Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > A Téhéran le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, ne mâche pas ses mots, (...)

A Téhéran le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, ne mâche pas ses mots, mettant en garde l’Iran

Hélène Keller-Lind

jeudi 30 août 2012
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Ban Ki-Moon avait été très critiqué lorsqu’il avait accepté l’invitation de Téhéran à se rendre au Sommet des Pays Non Alignés. Ce qui avait d’ailleurs été salué comme une victoire diplomatique par le régime des Ayatollahs. Or, dans son discours devant un parterre de représentants de cent-vingt pays le Secrétaire général a condamné la négation du droit à l’existence d’Israël, le fait de le décrire en termes racistes et le négationnisme. Il appelait au respect des droits de l’homme, ce qui n’est pas le fort de l’Iran, à l’arrêt d’un soutien armé en Syrie et à une conduite responsable en matière de nucléaire.

On peut supposer que les dirigeants iraniens ont dû être très surpris des prises de position claires du Secrétaire général des Nations unies lors de son discours prononcé devant les représentants de cent-vingt Pays Non Alignés à Téhéran. Sa visite avait été considérée comme une victoire diplomatique de taille par le régime des Ayatollahs et lui avait été reprochée par ailleurs, car elle mettait fin à l’isolement imposé à l’Iran, compte tenu de son refus de laisser les inspecteurs de l’AIAE vérifier que son programme nucléaire est pacifique comme elle le prétend.

En plus de son programme nucléaire militaire, ce qui est reproché à l’Iran aujourd’hui, c’est son attitude virulente envers Israël dont le régime des Ayatollahs nie le droit à l’existence, qu’il vilipende au quotidien, comme le fit longuement le guide spirituel iranien dans un discours d’ouverture le même jour ,ainsi que le rôle néfaste joué en Syrie où Téhéran soutient activement Bashar El-Assad. Ce qui est reproché en interne, ce sont ses violations des droits de l’homme et la nature dictatoriale du régime

Or, le Secrétaire général des Nations unies évoqua tous ces points sans que l’Iran s’y soit probablement attendu..

Conflits au sein et entre les États non-alignés

Dans un premier temps Ban Ki-Moon déplorait que « malheureusement, trop souvent, les conflits ont remplacé le dialogue. Nous voyons beaucoup trop de conflits politiques au sein et entre les Etats dans le Mouvement des pays non-alignés » donnant l’exemple de « l’échec du Soudan et du Sud Soudan pour finaliser leurs frontières et empêcher de nouvelles effusions de sang », ou de la « République démocratique du Congo, [ où ] la situation sécuritaire et la violence sexuelle contre les femmes demeurent une source de profonde préoccupation ». Par ailleurs, dit-il, « nous continuons de suivre de près l’agitation au Mali qui a de profondes implications pour la région ».
Il mentionnait un point positif toutefois, en félicitant « l’Union africaine pour sa position ferme contre les changements anticonstitutionnels de gouvernement ». Concluant « j’exhorte tous les membres du Mouvement pour travailler selon les principes de la Charte des Nations unies afin de résoudre pacifiquement les différends ».

Condamnation des menaces de destruction d’Israël, de la négation de son droit à l’existence ou du négationnisme et de l’utilisation de termes racistes pour décrire l’État hébreu

Dans un second temps il déclarait : « mais il ne suffit pas de se concentrer sur la réduction des tensions entre les pays non alignés, aussi important cela soit-il. Il faut éviter les conflits entre tous les États membres de l’ONU. Et à partir de cette plate-forme - comme je l’ai déclaré à maintes reprises à travers le monde - je rejette fermement les menaces proférées par un État membre d’en détruire un autre ou les scandaleuses tentatives de nier des faits historiques, comme la Shoah. Prétendre qu’un autre État membre de l’ONU, Israël, n’a pas le droit d’exister, ou le décrire en des termes racistes, est non seulement entièrement inadmissible, mais sape les principes mêmes que nous nous sommes tous engagés à respecter ».

Respect de la démocratie et des droits de l’homme

Il appelait ensuite au « renforcement des institutions démocratiques, la sauvegarde des droits de l’homme, en assurant la participation populaire et la garantie de la primauté du droit » ajoutant : « la Syrie n’est que le dernier exemple de ce qui arrive quand cette vérité est ignorée ».

Cesser de fournir des armes à la Syrie dont le gouvernement a la responsabilité première de résoudre la crise

Il rappelait à cet égard que « la crise en Syrie a commencé par des manifestations pacifiques à quoi a répondu une force impitoyable ». Aujourd’hui, dit-il, « ceux qui fournissent des armes aux deux parties en Syrie contribuent aux souffrances...La situation ne peut être résolue par le sang et les corps de plus de dix-huit mille personnes et plus ».Il ajoutait : « J’exhorte toutes les parties, dans les termes les plus forts possibles à arrêter les violences maintenant. Le gouvernement syrien a la responsabilité principale de résoudre cette crise en se mettant réellement à l l’écoute des voix du peuple ».

Une action responsable en matière de programme nucléaire

Ban Ki-Moon évoquait ensuite un autre sujet qui fâche, le nucléaire, en ces termes : « Il n’y a pas de menace pour la paix et l’harmonie mondiales plus grave que la prolifération nucléaire.

En supposant que la direction des Pays Non Alignés offre à l’Iran la possibilité de démontrer qu’il peut jouer un rôle modéré et constructif au niveau international. Cela inclut une action responsable en matière de programme nucléaire qui figure parmi les principales préoccupations de la communauté internationale.

Cette préoccupation a été montrée dans des résolutions répétées du Conseil de sécurité, y compris en vertu du Chapitre VII de la Charte, appelant à la transparence et la pleine coopération avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Pour la paix et la sécurité dans cette région et dans le monde, je prie instamment le gouvernement d’Iran à prendre les mesures nécessaires pour renforcer la confiance internationale dans la nature exclusivement pacifique de son programme nucléaire.
Cela peut se faire en se conformant pleinement aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et en coopérant pleinement avec l’AIEA.

J’exhorte aussi à un engagement constructif avec le G5 +1 pour parvenir rapidement à une solution diplomatique ».

Ban Ki-Moon terminait en disant la nécessité d’assurer un développement durable et d’œuvrer de concert pour affronter les défis actuels.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette