Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Discours du Premier ministre Ehud Olmert lors d’une réunion des maires des (...)

Discours du Premier ministre Ehud Olmert lors d’une réunion des maires des villes du nord d’Israël

mardi 1er août 2006
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Voici quelques extraits du discours prononcé par Ehud Olmert devant des maires et des représentants des conseils municipaux et régionaux de la région nord, le 31 juillet 2006 

(...) La campagne a commencé il y a exactement 20 jours, lorsque l’organisation terroriste du Hezbollah a attaqué des soldats israéliens sur le territoire israélien, en tuant huit et en kidnappant deux - Udi Goldwasser et Eldad Regev - et commençant à lancer une pluie de missiles sur nos villes du nord.

(...) Nous savions qu’il n’y avait pas d’autre choix qu’une réponse sévère, globale et entière. Nous ne pouvions pas laisser l’Etat terroriste, construit par le Hezbollah le long de notre frontière nord, continuer à se renforcer. Nous ne pouvions pas les laisser amasser plus de missiles, de plus de roquettes et plus d’armes meurtrières.

Aurions-nous simplement serré les dents et montré de la retenue que le jour - et il n’est pas loin - serait arrivé où les salves de roquettes et de missiles auraient causés, essentiellement aux habitants du nord, des dommages irréparables.

Nous avons décidé de répliquer, et nous finirons cette guerre quand la menace sera éliminée, quand nos soldats kidnappés - Udi Goldwasser et Eldad Regev et Gilad Shalit - et leurs camarades de combats seront revenus à la maison en paix, et quand vous pourrez vivre en sécurité dans vos maisons, dans les rues de vos villes et sur vos lieux de travail.

Citoyens d’Israël,
Mes amis, chefs des Conseils régionaux,

Les sirènes des alertes que vous entendez jour et nuit au nord résonnent à travers tout le pays et se répandent, progressivement, dans le monde. Beaucoup s’identifie avec notre combat et soutienne notre revendication la plus simple et la plus naturelle : être une nation libre sur notre terre !

D’ici, j’aimerais envoyer un message à chacun : nous sommes déterminés à gagner cette bataille. Nous payons un lourd tribut, un prix douloureux, sans fin en vie humaine, (...), des destructions massives de propriétés publiques et privées, mais nous n’avons aucune volonté de renoncer à notre droit à une vie simple, une vie sans terrorisme, sans tourmente constante, sans menace, sans fanatisme et sans haine.

(...) Tout le monde ne se sent pas solidaire de nous. Plus d’un nous critique et exprime des réserves quant à notre combat. Nous ne recherchons ni conflit ni confrontation, mais c’est notre droit de dire à tous ceux qui nous attaquent : aucun d’entre vous ne pourriez jamais accepter de telles attaques meurtrières contre vos concitoyens. Je ne préfère pas dire ce que vous auriez fait si vous aviez été à notre place.

Je dirais seulement que l’Etat d’Israël sanctifie les valeurs morales les plus essentielles, qui sont ancrées dans notre antique tradition juive - et dans notre sang qui a été répandu -, et nous n’avons pas besoin qu’une autre nation ou un autre pays nous enseigne ces principes. Nous ne poursuivons pas d’innocents civils, nous ne combattons pas le peuple libanais et nous ne cherchons pas à faire tomber leur gouvernement. Nous combattons des terroristes sans scrupule, et nous ne cesserons pas de les combattre jusqu’à ce qu’ils partent de notre frontière.

Je regrette profondément les civils - adultes et enfants - qui ont été tués à Kfar Cana. Nous ne cherchions pas à les toucher, nous ne voulions pas leur mort. Ils n’étaient pas notre ennemi et n’étaient pas la cible de notre aviation.

Je voudrais m’adresser aux citoyens du Liban  :

De nouveau, vous êtes entraînés par des terroristes sanguinaires dans une réalité de destruction et de dévastation. Juste quand un nouveau chapitre s’ouvrait dans votre pays, avec de nouveaux souffles de liberté et de démocratie, vous avez été pris en otages par l’organisation de meurtriers du Hezbollah. Cette organisation ne combat pas pour le peuple libanais. Il n’y a aucune raison pour un conflit entre nous et le Liban. Il n’y a pas de différend territorial ni de fossé idéologique entre nous. Vous et nous voulons la même chose : le droit à une vie simple, calme et sûre.

Le Hezbollah sert les intérêts d’autres nations, principalement la Syrie et l’Iran. Ces pays répandent leur venin. Ils cultivent la haine, le fanatisme, le radicalisme et un désir insatiable de détruire ceux qui vivent selon d’autres normes d’éthique et de culture.

(...) Citoyens du Liban, nous sommes désolés pour la douleur causée à trop d’entre vous, le fait que vous ayez à fuir vos maisons et vos lieux de résidence, nous sommes désolés pour les victimes non intentionnelles, mais nous ne nous excusons pas pour cela.

Nous voulons coexister avec vous dans le calme et la tranquillité, et si possible en paix. Mais nous n’abandonnerons pas - même pour un instant - notre droit à protéger l’Etat d’Israël et à défendre nos vies, et nous ne nous excuserons pas auprès de ceux qui osent remettre en question le droit à l’existence d’Israël.
(...)

Chers chefs des Autorité locales,

(...) Vous êtes la cible des missiles pervers du Hezbollah dans le nord, vous êtes ceux qui souffrez des pertes en vies humaines, ceux qui êtes sous la menace constante des roquettes Qassam au sud.

(...) Le gouvernement d’Israël, toutes ses institutions - les ministres, les directeurs et tous les représentants - sont avec vous jour et nuit pour vous aider à trouver des réponses, en temps réel, aux problèmes aigus causés par la guerre.

Nous donnerons une compensation aux travailleurs, aux employés et au gens des professions libérales du nord pour minimiser, autant que faire se peut, les dommages économiques. (...) Nous avons déjà transféré 50 millions de sheqels aux Conseils régionaux du nord, et nous avons décidé - le ministère des Finances, le ministère de l’Intérieur et moi-même- de transférer un second fonds d’urgence de 100 millions de sheqels pour permettre de gérer ces villes en ces temps d’urgence.

Je voudrais remercier les centaines de volontaires, d’organisations, d’instituts, d’autorités locales et d’hommes d’affaires qui ont travaillé jour et nuit pour aider les habitants du nord. De nombreuses communautés juives du monde entier ont aidé et soutenu les citoyens du nord. (...)

Depuis le début de la guerre du Liban, nous avons atteint des buts substantiels et importants. (...) Le Hezbollah ne ressemble pas aujourd’hui à ce qu’il fût il y a 20 jours - menaçant, arrogant et dangereux. Il souffre de pertes majeures et il lui faudra beaucoup de temps pour récupérer - si jamais il y parvient. Nous avons expulsés le Hezbollah de ses positions le long de la frontière avec Israël et éliminé cette menace immédiate. Nous ne permettrons plus jamais que le Hezbollah revienne à ces postes et continue de menacer de kidnapper nos soldats ou de tirer directement sur nos villes du nord.

Nous avons réussi à endommager le système de missiles de longue portée de l’organisation [du Hezbollah], au cœur du Liban, et nous continuerons de le faire. Nous avons détruit les systèmes de commande et de contrôle du Hezbollah, de même que ses quartiers généraux et ses infrastructures. Les bases militaires du Hezbollah et ses quartiers à Beyrouth, Baalbek et ailleurs sont méconnaissables.

La batterie de Katioucha disséminées dans le sud-Liban est sérieusement endommagée. Nous avons pu repérer et frapper des trafics de munitions de la Syrie vers le Liban, et nous continuons, en ce moment même, de frapper ces transits. Nous ne tolèrerons plus le transfert d’armes au Hezbollah et nous ne permettront pas que cette organisation retrouve ses facultés.

Les leaders de l’organisation se cachent, ils opèrent dans le noir, ils on peur pour leur vie, et nous continuerons de les poursuivre, où qu’ils soient, quand que ce soit. (...)

(...) Pour la première fois, les conditions sont créées pour commencer de mettre en œuvre la résolution 1559 de l’ONU, qui appelle à désarmer le Hezbollah, à l’évincer de la frontière et à y déployer l’armée libanaise. La communauté internationale se tient prête à prendre des étapes tangibles pour mettre en œuvre cette résolution en envoyant une force internationale déployée le long de la frontière avec Israël et à la frontière libano-syrienne, force agissant efficacement pour démanteler les infrastructures militaires de l’organisation. C’est peut-être une occasion unique de changer les règles du jeu au Liban.

Comme Nathan Alterman l’écrivait [poète israélien] :
« Un temps viendra où la paix prévaudra tout autour de nous, Où les murs et les barrières seront brisés, Où nous retournerons à notre labeur : les champs et la récolte. »

Merci


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette