Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Escalade de tensions entre Israël et la Syrie

Escalade de tensions entre Israël et la Syrie

Le Flash info du Jerusalem Post édition française

lundi 7 avril 2008
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Des sources proches du Premier ministre Ehoud Olmert ont confirmé un rapport d’Aroutz 2 dimanche 6 avril selon lequel la raison de nouvelles tensions entre Israël et la Syrie aurait pour origine un message envoyé par Israël à Damas mettant en garde le régime du président syrien Bashar Assad, qui serait tenu responsable si des Juifs étaient visés à travers le monde, dans le but de venger l’assassinat de l’ex-numéro deux du Hezbollah, Imad Mugniyeh.

Mugniyeh a été tué dans un attentat à la voiture piégée à Damas, le 12 février 2008. Israël n’a pas revendiqué cette attaque, mais la Syrie et le Hezbollah le tienne pour responsable de sa mort. Le chef du Hezbollah, le cheikh Hassan Nasrallah a averti qu’il comptait se venger de l’assassinat en visant des cibles juives à l’étranger.

Dans le même temps, selon le quotidien Haaretz, Olmert aurait accédé à la requête des Etats-Unis d’autoriser de divulguer des détails du raid effectué au nord de la Syrie le 6 septembre 2007, un raid attribué par des sources étrangères à Israël, a-t-on appris dimanche 6 avril. Ces détails devraient donc être rendus publics sous peu, et ce dans le cadre d’auditions devant le Congrès américain.

Israël avait gardé le silence total sur ce bombardement, Damas affirmant qu’il avait frappé une installation militaire désaffectée. Selon des informations de presse, la cible aurait été un site nucléaire en construction avec l’assistance des Nord-Coréens. Or des officiels de l’administration du président américain George W. Bush ont formé cette requête afin d’utiliser le contenu des auditions contre la Corée du Nord. Et Olmert l’aurait acceptée, malgré l’opposition d’officiels des renseignements.

Le ministère des Affaires étrangères ouvre un bureau à Sderot


Le ministère des Affaires étrangères a ouvert dimanche 6 avril des bureaux à Sderot, cible régulière des attaques terroristes à la roquette, afin de coordonner la couverture médiatique et de faciliter des missions d’enquête et de solidarité lancées sur la ville et sur les autres communautés visées par les attaques lancées à partir de la bande de Gaza.

Sept ans ont été nécessaires pour parvenir à l’ouverture de ces nouveaux bureaux, mais comme l’a déclaré au Jerusalem Post dimanche 6 avril Hannan Godar -un des deux officiels et experts des médias du ministère affectés à ces bureaux-, « mieux vaut tard que jamais ».

Les deux officiels, qui ne vivent pas à Sderot, y feront donc des déplacements réguliers pendant les périodes dites « normales », c’est-à-dire pendant lesquelles il n’y a pas de barrage de roquettes tiré sur la ville, et des « renforts » seront envoyés pendant les périodes de violences.

Les bureaux seront tenus par des représentants du ministère travaillant en collaboration avec la ville de Sderot et les officiels des Conseils régionaux d’Eshkol.

L’idée est, selon le ministère, d’accompagner des invités étrangers pour effectuer des tournées à Sderot afin d’observer et de constater « la routine quotidienne insoutenable et insupportable des habitants ».

Ben-Eliezer : nous détruirons l’Iran en cas d’attaque

« Une attaque iranienne ne fera qu’entraîner en retour une sévère réaction d’Israël, qui détruira la nation iranienne », a déclaré le ministre de l’Infrastructure nationale Binyamin Ben-Eliezer, du parti travailliste, lundi 7 avril.

Téhéran, a-t-il ajouté, « est définitivement conscient de notre force », même s’il ne révise pas ses alliances avec la Syrie et le Hezbollah. « Nous devons faire avec », a-t-il lancé.

Reprise des pourparlers israélo-palestiniens

Les pourparlers entre responsables israéliens et palestiniens ont repris lundi 7 avril à Jérusalem. Le Premier ministre Ehoud Olmert et le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas, du Fatah, espèrent relancer l’amorce de processus de paix.

Ils se sont engagés lors de la conférence d’Annapolis aux Etats-Unis en novembre 2007 à parvenir à un accord de paix définitif d’ici la fin 2008.

Les pourparlers Israël-Hezbollah pour un échange de prisonniers progresseraient

Les négociations entre Israël et le Hezbollah sur un possible échange de prisonniers auraient récemment progressé et seraient sur le point de faire une percée, selon un rapport d’un hebdomadaire libanais, As-Safir, lundi 7 avril.

Selon une source palestinienne citée dans le rapport, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah serait personnellement impliqué dans les pourparlers.

INTERNATIONAL

Attentats de Casablanca : 9 détenus s’évadent

Neuf détenus condamnés dans des affaires liées aux attentats de Casablanca qui avaient fait 45 morts en mai 2003 se sont évadés de la prison centrale de Kénitra, au Maroc, a annoncé le ministère de la Justice dans un communiqué cité par l’agence de presse officielle marocaine MAP.

L’évasion a été constatée lundi matin 7 avril par l’administration pénitentiaire, précise le communiqué, affirmant que toutes les dispositions ont été prises pour retrouver les fugitifs et pour déterminer les responsabilités.

Des équipes d’enquêteurs se sont rendues à la prison pour approfondir les investigations sur les circonstances de ces évasions, selon le ministère.

Le président syrien reçoit le président pro-syrien du parlement libanais

Le président syrien Bachar el-Assad a reçu lundi 7 avril le président pro-syrien du parlement libanais Nabih Berri pour discuter de la crise politique qui prive le Liban de président depuis novembre 2007, selon l’agence de presse officielle syrienne SANA.

Samedi 29 et dimanche 30 mars, Damas avait accueilli un sommet de la Ligue arabe boycotté partiellement par dix des vingt-deux pays membres -parmi lesquels la Jordanie, l’Egypte, et l’Arabie Saoudite- qui y avaient envoyé des représentants de second ordre à la place de leurs chefs d’Etat respectifs, afin de marquer leur désapprobation de la position syrienne sur le Liban et sur le conflit israélo-palestinien. Beyrouth avait boycotté entièrement la réunion.

Le président du parlement libanais, Nabih Berri, fait partie de l’opposition pro-syrienne, comme le Hezbollah, qui fait échec aux tentatives du gouvernement pro-occidental de Fouad Siniora de faire élire un président pour succéder au pro-syrien Emile Lahoud.

Otages autrichiens : expiration du troisième ultimatum

L’ultimatum fixé par la branche d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), qui a enlevé le 22 février en Tunisie deux touristes autrichiens, a expiré dans la nuit de dimanche 6 au lundi 7 avril sans que les ravisseurs se manifestent.

L’AQMI avait donné aux autorités jusqu’à minuit pour libérer certains de ses membres emprisonnés en Tunisie et en Algérie en échange de Wolfgang Ebner et Andrea Kloiber, qui ont disparu alors qu’ils étaient en voyage en Tunisie en février. Deux précédents ultimatums avaient expiré les 16 et 23 mars.

Les autorités autrichiennes semblaient néanmoins confiantes dimanche dans le fait qu’elles disposaient de suffisamment de temps, ayant multiplié ces dernières semaines les initiatives diplomatiques. Le porte-parole du ministère autrichien des Affaires étrangères Peter Launsky-Tieffenthal a affirmé dimanche que les autorités pensaient disposer de davantage de temps. Il a ajouté que les efforts pour obtenir leur libération continuaient.

On ignore l’endroit précis où ils se trouvent. Selon des médias, ils se seraient près de la frontière algérienne, au Mali. Des responsables autrichiens se trouvent actuellement à Bamako, la capitale de ce pays.

Deux soldats américains tués dans deux attentats à la bombe en Irak

Deux soldats américains ont été tués dans deux attentats séparés en Irak, a annoncé l’armée américaine, lundi 7 avril.

Le commandement américain a précisé qu’un soldat appartenant à la Division multinationale de Bagdad est mort dans une explosion dimanche 6 avril au cours d’une patrouille dans la partie est de la capitale irakienne. Et un deuxième soldat est mort des suites de ses blessures dans un attentat à la bombe au nord de Bagdad.

Ces décès portent à au moins 4 020 le nombre de militaires américains qui ont trouvé la mort en Irak depuis le début de l’intervention américaine il y a cinq ans, selon un décompte de l’Associated Press.

La justice néerlandaise autorise Wilders à exprimer librement ses idées

Le tribunal de La Haye aux Pays-Bas a estimé lundi 7 avril que le député d’extrême-droite Geert Wilders était libre d’exprimer ses idées anti-islam dans son film « Fitna », au nom de la liberté d’expression indispensable à tout homme politique. Dans son avis, le tribunal a expliqué que le point de vue exprimé dans son film controversé « Fitna » n’enfreignait pas la loi interdisant l’encouragement à la haine ou la violence.

En tant que député, Wilders « doit pouvoir -parfois dans des termes crus- exprimer ses opinions », a estimé le tribunal. « Dans ce contexte, il ne peut être dit que les propos de Wilders -même s’ils sont provocateurs- sont un encouragement à la haine ou la violence à l’égard des Musulmans ».

Le film de Wilders associe des extraits du Coran, des propos d’intégristes et des images d’actes terroristes attribués à des islamistes, comme les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Il a entraîné de nombreuses manifestations d’opposition dans les pays musulmans.

La Fédération islamique des Pays-Bas avait retiré la pétition qu’elle avait initialement adressée à la justice pour exiger son interdiction. Elle avait en revanche demandé au tribunal de La Haye d’empêcher Wilders de faire des déclarations jugées insultantes envers les Musulmans « par écrit, dans un film ou de vive voix » et de l’obliger à présenter des excuses pour ses précédentes déclarations.

Tunisie : l’opposition proteste contre les saisies de son journal

Les dirigeants du parti démocratique progressiste (PDP), formation de l’opposition légale en Tunisie, ont élevé lundi 7 avril une « vive protestation » contre ce qu’ils considèrent comme des « saisies répétées » de leur journal Al Mawkef. Une information aussitôt démentie par les autorités.

Lors d’une conférence de presse, la secrétaire générale du PDP, Maya Jribi, a dénoncé « les développements graves et les harcèlements » dont fait l’objet selon elle l’hebdomadaire. Selon son rédacteur en chef, Rachid Khéchana, c’est la troisième fois en moins d’un mois que le journal est saisi de « manière détournée », attribuant ces mesures vraisemblablement à des articles qui « dérangent le pouvoir ».

Dans un communiqué, le bureau politique du PDP accuse les autorités d’être derrière ces pratiques qu’il qualifie d« ’illégales », en l’absence de toute décision de justice. Jribi et Khéchana estiment que l’objectif visé à travers ces « harcèlements » est d« ’étouffer l’une des rares voix libres qui restent dans le pays » et d’acculer « à la faillite, voire à la disparition » le journal qui est « privé de publicité et de subventions publiques ».

Les dirigeants du PDP et d« Al Mawkef se disent néanmoins »déterminés à poursuivre la bataille pour la liberté de presse et d’expression« . Ils projettent de se charger dorénavant eux-mêmes de la vente du journal directement aux lecteurs sur la voie publique et au siège du parti et de recourir, le cas échéant, à d’autres moyens politiques pour contourner ces »entraves".

Afghanistan : les forces de la coalition tuent plus de 15 rebelles

Plusieurs rebelles ont été tués dimanche 6 avril au cours d’affrontements avec les troupes afghanes et de la coalition dans l’est de l’Afghanistan, et quinze autres sont morts dans d’autres heurts au sud du pays samedi 5 avril.

Les forces alliées ont affronté des rebelles afghans lourdement armés dans une partie montagneuse de la province du Nuristan, a déclaré la coalition dans un communiqué.

« L’ennemi renforçant ses positions en faisant appel à d’autres combattants, le commandant des forces terrestres a demandé une intervention aérienne », est-il précisé.

Le nombre de personnes tuées dans l’affrontement n’a pas été fourni avec précision. Un nombre indéterminé de personnes ont également été arrêtées.

Samedi dans la province de Kandahar au sud du pays, l’OTAN et les troupes afghanes ont tué 15 rebelles au cours d’affrontements, a-t-on appris dans un communiqué du ministère de la Défense.

Démission du principal conseiller de la campagne d’Hillary Clinton

Le principal conseiller d’Hillary Clinton pour la campagne de la candidate démocrate à la présidence américaine, Mark Penn, a démissionné de son poste dimanche 6 avril après la révélation d’une rencontre avec des représentants du gouvernement colombien pour les aider à promouvoir un accord de libre-échange auquel la candidate à l’investiture démocrate est opposée.

« Après les événements des derniers jours, Penn a demandé à abandonner son rôle en tant que conseiller en chef en stratégie pour la campagne d’Hillary Clinton », a annoncé Maggie Williams, responsable au sein de l’équipe de campagne de l’ex-First Lady.

Le Wall Street Journal avait révélé vendredi 4 avril que Mark Penn, directeur général du cabinet de relations publiques Burson-Marsteller, avair rencontré des représentants du gouvernement colombien le 31 mars pour élaborer une stratégie visant à faire adopter un accord de libre-échange avec la Colombie par le Congrès.

« Mark, et [son entreprise] Penn, Schoen and Berland Associates Incorporation continueront de conseiller la campagne » de Clinton, a néanmoins assuré Williams. Ce désistement intervient à la veille d’une semaine qui s’annonce cruciale pour les candidats à la présidentielle américaine, prévue pour le 4 novembre 2008. La campagne devrait en effet se recentrer autour de la question irakienne, le général David Petraeus, commandant des forces américaines en Irak, devant livrer au Congrès un rapport sur l’amélioration de la sécurité en Irak.

L’utilisation des téléphones portables autorisée à bord des vols européens

La Commission européenne a approuvé lundi 7 avril l’utilisation de téléphones portables à bord des avions sur tous les vols européens. Selon la Commision, ces nouvelles règles, qui entrent en vigueur lundi, fixent un nouveau standard commun à toute l’Europe.

Vivianne Reding, la Commissaire aux télécommunications, a cependant mis en garde les opérateurs de téléphonie, les exhortant à fournir ces services d’appels aériens à des tarifs raisonnables.

Ces nouvelles règles ouvrent la voie au lancement par les compagnies aériennes de leurs propres services de téléphonie mobile embarquée, plus tard courant 2008.

FRANCE

Passage de la torche olympique animé à Paris

Les forces de l’ordre escortant la flamme olympique sur son parcours parisien ont décidé lundi 7 avril de l’éteindre en raison du nombre important de manifestants et de la mettre à l’abri à bord d’un bus, a constaté un cameraman sur place. Les autorités ont alors transporté la flamme à l’aide de la lampe olympique, avant de reprendre le cortège avec un nouveau porteur de torche.

Interrogé sur France-Info, l’ancien ministre des Sports Jean-François Lamour a confirmé que la torche « a été éteinte », mais que la flamme olympique elle-même, contenue dans la lampe olympique restait allumée.

L’incident a eu lieu au bord de la Seine, peu après le départ de la flamme de la Tour Eiffel, aux mains du premier relayeur, l’ex-champion du monde du 400 mètres haies, Stéphane Diagana.

De nombreux groupes de défense des droits de l’Homme avaient appelé à manifester contre la situation au Tibet, l’atteinte aux libertés et la répression en Chine.

Somalie : la France envoie une équipe du GIGN à Djibouti

La France a envoyé un équipe du GIGN - le Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale- à Djibouti pour pouvoir intervenir dans la prise d’otages du « Ponant », ce voilier de croisière français détourné par des pirates dans le golfe d’Aden, a-t-on appris lundi 7 avril auprès du Quai d’Orsay.

« Nous confirmons l’envoi d’une équipe du GIGN à Djibouti afin de renforcer notre dispositif de négociations déjà en place », a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Pascale Andreani.

Le voilier français dont une dizaine de pirates ont pris le contrôle vendredi 4 avril au large de la Somalie, a accosté dans le nord du pays et le contact a été établi avec les ravisseurs dimanche 6 avril. « Un premier contact avec les pirates a été établi cette nuit. Nous avons eu confirmation que l’équipage était sain et sauf et bien traité », a-t-elle ajouté.

« Nous suivons les mouvements du Ponant grâce à des moyens maritimes et aériens : l’aviso »Commandant-Bouan« est chargé du suivi en mer et des avions de reconnaissance se relaient afin d’effectuer des vols au-dessus du navire piraté et de recueillir des informations », a précisé Andreani.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette