Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Le Hamas promet de se venger après la mort de 19 Palestiniens

Le Hamas promet de se venger après la mort de 19 Palestiniens

Le flash info du Jerusalem Post édition française

mercredi 16 janvier 2008
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

19 Palestiniens ont été tués mardi 15 janvier au cours d’une opération militaire dans la bande de Gaza. L’un d’eux, Houssam Zahar, 24 ans, était le fils de Mahmoud Zahar, un membre important du Hamas qui est considéré comme l’un des concepteurs du coup d’Etat à Gaza l’été dernier. Son fils aîné, Khaled, avait été tué en 2003 dans une frappe aérienne.

Le président de l’Autorité palestinienne a condamné ce qu’il a décrit comme « le massacre israélien dans Gaza ». Selon lui, Israël conduit des actions barbares qui menacent le processus de paix. « Nous ne pouvons pas rester silencieux devant ces crimes », a-t-il déclaré.

Hamas a proclamé 3 jours de deuil dans Gaza.

Zahar a accusé Abbas de complicité dans la mort de son fils. « Ceci est l’espoir d’Abou Mazen et de ses collègues, les collaborateurs avec Israël et les espions des Etats-Unis », a-t-il déclaré, se référant à Abbas en utilisant son surnom.

Le Hamas, a promis Zahar, répondra au raid de mardi « de la manière appropriée. Nous nous défendrons par tous les moyens. »

Par ailleurs, Le Hamas a revendiqué l’assassinat d’un volontaire équatorien dans un kibboutz du Néguev proche de la bande de Gaza. Le jeune homme de 20 ans a été tué par un tireur palestinien.

Jusqu’à maintenant, le Hamas avait assisté le Djihad islamique et les Comités de résistance populaire dans la fabrication des Kassam, mais il avait évité de participer directement aux tirs, préférant agir par des intermédiaires.

L’armée estime que suite au grand nombre de terroristes qui ont été tués dans l’opération de mardi, il est possible que le Hamas ait décidé de s’impliquer directement dans des opérations terroristes.

« Si cela est le cas, le nombre de roquettes tirées contre Israël va sensiblement augmenter », a confié un officiel de la défense.

Mardi, 28 roquettes ont frappé le Néguev et la ville de Sderot. L’une d’elle a atteint directement une maison, blessant 5 personnes, dont une mère de famille et sa petite fille.

Une autre roquette, de modèle Katioucha-Grad, a frappé le sud d’Askhelon sans provoquer de dégâts ou de blessés.

ISRAËL - AUTORITE PALESTINIENNE

Le chef de la branche militaire du Djihad islamique pour la Cisjordanie tué dans un raid israélien

Le chef de la branche militaire du Djihad islamique pour la Cisjordanie a été tué peu avant l’aube mercredi 16 janvier dans un raid de l’armée sur un village près de Djénine, a annoncé la radio militaire.

L’opération est un partenariat entre l’armée et le Shin Bet (services de sécurité israélien).

Walid Obeidi était recherché par Israël depuis des années, a indiqué le Djihad islamique.

Quand les soldats sont entrés dans le village de Kabatiyeh au sud de Djénine à la faveur de l’obscurité, d’intenses échanges de tirs ont suivi entre soldats et terroristes du Djihad islamique.

Obeidi a été tué et deux de ses gardes du corps ont été blessés. Les deux gardes du corps ont été arrêtés, a précisé le Djihad.

Par ailleurs, 12 roquettes Kassam sont déjà tombées sur le Néguev depuis le début de la matinée.

Mardi, une vingtaine de roquettes ont frappé la ville de Sderot, blessant au moins 3 personnes.

Une Kassam a également détruit un pilier éléctrique, plongeant la ville dans l’obscurité.

Une katioucha de type “Grad” est tombée dans le sud d’Askhelon.

Lieberman annonce sa demission du gouvernement

Avigdor Lieberman, le président d’Israël Beitenou et ministre des Affaires stratégiques, vient d’annoncer au cours d’une conférence de presse que lui et son parti quittaient la coalition gouvernementale.

Le Premier ministre Olmert reste néanmoins avec une majorité de 67 députés au parlement.

Lieberman a déclaré pendant la conférence de presse qu’il avait annoncé il y a deux semaines que si les négociations entre Israéliens et Palestiniens abordaient les questions clés que sont Jérusalem, les frontières et les réfugiés, Israël Beitenou quitterait le gouvernement.

Lieberman a complété en confiant qu’il ne comprenait pas d’où venaient tous les commentaires qu’il avait pu lire dans la presse : “Je suis quelqu’un qui n’a qu’une parole. Quand je dis quelque chose, je le fais.”

Sans doute Lieberman faisait-il allusion aux bruits selon lesquels Olmert aurait négocié le départ de Lieberman contre la certitude que le ministre de la Défense Ehoud Barak, président du parti travailliste, qui avait également annoncé la possibilité qu’il demissionne avec la publication du rapport Winograd, reste dans la coalition.

Lieberman est revenu sur sa vision générale : selon lui, il ne sortira rien des négociations entre l’équipe israélienne conduite par Tsipi Livni et celle conduite par l’ex-Premier ministre palestinien Ahmed Qoureï.

“Tout le monde sait qu’il ne sortira rien des discussions sur les questions clés. Alors pourquoi ai-je décidé de demissionner ? Je pense que la conception “les territoires contre la paix” est une erreur. Celui qui pense pouvoir arriver à la paix et à la sécurité en renonçant à des territoires se trompe et trompe les autres.”

Lieberman a rappelé qu’il était favorable à un échange de territoires et de populations incontournables pour arriver à “deux Etats pour deux peuples”.

Il a dénoncé le manque de symétrie dans l’approche politique actuelle : “Nous allons vers un Etat palestinien sans aucun Juif en face d’un Etat israélien qui aurait une majorité arabe.”

Lieberman a également fait le bilan de la contribution de son parti dans l’action générale du gouvernement.

Il a loué le Premier ministre Olmert pour son “ouverture d’esprit” et le fait qu’il se soit toujours tenu loin de toute intrigue.

Avec le départ d’Israël Beitenou du gouvernement, le parti orthodoxe Shas et le parti travailliste ont pris davantage de poids dans la coalition.

Herzliya rappelée à l’ordre par le ministère de l’Environnement

Le ministère pour la protection de l’Environnement a prononcé mardi 15 janvier une semonce contre la municipalité d’Herzliya. La ville est accusée de violer la loi d’usage des eaux.

Selon le ministère, Herzliya n’a pas nettoyé une citerne qui contenait 3 900 tonnes d’eau et des milliers de kilos d’autres déchets, polluant les environs.

La violation de la loi est punie d’une peine de 350 000 shekels à un an de prison. Le ministère a ordonné à la municipalité de présenter un plan détaillé de nettoyage d’ici fin février et de nettoyer la citerne d’ici le 1er juillet.

Le shekel se porte bien

Le shekel s’est encore renforcé face au dollar, s’échangeant mardi 15 janvier au taux de 3,7260.

Le shekel a enregistré la meilleure performance parmi 11 autres monnaies des marchés émergents en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique ces dernières cinq années.

Le Bureau central des statistiques a également annoncé mardi que l’inflation annuelle s’était accelérée pour atteindre 3,4% en décembre, sa vitesse la plus rapide depuis juin 2006. C’était la première fois qu’elle franchissait l’objectif maximal de l’Etat depuis un an et demi.

Le rythme de l’inflation s’est accéléré de 2,8% en novembre. Alors que l’inflation s’est accélérée suite à la hausse momentanée des prix, le gouverneur général de la banque d’Israël Stanley Fischer a déclaré cette semaine qu’elle reviendrait à l’objectif de 1% à 3% d’ici la fin 2008.

Les taux d’intérêt sont à un niveau “approprié” pour ramener l’inflation au dessous de 2% d’ici la fin de l’année, a-t-il indiqué.

Le shekel a gagné 4,6% depuis que fischer a décidé en décembre de monter les taux de référence.

Un blessé à Sderot suite à un tir de Kassam

Une personne a été légèrement blessée et 7 autres sont traitées pour choc suite à un tir de Kassam, a annoncé la radio militaire.

Depuis ce matin, 25 Kassam sont tombées sur le Néguev et dans les environs de Sderot et Askhelon.

Le maire de Sderot, Eli Moyal, a convoqué ce matin le conseil municipal pour discuter des mesures que commande la situation.

Il semble ne pas souhaiter déclarer l’état d’urgence, mais encourager au contraire les habitants de Sderot à continuer leurs activités le plus normalement possible.

Les écoles étaient ouvertes ce matin, également du fait que leurs bâtiments sont souvent mieux protégés que les maisons privées.

Les habitants de Sderot ont reproché au gouvernement de ne pas avoir pris de mesures pour renforcer les maisons.

Explosion dans une base de l’armée de mer

La radio militaire rapporte que 7 personnes ont été blessées suite à une explosion dans une base de l’armée de mer de Haïfa.

D’après les dernières informations, un obus a explosé pendant des travaux de maintenance sur le canon d’un navire de l’armée.

Les équipes médicales de Maguen David Adom sont arrivées sur place où les blessés étaient déjà secourus par le médecin de la base.

Parmi les 7 personnes qui ont été évacuées sur l’hôpital Ramban de Haïfa, l’une est dans un état grave, une autre moyennement blessée. Les deux sont des employés de l’armée.

Les 5 autres personnes, des soldats, devaient pouvoir sortir de l’hôpital dans la journée.

Une enquête est ouverte sur les circonstances de l’accident.

Les Palestiniens dénoncent la mort de 3 civils

La radio militaire annonce que les Palestiniens ont rapporté que 3 civils, dont un adolescent de 14 ans, avaient été tués par une frappe aérienne de l’armée.

Tsahal a déclaré qu’il y avait eu une frappe aérienne contre des lanceurs de Kassam dans la bande de Gaza. Un missile a frappé par erreur le véhicule dans lequel voyageait les 3 personnes.

Les agriculteurs du kibboutz Ein Shlosha n’ont pas pu travailler aujourd’hui. Hier, un jeune volontaire de 21 ans avait été tué par le tir d’un sniper palestinien.

Depuis ce matin, 34 kassam ont été tirés sur le Néguev et la ville de Sderot.

Le milliardaire russe Arkadi Gaydamak a déclaré qu’il allait financer un week-end de détente hors de la ville pour tous les habitants de Sderot.

Hier, 5 personnes avaient été blessées, dont une mère de famille et sa petite fille. Aujourd’hui, une personne a été blessée et d’autres ont été hospitalisées suite au choc traumatique.

Le conseil municipal de Sderot s’est réuni en urgence dans la matinée.

Près d’une centaine de Kassam auront été tirées en l’espace de deux jours.

Le ministre de la santé envisage d’assouplir la loi anti-tabac

La vente de tabac a baissé de 12% depuis l’application de la loi anti-tabac au mois de novembre.

Mais le ministre de la Santé Yaakov Ben-Yizri envisageait depuis longtemps d’assouplir la loi pour les restaurants et les cafés suite aux plaintes des propriétaires et des consommateurs.

Pour la première fois, la nouvelle loi avait augmenté les amendes contre les contrevenants et prévu une amende pour les propriétaires de restaurant ou de café qui ne l’appliquaient pas.

La loi considère que les lieux extérieurs - tels que les terrasses ou les balcons - doivent également être considérés comme non-fumeurs. Ben-Yizri envisage d’y autoriser la cigarette de nouveau.

Les opposants ont déclaré qu’autoriser la cigarette sur les terrasses exposerait les autres clients et le personnel à la fumée.

En novembre, 36,6 millions de paquets de cigarettes - d’une valeur de 532 millions de shekels - ont été importés contre 41 millions de paquets en octobre (634 millions).

La mairie de Jérusalem soigne ses bébés

Les consulats américain et français n’écriront pas plus le nom « Israël » sur leurs passeports après la ville « Jérusalem », mais la municipalité de Jérusalem a initié un projet original : garder les noms de tous les bébés - juifs et arabes - nés à Jérusalem.

Le projet, nommé « les générations de Jérusalem », a été initié l’année dernière par le maire Ouri Lupolianski. Ainsi que le déclare un porte-parole de la mairie, son but n’est pas politique mais participe de la volonté de transmettre un sentiment d’appartenance aux futures générations.

L’année dernière, la ville a envoyé près de 13 000 certificats en hébreu et en arabe. Les certificats, qui arrivent en moyenne un mois après la naissance du bébé, sont rédigés à partir des certificats de naissance du ministère de l’Intérieur.

Le certificat orné, sur lequel est inscrit le nom du bébé et sa date de naissance d’après le calendrier grégorien et hébreu, est signé par le maire.

Les noms des enfants et des parents sont également inscrits dans un livre artistique qui se trouve dans le lobby de la mairie.

Le public pourra le consulter 4 fois dans l’année : Yom Yeroushalayim, Pessah, Shavouot et Souccot.

La ville, d’une population de 750 000 résidents, a l’un des taux de naissance les plus élevés dans le monde occidental, déclare la municipalité.

Les présidents d’université donnent un sursis aux maîtres de conférence et aux Finances

Le Comité des présidents d’université a déclaré mercredi 16 janvier qu’un accord devait être trouvé avant vendredi 18 janvier midi entre les maîtres de conférence grévistes et les responsables du ministère des Finances. Sans quoi les universités seraient fermées à partir de dimanche.

Le président du comité a expliqué que les universités ne pouvaient plus fonctionner. Les maîtres de conférence sont en grève depuis le début de l’année universaire, le 21 octobre.

Dimanche 13 janvier, le tribunal du travail, saisi par les présidents d’université, avait refusé de prononcer des ordres d’injonction qui obligent les maîtres de conférence à retourner en cours. La décision juridique a été remise à lundi prochain.

Une rencontre entre le ministère des Finances et les maîtres de conférence s’est terminée cet après-midi sans avancée notable. Les maîtres de conférence accusent les Finances de saboter toutes les tentatives pour arriver à un accord.

Une longue grève avait pareillement vu s’affronter les Finances et les enseignants du secondaire. Ceux-ci étaient retournés dans leurs classes après que le tribunal du travail avait décrété des ordres d’injonction.

INTERNATIONAL

Attentat à Beyrouth

Un attentat a eu lieu mardi 15 janvier dans le quartier à majorité chrétienne de Dora-La Quarantaine, au nord de Beyrouth. Selon le Département d’Etat américain, l’explosion, qui visait un véhicule de l’ambassade américaine, a causé la mort de quatre Libanais.
Aucun membre américain de l’ambassade n’a été touché.

L’attentat est intervenu peu avant une réception de départ pour l’ambassadeur Jeffrey Feltman, à l’hôtel Phoenicia, sur le bord de mer.

Le véhicule transportait deux employés libanais de l’ambassade, selon le porte-parole du Département d’Etat, Sean McCormack. Le chauffeur, un libanais employé à l’ambassade américaine, a été légèrement blessé.

Les sites et les personnels américains ont souvent été la cible d’attaques au Liban.
En 1983, un attentat avait pris pour cible l’ambassade américaine à Beyrouth, tuant au moins 17 diplomates américains, dont des membres importants.

La même année, 241 américains avaient été tués dans l’explosion d’un camion qui visait le poste de commandement militaire de l’armée américaine.

Les terroristes avaient également assassiné des soldats français déployés dans le cadre d’une force internationale d’interposition placée sous le commandement de l’ONU.

Le 12 décembre 2007, le général François Hajj, qui était pressenti pour devenir le futur chef d’état-major de l’armée libanaise, a été tué avec deux autres personnes dans un attentat à la voiture piégée similaire à celui d’hier.

Déclaration surprenante du grand mufti de Syrie

Le grand mufti de Syrie, la plus haute autorité sunnite du pays, a accusé les médias d’avoir provoqué le conflit autour des caricatures du prophète Mahomet. Une série de 12 caricatures avait été publiée il y a deux ans dans un journal danois, provoquant la colère des musulmans du monde entier.

Selon le grand mufti, les caricatures ont reçu une attention démesurée.

Après avoir pris la parole au parlement européen, le cheikh Ahmad Badereddine a déclaré aux journalistes que le conflit avait opposé un artiste à quelques individus qui l’avaient instrumentalisé.

“Qui a organisé ces manifestations ? Il y a des médias en Europe et dans le monde musulman qui aimeraient voir éclater un conflit”, a-t-il expliqué. “Ces caricatures ont reçu une importance qu’elles ne méritaient pas.”

Hassoun a cependant indiqué qu’il désapprouvait les dessins et qu’il condamnait ce qu’il a appelé le manque de respect envers toute personne sacrée, qu’il s’agisse de Bouddha ou de Mahomet.

Hassoun a été invité à prendre la parole à l’Union européenne dans le cadre d’une serie de débats organisés avec des leaders religieux et politiques pendant l’Année de l’Europe pour le dialogue interculturel.

Le pape Benoît XVI et le président d’Israël Shimon Peres y participaient.

Hassoun a condamné les guerres au nom de la religion. Il a confié que seule la paix, et non la guerre, pouvait être sainte. Il a dénoncé les terroristes qui se suicident avec des explosifs, mais a expliqué que les conflits dureraient au Moyen-Orient tant que les “Palestiniens auront le sentiment que leur maison leur a été confisquée”.

“Jérusalem est sacrée pour les musulmans, les chrétiens et les Arabes. Elle doit rester une ville ouverte”, a déclaré Hassoun. Il n’a pas cité les Juifs.

Manifestation des Frères musulmans contre la venue de Bush en Egypte

Le président américain George W. Bush achève mercredi 16 janvier par une rapide étape égyptienne sa longue tournée au Moyen-Orient, qui l’aura menée en huit jours d’Israël à l’Arabie Saoudite.

Le président américain ne passe que trois heures auprès de Hosni Moubarak, un de ses principaux alliés dans la région, à Charm el-Cheikh. L’accueillant à sa descente d’Air Force One, le raïs égyptien l’a immédiatement emmené pour des entretiens principalement consacrés au processus de paix israélo-palestinien.

Aux côtés de Moubarak, le président américain a noté que les « pays du voisinage » étaient disposés à aider Israéliens et Palestiniens à faire la paix.

Il a également appelé à une plus grande ouverture politique en Egypte, s’abstenant pourtant de critiquer ouvertement le manque de libertés politiques.

Les Frères musulmans, principal mouvement d’opposition au régime, interdit mais toléré, ont manifesté contre cette visite. « George W. Bush n’a apporté que destruction, mort, détresse et déplacements de population en Irak, en Afghanistan et en Palestine », a lancé Mohammed el-Belgati, représentant des Frères.

Ces derniers mois, des centaines de membres du mouvement ont été emprisonnés, le régime de Moubarak s’en prenant aussi, via les tribunaux, aux journalistes et à des associations de défense des droits de l’homme.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette