Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Les chabloulim (1) et les qassams [Les enfants de Sdrot]

Les chabloulim (1) et les qassams [Les enfants de Sdrot]

Charles Etienne Nephtali

lundi 28 mai 2007
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Le miracle n’eut cette fois pas lieu et ce qui devait arriver depuis longtemps arriva malheureusement lundi 21 mai, veille de Chavouot. Shirel Feldman (Z’’L), 32 ans, venue acheter du lait pour la fte fut tue (2), assassine devrais-je crire, dans sa voiture lorsqu’une des 13 roquettes qassams tires de la bande de Gaza, naturellement, a touch sa voiture Sdrot. Chavouot, fte de la Torah mais galement fte de la moisson, vit des champs entiers incendis par les roquettes qui s’y abattirent.

Déjà, le 7 mai, une roquette détruisit une maison du centre de la ville, manquant miraculeusement et de justesse un jardin d’enfants. Quelques jours après, c’était une Synagogue qui était touchée ainsi qu’un établissement scolaire. Jusque là, Behezrat Hachem, il y n’eut pas de victime mais c’était déjà trop et même beaucoup trop avec les blessés et les dégâts matériels. On ne peut plus en dire autant aujourd’hui !

Ainsi donc, bien qu’« artisanales », comme se plaisaient à dire les journalistes, ces roquettes sont des engins de mort. Des engins qui tuent. Des engins qui sont lancés par des terroristes arabes pour au moins terroriser des Israéliens à défaut de les tuer. Depuis le début de la semaine, ce sont plus de 130 roquettes qui se sont abattues sur Sdérot et sur les villages du Néguev occidental, causant de nombreux dégâts matériels et surtout blessant des civils dont des enfants à la grande joie des terroristes qui se vantent de perturber la vie quotidienne des 24000 habitants de Sdérot.

Les enseignants entraînent les enfants à se glisser accroupis sous les tables de leur classe, quelle pitié ! Ces enfants à qui il est appris à se rendre aux abris sans paniquer, sans hésiter, sans pleurer. Ces enfants qui seront traumatisés à vie. Ces enfants qui ne vont pratiquement plus à l’école, ils ne sortaient déjà plus en récréation. Des familles entières commencent à quitter leurs logements, ce qui n’était encore jamais arrivé, dans des bus mis à leur disposition par Arcadi Gaydamak. Par ailleurs, ce milliardaire fait construire des abris individuels et collectifs à Sdérot et crée une ville de tentes pour un millier de personnes dans la « Forêt de Béréchit » située dans le parc Hayarkon, à Tel-Aviv. Initiative qui n’est pas spécialement du goût de M. Moyal, Maire de Sdérot, ni de celui de M. Olmert !

N’est-il pas intolérable que, 59 ans après l’Indépendance de l’Etat d’Israël, des habitants, en particulier des enfants, restent cloîtrés dans des abris comme ils le faisaient dans le nord entre 1948 et 1967 lorsque les Syriens occupaient les hauteurs du Golan ?

Depuis la scandaleuse et inutile expulsion des Israéliens de la bande de Gaza par M. Sharon en août 2005, les terroristes ont tiré près de 1500 roquettes, sans pratiquement aucune réaction de la communauté internationale, dont 60 le 23 septembre donc quelques jours après. En 2006, plus de 800 roquettes ont atteint Israël et, à ce jour, plus de 200 Israéliens furent blessés (contre 87 pour toute l’année 2005) et les tirs de roquettes furent pratiquement quotidiens. Voilà le « remerciement » de ces gens-là plus intéressés à engloutir des sommes folles pour leurs activités terroristes plutôt que de se consacrer au développement de cette région. Provocation s’il en est : pour Yom Haatsmaout, le Hamas s’est glorifié d’avoir lancé 28 roquettes et 61 obus de mortier sur Israël, avouant cependant que c’était principalement pour faire diversion afin d’enlever un ou plusieurs militaires, comme ce fut le cas le 25 juin pour Guilad Shalit.

Certes, après l’expulsion, M. Sharon put ensuite se rendre à l’ONU et y prononcer un discours. Certes, il fut chaleureusement reçu en France et ailleurs. Mais nous voyons aujourd’hui les conséquences catastrophiques et prévisibles de sa décision. Cela en valait-il la peine ? (3)

Certes, Madame Livni déclare que la « situation à Sdérot est insupportable ». Mais n’était-elle pas pour cette expulsion qui « devait donner une chance à la paix » ? N’est-elle pas encore, tout comme M. Olmert l’était en pleine deuxième guerre du Liban, pour de nouvelles expulsions de ce qui est courant d’appeler « les territoires occupés » ? Chaque concession ou geste de bonne volonté d’Israël est considérée par les terroristes comme de la faiblesse. Nous l’avons suffisamment vu avec Arafat ! Et Madame Livni de déclarer (naïvement ?) qu’elle a « des attentes de la Communauté internationale » ! Et d’ajouter « Nous souhaitons la paix et c’est pour cela que nous nous sommes totalement retirés de la bande de Gaza, que nous avons démantelé les implantations, enlevé nos forces, laissé intact les maisons pour les offrir aux Palestiniens  ». Je le réécris, ce qui arrive aujourd’hui était prévisible ? Combien cette expulsion aura-t-elle coûté à Israël ? Le « dédommagement » aux expulsés et aux victimes des qassams sans compter le coût de chaque opération contre les terroristes. Israël devra-t-il réoccuper Gaza ou ne serait-ce que le « corridor Philadelphie » par où s’effectue la contrebande d’armes et d’explosifs ? Quelles en seraient les conséquences sur le plan international ?

Le gouvernement israélien réagit par des « répliques » (4) ciblées contre les terroristes lanceurs de roquettes et contre leurs infrastructures, hésitant à entrer dans bande Gaza et à réoccuper cette région, tout en s’opposant à la « désertification » de Sdérot, cette ville si exposée manquant cruellement d’abris.

Et pendant ce temps, par le « corridor Philadelphie » cité plus haut, les terroristes se réarment d’une façon dangereuse via l’Egypte à qui Israël « confia » sa sécurité suite à l’expulsion des Israéliens de leurs villages. Ils posséderaient des roquettes Katiousha plus précises et de plus longue portée comme celle qui toucha le Mochav Netiv Ha’asara, près d’Ashkelon il y a un an.

D’après les services de renseignements israéliens, une nouvelle génération de qassams ayant une portée de 21 kilomètres aurait été mise au point. Il faut se souvenir que, début novembre 2006, sept roquettes touchèrent Ashkélon, tout près d’une école et de la centrale électrique. De plus, le Hamas pourrait stocker des milliers de roquettes, ce qui lui permettrait de déclencher une attaque massive sur le modèle de celle du Hezbollah de juillet/août 2006.

Israël peut-il tolérer cette menace ? L’appropriation totale de Gaza par le Hamas signifierait, de facto, la présence de Téhéran à sa frontière. Quel danger !

Israël se décide maintenant à riposter violemment. Quel pays aurait toléré si longtemps que son territoire soit bombardé et que sa population soit terrorisée pour réagir ? Sans compter la paralysie de l’économie ! Par exemple, « le Ministère des Transports vient d’interdire, pour des raisons de sécurité, les vols d’avions servant à la pulvérisation de pesticides au-dessus des champs du Néguev occidental situés dans un rayon de 3 km de la bande de Gaza. Les services de sécurité craignent que les avions soient touchés par des roquettes. Les agriculteurs estiment que cette mesure leur causera près de 50 millions de shekels de dommages » (Guysen.Israël.News).

Et voilà que Sa Sainteté le Pape, dans son homélie dominicale, demande de la « retenue » à Israël. Il fallait le dire ! Cela ne s’invente pas !

  • * *

Il paraîtrait que les enfants de maternelle de Sdérot se racontent cette dramatique histoire :
« Pourquoi les escargots (chabloulim) ont-ils une coquille ?
Pour se protéger des qassams ».
Pauvres gosses ! Quelle tristesse !!!

  • * *

Je terminais mon texte lorsque j’appris qu’un Israélien, Oshri Oz (Z’’L), un informaticien 36 ans, père d’une fillette de 2 ans et dont la femme est enceinte, venait d’être tué, assassiné, par la chute d’une qassam à un mètre de sa voiture. C’est la deuxième victime en moins d’une semaine. Le « temps des miracles » serait-il terminé ?

Avec amertume et colère, je ne peux que souhaiter bon courage et amitiés aux habitants de Sdérot mais beaucoup moins de sympathie à celles et ceux qui furent complices de l’expulsion des Israéliens de la bande de Gaza.


(1) Escargots en hébreu.
(2) Je crois cependant me souvenir que le 15 novembre 2006, Fatima Slutsker, 57 ans fut tuée à Sdérot par une roquette et le 21 novembre, c’est Yaakov Yaakobov qui subit le même sort, ce qui n’était pas arrivé depuis juillet 2005, donc avant l’expulsion.
(3) Il en est de même pour la seconde guerre du Liban de cet été qui, selon toute vraisemblance, est une des dramatiques conséquences de la débandade organisée le 30 mai 2000 par M. Barak que certains ont baptisé « Barak-le-fuyard » qui, sans vergogne, revient sur la scène politique à l’occasion des Primaires du Parti Travailliste.
(4) « Répliques » et non « éliminations », Israël n’étant pas un état maffieux.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette