Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > La société palestinienne actuelle est incapable de devenir un État...

La société palestinienne actuelle est incapable de devenir un État...

Hélène Keller-Lind

vendredi 5 août 2011
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

C’est quoi ce « gouvernement » d’opérette, qui vit d’assistanat, est largement corrompu et incapable de gérer financièrement ce qu’il voudrait voir devenir un « État » dans quelques semaines, pour qui le mensonge est une seconde nature et qui, de surcroît, laisse en place des traditions moyenâgeuses maintenant les femmes palestiniennes, soit 50 % de la population, dans un état de soumission intolérable, vivant sous la menace constante d’une punition terrible : le « crime d’honneur » au moindre faux-pas, vrai ou supposé...

« Gouvernement d’opérette » qui maintient sa population dans la misère

Ils ont l’air de Président, ministres, négociateurs, mais ils n’en ont que l’apparence. Bien nourris, bien payés, se déplaçant partout dans le monde pour rencontrer de – vrais – dirigeants qui les reçoivent avec tous les honneurs, ils ont des « ambassades », s’adressent aux Nations unies, etc. Mais ils maintiennent leurs administrés dans la pauvreté à cause de leur incurie....

Salaire d’un ouvrier palestinien : 15 € par jour en Judée Samarie, en travaillant chez des Palestiniens, 29 € en travaillant dans une implantation israélienne, 9 € dans la Bande de Gaza – chiffres donnés par un site anti-israélien - On se souvient pourtant quel’Autorité palestinienne irresponsable a « promulgué une loi » pour mettre hors-la-loi le travail des Palestiniens dans les implantations...

D’autant plus irresponsable que, sous leur administration, le chômage va croissant et a atteint 25 % - c’est l’UNRWA, agence onusienne anti-israélienne, qui le rapporte

Le chômage dans la Bande de Gaza, bloquée par ses instances dirigeantes, le Hamas, est de 37,4 %

Or, l’Autorité palestinienne verse par ailleurs un salaire d’environ 635 € mensuels en moyenne aux terroristes du Fatah et du Hamas...
, condamnés par Israël et servant des peines de prison... ainsi que des aides à leur famille

Vivre d’assistanat et sommes astronomiques mal gérées : incurie de l’Autorité palestinienne

Pourtant, selon la Banque Mondiale, en 2001 la communauté internationale a donné 929 millions de dollars à l’Autorité palestinienne, en 2003 elle lui a donné 891 millions de dollars et en 2005, cela est passé à un milliard, 100 millions de dollars ( soit 53 % du budget pour une population palestinienne de 2 million 6 en Judée Samarie et un million 7 dans la Bande de Gaza ) Pourtant l’Autorité palestinienne avait enregistré un déficit de 800 millions cette année-là...et des donateurs en avaient financé la moitié.

Et c’est toujours la Banque Mondiale qui notait que « la situation financière de l’Autorité palestinienne est devenue de plus en plus difficile surtout à cause de dépenses gouvernementales non maîtrisées, avec plus particulièrement une masse salariale pour le secteur public en rapide augmentation.... » De plus, « on considère généralement que la corruption au sein du gouvernement explique une grande partie des difficultés financières de l’Autorité palestinienne. »

En juin dernier l’Autorité palestinienne clame qu’elle traverse une crise financière. Évidemment elle en impute la faute aux donateurs qui ne verseraient pas la totalité des millions promis. « Désignant sans les nommer les donateurs arabes » Et, arguant d’un manque à gagner de 30 millions de dollars mensuels, de l’impossibilité de continuer à emprunter aux banques, elle décide de ne verser aux fonctionnaires que la moitié de leur salaire...Soit entre environ 423 et 1.330 dollars. Et l’agence de presse palestinienne Maan News note que « le budget de l’Autorité palestinienne dépend largement des donateurs étrangers et des taxes collectées par Israël. »

Ce que confirme un économiste, Nasr Abdul-Karim, qui enseigne à l’université palestinienne de Bir-Zeit... Il ajoute que « dire que l’Autorité palestinienne peut parvenir seule à établir une situation financière viable n’est pas réaliste, compte tenu des conditions politiques et économiques....elle reçoit 120 millions mensuels en revenu de taxes collectées par Israël et 100 millions venant de pays donateurs. Et ne collecte que 50 millions en taxes sur le plan intérieur. » Et « elle ne contrôle qu’un quart de ses revenus. »

L’Autorité vit donc d’assistanat en grande partie...D’autre part, l’économiste estime que cette crise n’existe par réellement, y voyant une manœuvre, étant donné que « Salam Fayyad -économiste très prisé en Occident – a déclaré que l’Autorité palestinienne a reçu 330 millions de dollars au cours des 6 derniers mois et n’a pas signalé d’augmentation des dépenses. » Il devrait donc s’en expliquer, estime-t-il.

En juin, après ces critiques, Salam Fayyad se décide à dire « qu’il y a eu un déficit mensuel de 30 millions de dollars depuis janvier. » Ajoutant « jusqu’ici nous n’avons reçu que 331 millions de dollars sur les 970 que nous étions censés recevoir. » Se félicitant par ailleurs d’avoir « réduit la dépendance à une aide étrangère en passant de 1 milliard 8 millions de dollars en 2008 à 970 millions en 2011. »

On apprend à cette même époque que la Grande-Bretagne va donner 420 millions de dollars à l’Autorité palestinienne entre 2011 et 2014, dont 100 millions pour le budget de l’Autorité palestinienne, le reste revenant à divers projets, ayant trait à la santé, la société civile et l’humanitaire. Entre 2007 et 2010 la Grande-Bretagne avait donné quelque 320 millions de dollars.

La France qui verse 400 millions annuels aux Palestiniens, s’engage quelques jours plus tard, à verser 100 millions supplémentaires. « Cela atteste des excellentes relations qui existent entre l’Autorité palestinienne et le gouvernement français » déclare le ministre du Plan palestinien

A ce propos on se demande ce que devient le projet de « zone industrielle de Bethléhem » qui avait été décrit comme geste de la France envers les Palestiniens, un geste de 10 millions d’Euros . La « représentante spéciale » Valérie Hoffenberg qui rencontra un temps nombre de « ministres » , s’était présentée comme en étant la cheville ouvrière. L’inauguration prévue pour avril de cette année n’a pas eu lieu et la représentante semble ne plus parler du tout de ce projet...et, aux dernières nouvelles, c’est le consul de France à Jérusalem qui s’est rendu sur ce qui semble être surtout un terrain vague... Le 21 juillet des photos montrent ce consul inaugurant un bâtiment de Schneider Electric qui semble vide pour l’heure.. On se demande où est passé l’essentiel de nos dix millions...

Il y a aussi maint autre donateur:l’Union européenne, les USA, avec 225 millions de dollars pour 2010, etc. L’Autorité palestinienne ne doit même pas savoir précisément tout ce qu’elle reçoit, puisque l’argent afflue de partout et est donné soit pour son budget, soit pour divers et très nombreux projets.

L’autorité palestinienne, après avoir fermé les yeux, admet une corruption endémique

Parallèlement, et sans doute poussée à le faire, l’Autorité palestinienne se décide enfin à endiguer la corruption que dénonçait la Banque Mondiale. Ou tout au moins à faire mine de le faire...

Le 9 juin dernier, un comité chargé d’enquêter sur la corruption – au vu de la catastrophe financière qui semble menacer ce « gouvernement » ayant laissé faire depuis des lustres – a demandé la démission du ministre de la Santé, Fathi Abu Moghli, et du Secrétaire général du Conseil Médical, Munther Sharif. Des médecins s’étaient d’ailleurs mis en grève, une grève jugée « illégale » par « la Cour Suprême ». D’où la démission de 750 médecins... Réponse des deux intéressés . Le Comité est illégal....Le ministre a-t-il été démis ? Et quelle a été l’étendue de ses détournements ? On n’en sait rien.

Quelque temps plus tard ce ministre se paiera le culot de déclarer qu’il faut exécuter les coupables...

Autre enquête, cette fois, sur les agissements d’employés du ministère des Travaux Publics. Elle date du 30 juin 2011

Le 7 juillet on apprend que « plusieurs ministres, accusés de corruption vont perdre leur immunité » et que des enquêtes vont être diligentées contre eux On ignore le nombre d’inculpations mais « ce sont 80 dossiers qui semblent avoir été examinés. Et 5 millions de dollars auraient été récupérés chez d’anciens fonctionnaires. » La question étant de savoir comment de telles sommes ont pu être détournées sans que quiconque ne s’en rende compte plus tôt....

Le 12 juillet on annonce des noms de coupables pour bientôt... Deux jours plus tard le ministre de l’économie proteste car son nom a été cité....il se dit prêt à témoigner et approuve le travail du comité

Pas grand chose depuis sur le sujet....Business as usual...mais on aura fait mine d’agir...

Les femmes palestiniennes soumises à une tradition moyenâgeuse. Est-ce digne d’un État ?

Début juillet l’agence de presse palestinienne Maan News reparle de l’assassinat effroyable d’une jeune étudiante de 21 ans – traînée derrière une voiture jusqu’à un puits, elle a été attachée puis y a jetée encore vivante - dont les restes ont été découverts au fond d’un puits près d’un an après sa disparition. Un oncle et ses complices supposés ont été arrêtés. Ce crime serait un crime dit d’honneur. Or, « de tels meurtres ne sont pas rares au sein de la société conservatrice palestinienne où des contacts étroits entre hommes et femmes sont très mal acceptés. Et la loi est clémente envers un père, un frère ou un oncle qui tue une parente pour « protéger » l’honneur de la famille. »

On imagine, dès lors, dans quel état de soumission et de crainte vivent la plupart des femmes palestiniennes qui savent parfaitement bien quel sort les attend si, d’aventure, on pouvait les soupçonner, à tort ou à raison, d’avoir porté atteinte à ce fameux « honneur » familial. Un simple regard pouvant suffire...Selon des associations qui militent contre ce type de crime, citées par Maan News « il y aurait eu 29 cas entre 2007 et 2010 en Judée Samarie et 9 autres femmes n’ont eu d’autre choix que de se suicider de peur de représailles familiales. » La perspective d’être torturée avant d’être mise à mort incitant, on le comprend, à vouloir se sonner la mort...Des statistiques sans doute en de ça de la réalité état donné que d’habitude, « un mur de silence et de honte entoure normalement de tels crimes. »

Le cas cité a pourtant provoqué des réactions, compte tenu de l’horreur de ce que cette jeune fille a subi avant d’agoniser au fond d’un puits. A commencer par les réactions de sa famille, nous apprend Maan News, celle-ci « n’ayant aucun doute qu’elle ait été accusée à tort » Sa sœur, se rendant sur les lieux où Aya est morte, hurle, en pleurs, que celle-ci « était aussi pure que ce linge blanc  ». Est-ce à dire que, si cette jeune fille n’avait pas été accusée « à tort », alors sa famille aurait approuvé sa mise à mort ? Ou se serait tue. Comme il est d’usage.

Dans ce cas les motivations de l’oncle n’ont pas encore été établies : soit la jeune fille aurait refusé d’épouser son cousin, soit cet oncle aurait été opposé au fait qu’elle faisait des études...

L’émotion soulevée a été telle que les funérailles de la jeune fille ont été couvertes par la télévision et, au cours de l’émission le Secrétaire général de Mahmoud Abbas a annoncé que celui-ci voulait que la loi, si clémente soit changée par un amendement. Qui n’a d’ailleurs pas encore été ratifié par le « parlement palestinien... » dont on ignore quand il se réunira. Et si une organisation féministe palestinienne se dit satisfaite, une autre ne l’est pas car elle constate que « la motivation d’un crime – dit d’honneur ou pas - est laissée à l’appréciation du juge. »

D’ailleurs, la très pro palestinienne journaliste Amira Hass, elle-même, rapporte que les organisations féministes palestiniennes estiment que l’Autorité palestinienne ne va pas assez loin pour protéger les femmes. De plus elle souligne que le crime dit d’honneur, est parfois utilisé pour régler un différent ayant trait à un héritage, par exemple, ou cacher des viols – en famille- ou incestes... »....L’assassin ne risquant qu’une peine de prison allant de 4 mois à 3 ou 4 ans...si tant est qu’il soit inculpé.

S’ajoutent à ces cas extrêmes les violences physiques ou verbales auxquelles sont soumises la plupart des femmes palestiniennes...->http://www.desinfos.com/spip.php?pa...]


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette