Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Quand Le Monde réécrit l’histoire

Quand Le Monde réécrit l’histoire

par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international

dimanche 23 juillet 2006
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

On savait que le grand quotidien du soir n’avait pas l’habitude de présenter Israël sous un jour sympathique, mais de là à réécrire l’histoire, il y a un pas qu’André Fontaine, ancien directeur du journal et spécialiste de relations internationales, n’a pas hésité à franchir.

Dans le numéro daté du 22 juillet , dans son analyse consacrée à ce qu’il a appelé « La voie de l’acceptation mutuelle, André Fontaine soutient que « « , élu président, avait eu le temps, avant d’être assassiné, de refuser à Menahem Begin la signature d’un traité de paix ».

Or, de fait, le malheureux président libanais, assassiné, en septembre 1982, sur ordre de la Syrie moins d’un mois après son élection, n’avait pas eu le temps de concrétiser un accord de paix avec Israël, bien qu’il ne fût nullement opposé à Israël (ce qui explique sans doute son assassinat).

Menahem Begin, lui-même, souhaitait établir la paix avec Bechir Gemayel et la citation qu’attribue André Fontaine à Bechir Gemayel (« Le vieux m’a traité comme un bell-boy ») est tout à fait étonnante.

Il est évident que quelques semaines ne suffisaient pas à formaliser un traité de paix, qui, finalement sera, quand même signé, en mai 1983, par le frère de Bechir, Amin, qui lui avait succédé à la présidence.

Cette signature était d’autant plus significative de l’état d’esprit des dirigeants libanais de l’époque qu’Amin, à la différence de Bechir, était, personnellement, beaucoup moins favorable à Israël.

Ce traité était conclu sur le modèle de celui, signé en 1979, avec l’Egypte ;

Mais, la Syrie « veillait » et fit en sorte que le Liban ne ratifie pas le traité, qui n’entra donc pas en vigueur.

La raison essentielle de l’opposition de la Syrie à ce traité était qu’il prévoyait le retrait de toutes les troupes étrangères du territoire libanais.

Israël, entré au Liban en 1982, était évidemment tout prêt à retirer ses troupes dès lors qu’un traité de paix était conclu, mais le voisin syrien n’entendait nullement en faire de même.

Rappelons, d’ailleurs, que ce n’est qu’en 2005 que les troupes syriennes ont officiellement été retirées du Liban.

En mai 1984, le gouvernement Karamé décida l’« abrogation » de ce traité, décision stupide, car on n’abroge pas un acte juridique, qui n’est jamais entré en vigueur.

Il est, donc, surprenant que l’analyse d’André Fontaine passe totalement sous silence la signature d’un traité de paix israélo-libanais, même s’il est vrai qu’il n’a pas été ratifié.

Il y a de nombreux exemples de traités qui sont signés et jamais ratifiés : traités de paix de 1919 non ratifiés par les Etats-Unis, traité sur la CED, non ratifié par la France, en 1954, sans parler du traité établissant une Constitution pour l’Europe, non ratifié par la France en 2005.

La signature - si elle n’engage pas un Etat - manifeste, cependant, une intention, pour les représentants de cet Etat, de vouloir s’engager.

Concrètement, Amin Gemayel, pourtant moins proche d’Israël que son frère, avait manifesté cette intention, ce qui montre bien que, contrairement, à la thèse d’André Fontaine le Liban n’a pas toujours été hostile à Israël.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Articles associés

Ruzié David
Où l’on reparle du futur tramway de Jérusalem - janvier 2007
A propos de bon sens : à chacun son métier - juillet 2006
L’heure de vérité pour la résolution 1701 - août 2006
La menace iranienne sur Israël : la communauté internationale face à ses responsabilités - octobre 2005
Hamasland ou Fatahstan : qui la faute ? - juin 2007
Bantoustan ou peau de léopard, c’est du pareil au même - décembre 2012
Jérusalem, capitale contestée - février 2009
La menace iranienne : c’est la faute d’Israël - février 2009
L’heure de vérité au Liban : Chapitre VI ou Chapitre VII - juillet 2006
Un non événement : une approbation prévisible - octobre 2009
Liban
« Israël a le droit de se défendre, mais... » - août 2006
Pataquès à Beyrouth. Le leader druze Walid Joumblatt sème le souk politique - août 2009
Liban : un réseau projetant des attentats contre la Finul démantelé - juillet 2009
Les noces de Cana - juillet 2006
La nouvelle « guerre du Liban » : une conséquence de l’impuissance de la communauté internationale ? - juillet 2006
Breaking : Les derniers événements du front - août 2006
Les opposants au régime syrien sous haute surveillance au Liban - décembre 2008
Par préméditation ou naïveté, le résultat est le même : le Figaro « grille » le Premier ministre libanais - janvier 2011
A l’ONU, de qui se moque-t-on ? - janvier 2010
Le Hezbollah domine le nouveau gouvernement libanais - juin 2011

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette