Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Israël perçoit toujours à l’ONU des menaces contre sa légitimité

Israël perçoit toujours à l’ONU des menaces contre sa légitimité

Gérard Aziakou - Agence France-Presse

lundi 5 mai 2008
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Soixante ans après sa création, Israël continue de lutter contre ce qu’il perçoit comme les tentatives de ses détracteurs à l’ONU de saper sa légitimité et d’attiser l’antisémitisme. Fin avril, son ambassadeur à l’ONU, Dan Gillerman, déplorait que plus de 50 pays refusaient toujours de reconnaître l’État juif.

Chef de la mission israélienne à l’ONU depuis cinq ans, le pugnace M. Gillerman a pourtant vu la position d’Israël s’améliorer grandement au sein de l’Organisation mondiale.

En 2005, il a été élu à l’une des vice-présidences de l’Assemblée générale, organe longtemps accusé de parti pris anti-israélien comme lors de l’adoption en 1975 d’une résolution assimilant le sionisme au racisme. Ce texte a été annulé en 1991.

Mais aujourd’hui, sur fond de tension au Proche-Orient avec son conflit indirect avec l’Iran et le blocus qu’il impose à la bande de Gaza contrôlée par le Hamas, l’Etat hébreu craint que ses détracteurs ne transforment une prochaine conférence mondiale de suivi de la lutte contre le racisme en forum antisioniste, pour essayer de saper sa légitimité et attiser l’antisémitisme.

La réunion, prévue pour juin 2009, doit jauger la mise en oeuvre d’engagements pris en 2001 lors de la première Conférence mondiale contre le racisme à Durban (Afrique du Sud).

Cette conférence, appelée Durban I, avait été condamnée par les Etats-Unis, le Canada et Israël pour avoir tourné au « happening » antisémite.

« Nous avons tous vu Durban I. Durban II (la conférence de suivi, qui se tiendra hors d’Afrique du Sud) ressemble beaucoup à un nouveau forum pour la critique d’Israël et l’antisémitisme, » a dit M. Gillerman. « Israël ne voit aucune raison de prendre part à une mascarade antisémite et anti-israélienne. »

Il a salué la décision du Canada de boycotter la conférence, se disant convaincu qu’Israël et les Etats-Unis feraient de même.

Des dérapages s’étaient en effet produits à Durban en 2001, mais ils avaient eu pour cadre un forum parallèle d’organisations non gouvernementales (ONG), pas la conférence elle-même, produisant un débat virulent sur Israël et les territoires palestiniens occupés.

« Un camp avait accusé l’autre d’antisémitisme et avait été taxé d’islamophobie en retour, » a rappelé Rupert Colville, porte-parole du Haut commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme.

« Le pire avait été la mise en circulation au forum des ONG de tracts violemment antisémites, » ce qui avait provoqué le retrait des Etats-Unis et d’Israël de la conférence de l’ONU, a-t-il dit à l’AFP depuis Genève.

Pourtant, selon lui, « malgré sa mauvaise image, Durban 2001 a été un effort collectif important face au racisme, à la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance ».

Il a cité des mesures comme le durcissement des lois antidiscrimination, l’amélioration des recours légaux et la publication de données fiables pour apprécier la façon dont sont traités les victimes de racisme et les groupes marginalisés.

Pour Steve Crawshaw, de l’organisation new-yorkaise Human Rights Watch, « il est logique d’organiser une conférence de suivi » tout en veillant à ce qu’elle ne répète pas « les erreurs de la précédente. »

« Le bilan de Durban I n’est pas bon et le Conseil des droits de l’Homme (de l’ONU, à Genève) a passé beaucoup trop de temps à s’occuper d’Israël par rapport à de nombreux violateurs sérieux des droits de l’Homme qui semblent échapper à tout examen, comme la Chine, le Soudan et d’autres, » a déclaré Tad Stahnke, chef du programme antidiscrimination de Human Rights First, un autre groupe new-yorkais.

« Je ne dis pas que le comportement d’Israël ne doive pas être examiné, mais cela doit être équilibré et mis en perspective (avec) d’autres violations qui sont commises à travers le monde », a-t-il ajouté.

M. Gillerman n’a d’ailleurs pas totalement exclu une participation d’Israël. « Si le monde décide d’avoir une conférence qui soit constructive, je vous assure qu’Israël sera le premier à y aller », a-t-il dit.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette