Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > La Ministre israélienne des Affaires Étrangères s’est adressée aux (...)

La Ministre israélienne des Affaires Étrangères s’est adressée aux parlementaires israéliens.

IsraelValley

vendredi 11 août 2006
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

La ministre israélienne des Affaires étrangères s’est adressée aux parlementaires israéliens. Elle leur a parlé du relais politique aux opérations militaires, ainsi que des amendements israéliens demandés à l’ONU, après d’âpres discussions, concernant le projet de résolution sur le conflit entre Israël et le Hezbollah.

Tsipi Livni a rappelé qu’Israël, pratiquement depuis le début du conflit, avait initié un processus politique dans le but d’élaborer un futur à long terme, après les opérations militaires : « Un changement de la situation au Liban ne dépend pas seulement d’une campagne militaire, il ne dépend pas seulement d’Israël. Il dépend principalement de ce qui se passera le jour d’après la campagne militaire, de ce que le gouvernement libanais fera, de ce que son Premier ministre fera, de ce que la communauté internationale fera. Et le rôle de l’échelon politique n’est pas seulement de gagner du temps pour que l’armée mette en œuvre ses opérations militaires, mais c’est aussi d’assurer qu’à la fin de ces opérations, il sera possible de mettre en œuvre un processus capable d’engendrer ici une situation meilleure et de long terme. »

La ministre a précisé que « les deux parties impliquées dans le conflit sont Israël, avec le gouvernement libanais et la communauté internationale d’un côté, et le Hezbollah, le Hamas, la Syrie et l’Iran d’un autre. Pour la communauté internationale, l’origine de la menace est très claire. » Par conséquent, a-t-elle ajouté, « si nous parlons de souveraineté du gouvernement libanais, la première chose à faire es de déployer l’armée libanaise au sud du Liban, comme le stipule la résolution 1559. »

Etant donné la faiblesse de cette armée, « la communauté internationale, a exprimé Tsipi Livni, a compris que dans cette situation, la mobilisation d’une force spéciale serait nécessaire dans le cadre du chapitre 7 de la Charte des Nations Unies (). Cette force devra être capable d’asseoir son autorité et d’utiliser la force, et pas seulement d’écrire des rapports quand elle remarque que quelque chose de contraire au règlement se produit [cas actuellement de la FINUL]. De façon concomitante, nous voulions - et nous avons proposé- de créer un processus propre à empêcher le Hezbollah de se réarmer. »

Dans les amendements au projet de résolution demandés par Israël, Tsipi Livni a évoqué les trois modifications israéliennes souhaitées qui ont été prises en compte :

  • Tout d’abord, déterminer que la crise a débuté par l’attaque du Hezbollah sur Israël. Le Hezbollah devait être mentionné par son nom.
  • Deuxièmement, Israël a insisté pour qu’il n’y ait pas de comparaison, ni implicite, ni sous aucune forme, entre les soldats israéliens kidnappés et les prisonniers incarcérés dans les prisons israéliennes après avoir été légalement jugés par une Cour israélienne.

Les soldats kidnappés sont des victimes, et leur libération a été demandée sans condition.

  • A la demande de la France, il y a eu des propositions pour un cessez-le-feu immédiat : un cessez-le-feu immédiat, un retrait des forces israéliennes, puis des discussions sur le futur du Liban. Notre position sur ce point est qu’une décision en ce sens créerait un vide favorable au Hezbollah : la résolution 1559 ne serait pas appliquée, l’armée libanaise ne se déploierait pas dans le sud et le Hezbollah continuerait de se réarmer.

Nous sommes donc parvenus, après d’âpres discussions, à ce que le Hezbollah cesse ses attaques, toutes ses attaques, et qu’Israël se réserve le droit de répliquer en cas d’agression, ne se retirant pas avant que s’installe une force multinationale jointe à l’armée libanaises.

Entre temps, le Liban a demandé des amendements à son tour.

() : Selon la charte de l’ONU, les résolutions adoptées sous le chapitre 7 ont un caractère contraignant, Contrairement à celles du chapitre 6.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette