Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Hamas, cas d’école des ’crimes de guerre’

Hamas, cas d’école des ’crimes de guerre’

Haviv Rettig Gur | The Jerusalem Post

vendredi 16 janvier 2009
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Les tactiques de combat et l’idéologie du Hamas sont, « par excellence, un cas d’école » de violations systématiques du droit international humanitaire, selon un expert de premier plan du droit international qui a pu se rendre dans la région de la périphérie de Gaza ce mardi. Il n’y a « presqu’aucun exemple comparable » où que ce soit dans le monde d’aujourd’hui d’un groupe qui viole aussi systématiquement les accords internationaux liés aux conflits armés, a déclaré Irwin Cotler - ancien Ministre de la Justice du Canada, membre du parlement de ce pays et professeur de droit à l’Université McGill de Montreal - au Jerusalem Post ce mardi.

Le Hamas commet au moins 6 violations du droit international, souligne Cotler.

« Premièrement, le fait de viser délibérément des civils est en soi et par soi un crime de guerre, » note-il, en référence aux roquettes que le Hamas tire sur les villes méridionales d’Israel depuis huit ans.

« Un deuxième crime [est commis] quand le Hamas attaque [depuis] des zones civiles et des infrastructures civiles, que ce soit un building à appartement, une mosquée ou un hôpital, dans le but de se rendre immun aux réponses d’Israel, » continue-t-il. « Les civils sont des personnes protégées, et les zones civiles sont des zones protégées. Tout usage d’infrastructure civile aux fins de lancer des bombes est en soi un crime de guerre. »

Que le Hamas porte la responsabilité légale des dommages causés aux civils dans les zones à partir desquelles il tire [des roquettes ou des obus de mortier] est inscrit en lettre d’or dans toute la littérature du droit international, affirme-t-il : « Dans les principes généraux du droit coutumier qui s’impose aux Nations, dans le droit international spécifique aux conflits armés [aussi appellé] droit humanitaire international, dans la quatrième convention de Genève, dans les décisions de la Court Internationale de Justice et le Tribunal Pénal International pour l’ancienne république de Yougoslavie et le Rwanda - Tout y est mentionné. »

Troisiémement, explique-t-il, « l’usage impropre et le détournement des symboles humanitaires aux fins de lancer des attaques tombent sous le coup de la qualification de »perfidie« . Par exemple, utiliser une ambulance pour transporter des combattants ou des armes ou un combattant qui se déguise en docteur dans un hôpital, ou qui utilise un logo ou un drapeau de l’ONU, tout cela ce sont des crimes de guerre. » [**]

La quatrième violation, « dont il a été fait peu de cas, est la prohibition dans la quatrième convention de Genève et la jurisprudence internationale de l’incitation directe et publique au Génocide. La Charte du Hamas elle-même est une incitation permanente au génocide. [De la même manière,] juste avant que ces affrontements ne commencent, j’ai vu des leaders du Hamas à la télévision parlant d’Israel et des Juifs comme étant des fils de singes et de porcs. »

Le cinquième crime est lié à l’ampleur des attaques contre les civils, qui hisse cette [première] violation au statut de crime contre l’humanité. Selon Cotler, « quand vous bombardez délibéremment des civils non pas occasionnellement mais dans des attaques systématiques et à grande échelle, cela est défini comme crime contre l’humanité dans les traités du Tribunal Pénal International et du droit international humanitaire. »

Le dernier crime dont le Hamas est responsable est le recrutement des enfants dans un conflit armé.

« Le Hamas est un cas d’école dans chacun de ces 6 catégories de crime de guerre, » affirme Cotler. Malheureusement, la communauté internationale « continue de minimiser la manière par laquelle le Hamas s’est engagé dans une politique de violation massive du droit international humanitaire. »

Cotler affirme qu’il est particulièrement important de mettre en évidence les violations du Hamas en ceci que cela ferait porter tout le poids des responsabilités de la tragédie civile à Gaza sur le vrai responsable.

« Les conséquences [du combat] sont tragiques en termes huamins, » affirme-t-il. « Clairement ce qui arrive à Gaza est une tragédie. Mais il faut qu’il y ait une clareté morale et légale en ce qui concerne les responsabilités. Quand Israel réplique et que des civils sont tués parce que Israel vise une zone depuis laquelle des roquettes sont lancées, alors c’est le Hamas qui porte la responsabilité des morts, et pas Israel, selon le droit international. »


[**] Notes

Le droit des conflits armés n’interdit pas la ruse mais interdit la perfidie.

Il est licite de chercher à induire l’ennemi en erreur, par exemple en utilisant des leurres qu’il attaquera inutilement ou en cherchant à lui faire croire à une offensive ailleurs et à un autre moment que celui auquel elle aura vraiment lieu.

Le fait que des membres de l’armée allemande aient revêtu des uniformes alliés pour donner aux convois de fausses indications (afin de permettre la fuite du reste de leur détachement) - manoeuvre qui n’avait pas entraîné mort d’homme et n’avait pas non plus pour but de le faire - n’a été considéré que comme ruse de guerre, au même titre que les leurres placés par les Alliés autour de Douvres (plusieurs milliers de chars) pour persuader Hitler de l’imminence d’un débarquement dans le Pas-de-Calais ou que le bombardement d’Abbeville effectué pour faire croire à ce scénario.

La ruse de guerre n’est pas toujours crime de guerre.

Dans quel cas une ruse de guerre est-elle un crime de guerre ?

Par exemple tirer sur un parachutiste autre que d’une troupe aéroportée, ou attaquer l’ennemi alors qu’on est venu se présenter à lui avec un drapeau blanc - ou qu’il se présente lui-même avec un drapeau blanc - est un crime de guerre.

Utiliser le droit humanitaire pour faire la guerre est un crime de guerre.

S’abriter faussement derrière des emblèmes de neutralité comme l’ONU constitue un crime de guerre.

S’abriter faussement derrière le droit des conflits armés est qualifié de « perfidie » et constitue un crime de guerre.

Par exemple faire croire à une reddition pour attaquer ensuite ou abriter des combattants derrière l’emblème de la croix-rouge sont des perfidies.

[extrait article « crime de guerre » sur Wikipedia]


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Articles associés

Hamas
Le HAMAS ? Trêve.....de conneries ! - juin 2006
Parlons avec le Hamas - décembre 2008
Démenti israélien sur l’acceptation des conditions du Hamas - octobre 2008
Ismaïl Haniyeh refuse de céder aux pressions des Occidentaux - avril 2006
De source palestinienne : le Hamas et le Jihad islamique planifiaient les attentats pour torpiller le processus de paix - janvier 2004
Le Hamas menace « d’infliger une leçon » à Israël - octobre 2006
Hamas : construction d’un Etat terroriste - mai 2007
Gilad Shalit : le Hamas suspend les négociations - juillet 2008
Les groupes palestiniens pourraient dclarer un cessez-le-feu avec Isral - mai 2009
Le ministre palestinien des Affaires étrangères de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud al-Zahar à une agence chinoise : Aucune place pour Israël sur cette terre - avril 2006
Opération « Oferet Yetsouka » (Plomb durci)
L’hypothèse d’une nouvelle phase terrestre - janvier 2009
Les crimes de guerre du Hamas - octobre 2009
Les hôpitaux réquisitionnés par le Hamas - mars 2010
Les 10 messages à faire passer aux pro-palestiniens - janvier 2009
Offensive de Gaza : Israël rejette le rapport « partial » de l’ONU - septembre 2009
Guerre des communiqués dans la bande de Gaza : selon Al-Jazira un soldat isrélien aurait été tué - janvier 2009
Des roquettes s’abattent sur Béer Shéva - janvier 2009
Gaza : Berlin, Paris et Londres prêts à combattre la contrebande d’armes - janvier 2009
Le rapport anti goldstone de Richard Kemp, l’ancien commandant des Forces Britanniques en Afghanistan. (Traduction de la vidéo) - octobre 2009
Désinformation, secret et ruse : genèse de l’offensive contre Gaza - décembre 2008

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette