Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Grâce à la bourde de Baker, une Chance pour Bush

Grâce à la bourde de Baker, une Chance pour Bush

Par Charles Krauthammer - washingtonpost.com - Adaptation française de Sentinelle 5767

dimanche 17 décembre 2006
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Suite auu « Groupe d’Etude de l’Irak » (GEI), le Président Bush a reçu une dernière chance de modifier le cours des choses en Irak. Cela ne provient pas, cependant, de la manière dont James Baker le souhaitait. Cela est venu parce que le rapport longtemps attendu s’est avéré être, selon un accord général, une farce.

Depuis son dévoilement avec un battage médiatique insensé dans de nombreux magazines (Annie Leibovitz dans ’Men’s Vogue’, rien de moins), jusqu’à un méli-mélo de 79 recommandations (pas moins), le rapport est tombé tellement à plat que le terrain est maintenant dégagé pour que le Président recommande à un pays las de la guerre quelque chose de vraiment nouveau et audacieux.

Le groupe d’étude n’a pas seulement été attaqué par la Gauche et la Droite, Démocrates et Républicains. Il a suscité le ridicule. Soixante-dix-neuf recommandations, interdépendantes, insiste Baker, comme un tout. « J’espère que cela ne sera pas traité comme une salade de fruits en disant : ’j’aime ceci mais je n’aime pas cela’. » Sur la base de quelle grande vision unificatrice ? Sur l’autorité de quelle sagesse supérieure ? Une commission de 10 personnes incluant des experts du Moyen-Orient comme Sandra Day O’Connor [1ère femme à la Cour suprême des USA en 1981, Ndt], Alan Simpson [ancien Sénateur Rep. du Wyoming, Ndt], et Vernon Jordan [homme d’affaires noir américain d’Atlanta] ? "

Ce type de commission bipartisane d’anciens responsables publics est parfaitement appropriée pour un exercice destiné à atteindre un consensus pour, disons, un problème à long terme comme la Sécurité Sociale. C’est un processus grotesque pour mettre au point des changements stratégiques au milieu d’une guerre.

Sa recommandation majeure de retraite graduelle est quelconque - exactement ce que vous attendriez d’un comité dont l’objectif est le consensus. Elle reflète une certaine sagesse conventionnelle à Washington qui dit que la guerre est déjà perdue. Et si cela était vrai, nous devrions en effet faire retraite. Et le plus tôt serait le mieux, même plus vite que le GEI ne le recommande.

Mais après nous avoir dit que de laisser l’Irak au chaos est à un prix d’un niveau inacceptable, la commission n’essaie jamais de proposer un plan pour le succès. Sa seule nouvelle initiative est de s’étendre à la région, et d’impliquer l’Iran et la Syrie voisins.

La Syrie doit arrêter les infiltrations, déclare le rapport. Et l’Iran « doit enrayer le flux de l’équipement, de la technologie, et de la formation à tous les groupes recourant à la violence en Irak ». Oui, et l’obésité doit être éradiquée, la grippe aviaire traitée, et la mortalité routière, en particulier la variété liée aux carambolages, abolie. De tels énoncés stupides du Roi Canut confèrent au rapport son air de détachement de la réalité.

Ce refoulement des flux doit être accompli par les semblables de l’Iran. Baker admet que les représentants de l’Iran ont déclaré à la commission qu’ils ne sont pas enclins à coopérer. Mais nous devons y pousser, insiste Baker, parce que nous démontrerons ainsi que l’Iran est « une nation du refus » qui « ne ... veut pas aider à tenter de stabiliser l’Irak ».

Donc, voilà un exploit diplomatique : minant notre accord péniblement conquis avec les Européens, pour faire dépendre toute future approche de l’Iran de la suspension de l’enrichissement de l’Uranium de façon à ... démontrer au monde qu’un pays fournissant des armes sophistiquées, des mines routières, et un soutien financier aux deux parties en guerre civile, ne soutient pas là-bas la stabilité. Y a-t-il un adulte doué de bon sens hors de la commission qui ne le savait pas ?

Un objectif majeur de la Nouvelle offensive Diplomatique (comme si des majuscules pompeuses donnaient de la substance) est d’apporter la paix arabo - israélienne. Baker pense que si seulement les Israéliens voulaient céder aux exigences arabes, tout irait bien au Moyen-Orient.

D’accord. Imaginons qu’il y ait la paix entre Israël et les Arabes. Non, imaginons une solution encore meilleure du point de vue arabe - un tremblement de terre qui absorbe demain Tout Israël et l’engloutisse (comme Santorin en 1680 avant J.C.) dans la Méditerranée. Quelqu’un imagine-t-il que les Shiites arrêteront de tuer les Sunnites ? Que al Qaïda cessera de tuer des Américains ? Que l’Iran et la Syrie travailleront moins assidûment à déstabiliser l’Irak de l’après Saddam Hussein ? Ce sont ces absurdités évidentes qui ont conduit ce rapport à être classé.

Maintenant que ces 10 sages de ’l’establishment’ ont oeuvré puissamment à produire une souris, le Président a une dernière chance d’aller de l’avant avec une nouvelle stratégie.

Il doit faire deux choses. D’abord, comme j’ai fait campagne en ce sens, établir une nouvelle coalition de gouvernement à Bagdad, excluant Moqtada al Sadr, un cancer qui sape la capacité du Premier Ministre Nouri al Maliki et son gouvernement de travailler avec nous. Il est encourageant que Bush ait déjà entamé une telle manœuvre en rencontrant les chefs parlementaires rivaux shiite et sunnite. Si nous aidons à mettre en place un gouvernement dépassant les sectarismes qui serait un allié plutôt qu’un demi adversaire paralysé de forces coalisées, nous devrons alors entreprendre la deuxième partie : « Doubler - réduire » notre effort militaire. Cela signifie une montée brusque des troupes américaines avec une mission spécifique : assurer la sécurité de Bagdad et (avec le soutien du gouvernement de Bagdad - condition sine qua non) supprimer l’armée du Mahdi de Sadr.

C’est notre dernière chance de succès. Bush peut remercier le « Groupe d’Etude de l’Irak », et son absolu manque de pertinence, pour l’avoir rendue possible.


http://www.washingtonpost.com/wp-dy...


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette