Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Ehoud Olmert s’entretient avec Vladimir Poutine à Moscou

Ehoud Olmert s’entretient avec Vladimir Poutine à Moscou

Le flash info du Jerusalem Post édition française

vendredi 19 octobre 2007
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

« La Russie prend des mesures, conjointement avec les autres membres participants aux négociations internationales, pour résoudre le problème [du nucléaire iranien] par des moyens pacifiques dans l’intérêt de la communauté internationale et du peuple iranien », a déclaré le president russe Vladimir Poutine jeudi 18 octobre, peu de temps avant son entretien à Moscou avec le Premier ministre Ehoud Olmert.

« Les menaces contre l’Iran », a poursuivi Poutine, « sont inutiles dans les relations internationales, parce que le dialogue avec les Etats... est toujours plus prometteur. C’est un chemin plus court vers le succès, que la politique de menaces, de sanctions et même de pression armée. »

Ehoud Olmert s’est envolé jeudi (18 octobre) pour Moscou afin de s’entretenir avec Poutine, au lendemain de la visite du président russe à Téhéran lors de laquelle il a appelé mercredi les puissances internationales à ne pas attaquer l’Iran et jugé qu’il n’y avait aucune preuve que Téhéran développe l’arme atomique.

Olmert devrait tenté de convaincre Poutine que seuls l’isolement de l’Iran et l’application de sanctions ne pourront entraver sa course au nucléaire. Le Premier ministre devrait également aborder la question à Paris dimanche avec le président Nicolas Sarkozy, puis à Londres, mardi, avec le Premier ministre britannique Gordon Brown.

Les services du chef du gouvernement ont en outre démenti que la visite éclair d’Olmert à Moscou - il n’y restera qu’une journée - soit liée aux négociations pour la libération d’Ehoud Goldwasser et Eldad Regev, affirmant que les Russes ne sont pas impliqués dans les pourparlers. Le journal al-Hayat, basé à Londres, affirmait pourtant jeudi 18 octobre, citant une source du Kremlin, que Vladimir Poutine et Mahmoud Ahmadinejad auraient abordé la question des soldats israéliens détenus par le Hezbollah lors de la visite du président russe à Téhéran, mardi.

Peres : « Ouvrir les yeux avant qu’il ne soit trop tard »

Le président Shimon Peres a appelé jeudi 18 octobre la communauté internationale à « ouvrir les yeux avant qu’il ne soit trop tard ». « A plusieurs reprises dans l’Histoire, il a été trop tard pour éviter des atrocités et des effusions de sang, comme avec Staline et Hitler. Nous nous rapprochons du même scénario avec Ahmadinejad », a-t-il prévenu.

Bush prévient d’une « troisième guerre mondiale » si l’Iran se dote du nucléaire

Le président américain George W. Bush a averti mercredi 17 octobre de la menace d’une “troisième guerre mondiale” si la république islamique parvenait à se doter de la technologie nucléaire.

“Nous nous trouvons face à un leader en Iran qui annonce sa volonté de détruire Israël”, a rappelé Georges Bush, lors d’une conférence de presse à la Maison-Blanche. Puis, s’adressant aux puissances internationales, il a poursuivi : “Si vous voulez éviter une troisième guerre mondiale, vous devriez avoir intérêt à empêcher [l’Iran] d’accéder à la technologie nucléaire”, a-t-il averti.

Les déclarations de Bush faisaient suite à celles de son homologue russe, qui a estimé mercredi à Téhéran ne voir aucune preuve de la course iranienne à l’armement nucléaire. Bush a déclaré “attendre des explications” de la part de Poutine et espéré que la Russie continuerait de coopérer avec les Etats-Unis dans le but d’isoler l’Iran et d’imposer des sanctions à la république islamique.

Israël appelle le Conseil de sécurité de l’ONU à adopter une nouvelle résolution sur l’Iran

La ministre des Affaires étrangères, Tzipi Livni, a appelé mercredi 17 octobre à une nouvelle résolution du Conseil de sécurité de l’ONU sur l’Iran, afin d’empêcher Téhéran de se doter de l’arme nucléaire.

Lors d’une conférence de presse à Jérusalem avec la Secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice, Livni a jugé qu« ’il fallait une autre résolution du Conseil de sécurité ». Par le passé, le besoin d’avoir l’assentiment de tous, y compris la Russie et la Chine, « a mené à certains compromis sur la nature des sanctions. J’espère que cela ne sera pas le cas cette fois-ci », a-t-elle souligné.

Rice a quand à elle précisé que le Conseil travaillait actuellement à l’élaboration d’une nouvelle résolution et que Washington suivrait cette voie en cas d’échec des négociations avec Téhéran.

Winograd publiera ses conclusions d’ici fin 2007

Le rapport définitif de la commission Winograd sur les dysfonctionnements de la seconde guerre du Liban sera publié d’ici la fin 2007, selon un courrier adressé à l’avocate générale de Tsahal, le colonel Orna David.

Selon la lettre, la commission n’enverra pas de lettres d’avertissement aux personnes susceptibles d’être mises en cause par ses conclusions, ni ne formulera de recommandations personnelles.


Hirchson accusé d’avoir détourné 2,5 millions de shekels

L’ébauche d’acte d’accusation rédigée par la partie civile contre l’ancien ministre des Finances Avraham Hirchson et dix autres suspects impliqués dans le détournement de plusieurs millions de shekels des caisses du syndicat national des ouvriers et de l’association Nili a été publiée mercredi 17 octobre.

Selon l’acte d’accusation, Hirschson aurait détourné 2,5 millions de shekels entre 1998 et 2005 par différents moyens : virements directs, enveloppes reçues à domicile, frais de voyages surfaits...

Hirchson fait en tout l’objet de cinq chefs d’accusation : détournement de fonds par un responsable d’association, perception illégale de fonds avec circonstances aggravantes, escroquerie et abus de confiance, blanchiment d’argent et falsification de documents. Il risque une peine de 3 à 10 ans de prison.

Le convoyeur d’un terroriste suicidaire condamné à cinq peines de prison à perpétuité

Ashraf Keisi, un Arabe israélien, a été condamné jeudi 18 octobre par le tribunal de Tel-Aviv à cinq peines de prison à perpétuité plus une peine de vingt ans pour avoir conduit un terroriste suicidaire sur les lieux de son crime, la boîte de nuit Stage à Tel-Aviv, en février 2005. Cinq personnes avaient été tuées dans l’attentat et 50 autres blessées.

« L’accusé, un citoyen et résident israélien, s’est associé au pire de nos ennemis dans le but de tuer le plus possible de personnes », ont écrit les juges, ajoutant que Keisi n’avait jamais exprimé de quelconque regret « pour avoir joué un rôle actif dans l’infâme complot de ceux qui tentent de nous détruire. »

Keisi aurait conseillé aux terroristes de ne pas choisir Netanya, « où les gens préfèrent ne pas sortir à cause de la chaleur ». Il aurait refusé d’aider le terroriste suicidaire à perpétrer son crime à Hadera, où il habite, et lui aurait recommandé le bord de plage « bondé » de Tel-Aviv.

Keisi a été arrêté au lendemain de l’attentat, avouant immédiatement avoir conduit le terroriste, en raison de difficultés financières.


La grève des professeurs d’université pourrait être évitée

Des représentants du ministère de l’Education et le chef de l’union des professeurs d’université se sont entretenus jeudi 18 octobre afin de tenter d’éviter la grève des professeurs de l’enseignement supérieur.

L’union a annoncé cette semaine que l’année académique ne débuterait pas dimanche 21 octobre, un accord salarial n’ayant pas été discuté avec les professeurs depuis 2001.

Les services du Premier ministre ont rédigé un compromis selon lequel les 300 millions de shekels qu’exigent les professeurs seront alloués en deux étapes au cours de l’année académique à venir.

150 millions de shekels seraient ainsi alloués immédiatement, et le reste après que les étudiants et le gouvernement auront signé un accord sur l’application des recommandations de la commission Shohat. L’union des professeurs étudie la proposition.

Pendant ce temps, la grève du secondaire entre dans son 8e jour. Cependant, les lycées de la région de Haïfa ont réouvert jeudi 18 octobre.

Combats entre Hamas et Fatah à Gaza : 4 morts

Des combats entre les forces de sécurité du Hamas et les membres d’un clan lié au Fatah ont fait quatre morts et une vingtaine de blessés près de la ville de Gaza mercredi soir 17 octobre.

Deux membres des forces du Hamas et deux membres du clan Helès, un des plus importants de Gaza et proche du Fatah, ont été tués.

Les combats ont éclaté lorsque les forces de sécurité du Mouvement de la résistance islamique ont bouclé le quartier d’al-Shojaiyah, à l’est de Gaza, pour arrêter des membres du clan recherchés, a précisé un porte-parole du Hamas. Il a affirmé que les affrontements ont commencé lorsque les membres du clan ont ouvert le feu sur les forces de sécurité.

Un responsable du Fatah, qui se prononçait sous le couvert de l’anonymat, a de son côté déclaré que les agents du Hamas avaient tenté de confisquer une voiture appartenant à un membre du clan Helès.

Recensement à portée politique dans les territoires palestiniens

Les Palestiniens se préparent à organiser leur premier recensement de ces dix dernières années. A partir de samedi (20 octobre), quelque 5 000 personnes chargées du recensement se déploieront en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, pour compter dans un premier temps les bâtiments puis en décembre les habitants. Les résultats ne devraient être connus qu’en février 2008.

« Nous espérons pouvoir utiliser ces statistiques dans les négociations » avec l’Etat hébreu, a expliqué le négociateur palestinien Saeb Erekat, proche du président Mahmoud Abbas. « C’est important non seulement pour le processus politique, mais également pour les institutions de l’Etat. »

Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, juge également les résultats de ce recensement importants et assure vouloir coopérer.

La première enquête de ce genre, réalisée en 1997, recensait 2,89 millions de Palestiniens en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et à Jérusalem-Est. D’après des estimations du bureau central palestinien des statistiques, les Palestiniens seraient aujourd’hui 3,9 millions. Ils affichent l’un des plus fort taux de natalité au monde.

Israël conteste cependant les chiffres de 1997 et considère que les projections actuelles sont exagérées.

Ce recensement coûtera 8,6 millions de dollars (6 millions d’euros), dont l’Autorité palestinienne prendra 20% à sa charge. Le reste du financement est assuré par l’ONU, l’Arabie Saoudite, l’Agence suisse pour le développement et la coopération, les Pays-Bas et l’OPEP.

MOYEN-ORIENT

La Syrie prétexte une erreur de traduction

Les Nations unies ont imputé mercredi 17 octobre à une erreur de traduction un communiqué de presse publié la veille dans lequel l’ONU rapportait les propos d’un responsable syrien qui affirmait qu’Israël avait effectué un raid aérien sur un site nucléaire en Syrie.

La Syrie avait démenti mercredi qu’un de ses diplomates ait tenu de tels propos, précisant que « de telles installations n’existent pas » sur son sol, selon l’agence officielle SANA.

Selon SANA, qui citait une source du ministère des Affaires étrangères syrien, le communiqué de presse de l’ONU a déformé les propos du diplomate. Et après sept heures d’enquête, l’ONU a effectivement donné raison aux autorités syriennes.

« Il y a eu une erreur d’interprétation hier lors de la séance du Premier comité » de l’Assemblée générale, a déclaré le porte-parole onusien Farhan Haq. « Il n’a pas été fait usage du mot ’nucléaire’. »

« Même si, en anglais, l’interprète a suggéré que le délégué syrien avait fait référence à une attaque contre un site nucléaire, ce qu’il a dit était : ’comme ce qui est arrivé le 6 septembre contre mon pays »’, a déclaré Haq.

France

Nicolas et Cécilia Sarkozy ont divorcé

Nicolas et Cécilia Sarkozy ont annoncé jeudi 18 octobre qu’ils avaient « divorcé par consentement mutuel », selon un second communiqué de l’Elysée.

Un premier communiqué de l’Elysée publié à 13h20 évoquait une « séparation par consentement mutuel », sans mentionner le mot divorce.

Un proche du chef de l’Etat a précisé deux heures plus tard que cette séparation équivalait à un divorce. « Ils ont divorcé par consentement mutuel », a complété le second communiqué de la présidence publié à 15h45.

Nicolas Sarkozy est parti à 15h20 pour Lisbonne, où il doit participer jeudi soir et vendredi au conseil européen, sans faire de déclaration.

Le divorce de Nicolas et Cécilia Sarkozy a été prononcé « par consentement mutuel » et n’a « posé aucun problème », a déclaré leur avocate Me Michèle Cahen.

« Ils ont été entendus par un juge et le juge a prononcé leur divorce », a-t-elle témoigné sur Europe-1, expliquant que la question de l’immunité présidentielle ne se pose plus dès lors qu« ’ils sont d’accord tous les deux pour divorcer par consentement mutuel ».

« Ca s’est très bien passé », a-t-elle affirmée, « il n’y avait pas la moindre difficulté ». « J’étais l’avocate des deux, je n’aurais pas pu le rester s’il y avait eu un différend », a-t-elle conclu.

La France va accueillir une conférence des donateurs pour les Palestiniens

Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a annoncé mercredi 17 octobre que Paris allait accueillir à la fin de l’année une conférence des donateurs destinée à fournir un soutien financier et politique aux Palestiniens pour poser les fondations d’un futur Etat.

L’ancien Premier ministre britannique Tony Blair, envoyé spécial du Quartet pour le Proche-Orient, la Norvège et la France co-présideront la conférence, demandée par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Aucune date n’a encore été fixée, mais Kouchner a précisé que la réunion se tiendrait deux semaines environ après la conférence sur la paix au Proche-Orient qui doit se dérouler à Annapolis, dans le Maryland aux Etats-Unis, en novembre ou décembre.

« Cette conférence a pour but de mobiliser les donateurs dans la continuité de la conférence d’Annapolis qui se tiendra à peu près 15 jours auparavant », « d’établir la continuité entre ces deux conférences et de fournir un soutien financier, un soutien réel, administratif concret après » la réunion aux Etats-Unis, a précisé Kouchner.

INTERNATIONAL

25% des Allemands pensent que les lois nazies avaient des aspects positifs

Selon un sondage publié mercredi 17 octobre, un quart de la population allemande pense qu’il y avait des aspects positifs aux lois nazies. A la question de savoir si le national-socialisme, qui constitue le fondement idéologique du IIIe Reich « avait aussi de bons côtés, comme la construction du système autoroutier, l’élimination du chômage, le faible taux de criminalité et l’encouragement aux valeurs familliales », 25% ont répondu « oui », et 70% « non ».

En outre, 37% des plus de 60 ans ont répondu « oui ». Ceux ayant grandi juste après la guerre, et étant aujourd’hui âgé de 45 à 59 ans, ont été les plus nombreux à répondre « non ».

Ces résultats surviennent après que l’animatrice d’un talk-show très populaire, Eva Herman, a été renvoyée le mois dernier pour avoir fait l’éloge de la position de l’Allemagne nazie en ce qui concerne la maternité.

« Ce que j’ai voulu dire », s’est plus tard défendue Herman, « c’est que certaines valeurs qui étaient aussi celles du Troisième Reich, comme la famille, les enfants et la maternité, ont été mises de côté par les soixante-huitards ».

L’éloge de la dictature nazie est taboue en Allemagne. Les nazis sont responsables du meurtre de 6 millions de Juifs et du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, dans laquelle ont péri plus de 60 millions de personnes, dont 7 millions d’Allemands.

Des musiciens juifs et arabes jouent Wagner en Allemagne

Un opéra de Richard Wagner - dont la musique et les écrits antisémites auraient influencé Adolf Hitler - va être joué dans un amphithéâtre construit sous le régime nazi par un orchestre composé de musiciens israéliens et arabes et conduit par un Juif.

Le chef d’orchestre Daniel Barenboïm a confié au journal allemand Die Ziet que le West-Eastern Divan Orchestra, envisage de jouer l’année prochaine le premier acte de la Walkyrie de Wagner au Waldbuhne de Berlin - construit pas les nazis en 1936.

« Pouvez-vous imagnier cela ? », a demandé Barenboïm. « L’endroit a été construit par Hitler, la musique est de Wagner. Jouée par nous ! Hitler et Wagner vont se retourner dans leurs tombes ! »


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette