Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Politique ambiguë de la France au Proche-Orient

Politique ambiguë de la France au Proche-Orient

Claire Dana Picard | Arouts 7

dimanche 18 mars 2007
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Galei Tsahal, la radio de l’armée, a publié dimanche matin une information qui laisse perplexe et révèle la politique ambiguë de la France au Proche-Orient. En effet, alors que Paris condamnait officiellement l’attitude d’Israël, lorsque la seconde guerre du Liban a éclaté, et dénonçait fermement ses attaques contre le Hezbollah, les autorités françaises auraient œuvré secrètement contre Damas.

On se souvient qu’au mois de juillet dernier, le président de la république française, évoquant les affrontements entre Tsahal et l’organisation terroriste d’obédience chiite, déclarait officiellement que « les réactions actuelles étaient tout à fait disproportionnées ». La veille, son ministre des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy tenait des propos semblables en affirmant que « la France condamnait cette action de guerre disproportionnée au Liban ».

Le revirement de Jacques Chirac, jadis proche de la Syrie, daterait de l’assassinat de son grand ami, le Premier ministre libanais Rafic Hariri. Tenant les dirigeants syriens pour directement responsables de ce crime et leur reprochant d’avoir cherché par ce moyen à déstabiliser le régime libanais, le président de la République française aurait cherché le moyen de provoquer la chute de Bachar Assad et comptait pour cela demander à Israël d’accomplir la besogne.

Toujours d’après l’information publiée dimanche matin par Galei Tsahal, Jacques Chirac, poursuivant son nouvel objectif, aurait fait parvenir discrètement un message aux dirigeants israéliens alors que la seconde guerre du Liban venait de commencer. Il aurait alors laissé clairement entendre que son pays était plus que favorable à une attaque israélienne contre la Syrie.

Pour inciter les autorités israéliennes à agir selon ses plans, il leur aurait proposé un marché en indiquant que si Tsahal envahissait Damas et provoquait la chute du régime de Bachar Assad, Israël obtiendrait en échange le soutien total de la France à l’Onu lors des débats sur les affrontements au Liban.

L’ancien ambassadeur d’Israël en France, Nissim Zvilli, a confirmé cette information dimanche matin au micro de la radio de l’armée. Il a rappelé les positions de l’ancien Premier ministre Ariel Sharon qui avait, lors de son mandat, accusé l’Iran d’être à l’origine du réarmement du Hezbollah alors que Jacques Chirac affirmait de son côté que les Syriens en étaient responsables. D’après le message émanant de Paris, Damas aurait provoqué les affrontements dans le Nord d’Israël entre Tsahal et le Hezbollah et aurait incité l’organisation terroriste d’obédience chiite à attaquer Israël.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette