aides financières par ses membres à des projets israéliens et soulignait que cela revenait, en réalité, à fixer en creux les « frontières » d’Israël sur les Lignes de 67, ce dont les Palestiniens de l’OLP se réjouissaient étant donné que cela correspond entièrement à leurs exigences, à savoir des « négociations » ayant pour précondition une reconnaissance d’un « État » palestinien ayant pour frontières les Lignes de 67, privant Israël du Kotel et de la totalité de la Judée Samarie. Ainsi que du Plateau du Golan, pour faire bonne mesure...

Desinfos.com livrait également la réaction immédiate du Premier ministre israélien, après consultation avec des ministres de premier plan, rejetant un « diktat venu de l’extérieur concernant (nos) frontières » et conseillant aux bonnes âmes soucieuses de « paix et de stabilité dans la région » de se soucier de « problèmes régionaux plus urgents comme la guerre civile en Syrie et la course à l’armement nucléaire en Iran »

Et le 18 juillet, desinfos.com rapportait l’appel lancé – en vain- par le Président Shimon Peres à l’UE l’enjoignant de suspendre des directives qualifiées « d’irresponsables », estimant que « la décision prise par l’Union européenne est inutile et inopportune. Les enjeux sont complexes et sensibles, repoussez votre décision ».Il fallait, disait-il, « faire de la paix une priorité » et lui donner une chance, alors même que John Kerry se dépensait sans compter pour tenter de relancer les négociations, efforts ayant échoué comme on le sait. L’OLP ayant décidé de ne pas accepter les propositions du Secrétaire d’État américain. Ce qui n’a rien d’étonnant dans ce contexte. Pourquoi, en effet, accepter de négocier sans préconditions et même si Israël avait accepté de relâcher des prisonniers palestiniens – lire terroristes condamnés – et de geler les constructions en Judée Samarie, comme cela avait été rapporté, dès lors que l’Europe acceptait ainsi de fixer dans les faits les frontières de l’État hébreu.

Une Catherine Ashton partiale qui, à titre d’exemple, osa comparer la tuerie de Toulouse au sort des « enfants de Gaza »

Point n’est besoin de commenter le texte de Catherine Ashton, son hypocrisie et sa mauvaise foi sont évidentes.

Cela n’étonnera guère de la part de Madame Ashton qui, et pour ne prendre qu’un seul exemple d’un parti pris scandaleux, s’adressant en mars 2012 à de jeunes Palestiniens reçus en grande pompe à Bruxelles, osait la comparaison entre les assassinats barbares d’enfants juifs dans une école toulousaine et « ce qui se passe à Gaza »

Il faut relire le texte officiel édifiant de ses déclarations d’alors. Ainsi, citait-elle un jeune Palestinien de Gaza estimant vivre dans « une prison », « oubliant » les enfants du sud d’Israël soumis à des bombardements du Hamas, « oubliant » la gestion de la Bande de Gaza par une organisation terroriste, faisait l’éloge du « printemps arabe » dont on voit les conséquences aujourd’hui. Et faisant étonnamment l’éloge du rôle des femmes sans dire mot de leur condition déplorable, que ce soit à Gaza ou sous gestion de l’Autorité palestinienne, alors que la législation palestinienne blanchit les crimes dits « d’honneur », faisant vivre les jeunes filles et les femmes palestiniennes dans une crainte perpétuelle...La Haute représentante déclarait même, les larmes aux yeux, sans doute, avoir « un cerf-volant de Gaza sans (son) bureau », faisant allusion à un record battu alors par des enfants de Gaza dans cette spécialité sous l’égide de l’UNWRA, et précisant « je dis à Benyamin Netanyahou chaque fois que je le vois que les enfants de Gaza peuvent accomplir tout ce qu’ils veulent, si on leur en donne l’occasion »...

Une Union Européenne qui verse des fonds considérables, argent des contribuables européens, et sans contrôle à une Autorité palestinienne corrompue , une Catherine Ashton éprise des enfants palestiniens qui « conduit la politique étrangère et de sécurité commune », nous dit le Conseil de l’UE...


http://otooboos.com/article/14691


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette