Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Tour d’horizon du Premier ministre d’Israël au 17 janvier 2016

Tour d’horizon du Premier ministre d’Israël au 17 janvier 2016

Hélène Keller-Lind

vendredi 29 janvier 2016
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Quatre thèmes principaux ont été évoqués par Benyamin Netanyahu en ouverture du Conseil des Ministres du 17 janvier 2016 : la mise en place de l’accord signé par le groupe des 5 + 1 avec l’Iran et ce qui en découle, de nouvelles mesures pour faciliter l’installation et le fonctionnement des entreprises, la loi concernant le financement des ONG ou le deux-poids deux mesures exercé è l’encontre d’Israël, notamment par la Suède. Exposé clair du Premier ministre israélien, faisant preuve de son habituelle détermination.

Vidéo de ces déclarations ci-dessous, avec des sous-titres en anglais disponibles :

Iran : rodomontades des Gardiens de la Révolution, vigilance d’Israël et accords de sécurité avec les États-Unis

Déclaration du ministre des Affaires étrangères français du 16 janvier : “Je salue le début de la pleine mise en œuvre de l’accord nucléaire avec l’Iran. L’AIEA ayant vérifié que l’Iran avait accompli les mesures de démantèlement nucléaire prévues par l’accord du 14 juillet 2015, les principales sanctions économiques et financières sont levées. C’est une étape importante pour la paix et la sécurité, ainsi que pour les efforts internationaux de lutte contre la prolifération nucléaire...Alors que la région connaît d’immenses défis et de fortes tensions, je souhaite que l’esprit de coopération qui a marqué la conclusion de l’accord puisse se traduire aussi sur tous les enjeux régionaux.

A l’instar de l’Administration Obama et des autres signataires de l’accord avec la République Islamique d’Iran la France a finalement décidé de fermer les yeux sur les dernières violations iraniennes en date. À savoir le tir d’un missile balistique fin octobre dernier bien que l’ONU y ait vu une violation de ses résolutions ; ou les tirs de missiles à proximité du porte-avions américain USS Harry Truman, fin décembre 2015. Actions considérées alors par des responsables américains comme « inutilement provocatrices et dangereuses ».

Toutefois on apprend le 17 janvier que le Trésor américain a décidé d’imposer des sanctions contre tous ceux qui aident l’Iran dans son programme de missiles balistiques, soit onze groupes ou individus. “Le programme de missiles balistiques de l’Iran constitue une menace importante pour la sécurité régionale et mondiale,et il continuera d’être soumis à des sanctions internationales », a déclaré Adam J. Szubin, Sous-secrétaire pour le terrorisme et le renseignement financier. « Nous avons toujours dit clairement que les États-Unis vont vigoureusement appuyer des sanctions contre les activités iraniennes en dehors du Plan Conjoint d’Action Globale - l’accord 5 + 1 avec l’Iran - y compris celles qui sont liéesau soutien de l’Iran au terrorisme, à la déstabilisation régionale, aux violations des droits de l’homme, et au programme de missiles balistiques".

Le quotidien américain USA Today soulignait que cette annonce a été faite après que les quatre Américains, et un autre Américain, relâchés par Téhéran dans le cadre d’un échange de prisonniers aient quitté l’espace aérien iranien.

Mais les incidents impliquant des navires à pavillon américain ou français dans le détroit d’Ormuz ont été rapidement “oubliés”. Le 17 janvier, au lendemain de l’annonce de la mise en place d’un accord très favorable à l’Iran, le Contre-Amiral

Les incidents impliquant des navires à pavillon américain ou français dans le détroit d’Ormuz ont été également rapidement “oubliés”. Le 17 janvier, au lendemain de l’annonce de la mise en place d’un accord très favorable à l’Iran, le Contre-Amiral Ali Fadavi, commandant du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique – CGRI - se permettait donc de “reprocher à la marine américaine son emballement et ses mesures non-professionnelles après que l’Iran ait arrêté ses dix Marines en début de semaine” – arrestation suivie de la libération rapide de ces Marines - et de déclarer que “la conduite en amateur de la marine américaine pourrait aboutir à une réponse dure de l’Iran qui pourrait envoyer tous ses bateaux de guerre par le fond du Golfe Persique”.

A propos de la France, le Contre-Amiral ironisait ainsi : “ il n’y a pas longtemps, un navire de guerre français est également entré dans les eaux territoriales de l’Iran, mais quand il fa été confronté à la réaction sévère des forces iraniennes et a été entouré par les bateaux rapides du CGRI, il a hissé le drapeau de la République islamique et a fui la scène ». Il ajoutait que l’Iran avait rapidement fait cesser l’attitude irresponsable des bateaux de guerre américains et français après la capture des Marines n’ayant guère opposé de résistance lors de leur arrestation. Selon lui, « les porte-avions des États-Unis et de la France étaient à notre portée et s’ils avaient continué à agir de manière non professionnelle, une catastrophe telle qu’ils n’en ont jamais connue tout au long de l’histoire les aurait frappés...Ils auraient pu être pris pour cibles et s’ils l’avaient été, ils auraient été détruits ».

Ce même jour, à Jérusalem, en ouverture du Conseil des ministres hebdomadaire c’est avec son calme et sa détermination habituels que le Premier ministre israélien évoquait l’Iran et la mise en œuvre de l’accord contre lequel il s’est longtemps battu. Il déclarait : « Israël continuera à surveiller toutes les violations internationales de l’Iran, y compris en ce qui concerne l’accord sur le nucléaire, l’accord sur les missiles balistiques et le terrorisme. La communauté internationale doit mettre en place des sanctions sévères et agressifs contre chaque violation. S’il n’y avait pas eu nos efforts pour qu’il y ait des sanctions et entraver le programme nucléaire iranien, l’Iran aurait eu des armes nucléaires il ya quelque temps. La politique d’Israël est exactement ce qu’elle a été : ne pas permettre à l’Iran d’obtenir des armes nucléaires. Ce qui est clair, c’est que l’Iran va maintenant avoir plus de ressources pour se tourner vers le terrorisme et poursuivre ses agressions dans la région et dans le monde et Israël est prêt à faire face à toute menace ».

Il ajoutait qu’il y a « actuellement avec l’administration américaine des discussions en cours de finalisation portant sur un document concernant des ententes pour la décennie à venir en matière d’assistance à la sécurité de l’État d’Israël. Ceci est une partie importante de la politique permanente entre nous et les États-Unis, notre allié, et elle est importante pour repousser les menaces dans la région, en particulier la menace iranienne ».

Faciliter le développement des entreprises

Le Premier ministre évoquait ensuite la volonté qu’a le Cabinet ministériel « de promouvoir de nouvelles entreprises en Israël », grâce à des reformes des lois régissant les taxes dans ce domaine, visant à plus de clarté et de simplification. Lois élaborées avec le ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri ou le ministre Gila Gamliel – ministre de l’Égalité sociale -, et qui ont été soumises aux ministres.

Transparence du financement des ONG dans le droit fil des lois américaines

Puis il était question du projet de loi concernant la transparence dans le financement des ONG, projet qui a suscité nombre de débats. Benyamin Netanyahu déclarant : « Je ne comprends pas en quoi une demande de transparence est anti-démocratique, le contraire est vrai. Dans un régime démocratique on doit savoir qui finance de telles ONG, de Droite, de gauche, de haut en bas. Un financement par des gouvernements est sans nul doute quelque chose que le public devrait savoir. Il a le droit de le savoir.
Ce qui doit être fait, c’est adopter les normes acceptées par la Chambre des Représentants américains ». Il proposait deux amendements : d’une part ne pas exiger que les représentants de ces ONG portent de badges, ce qui n’est pas nécessaire et, d’autre part demander que soit signalé tout versement, dès « le premier shekel ou dollar versé par un gouvernement étranger ». Une loi qui s’inscrira donc, soulignait-il, « dans le droit fil de ce qui est accepté aux États-Unis ».

Les deux poids deux mesures, le cas suédois et la nocivité absurde de l’UE

Enfin Benyamin Netanyahu fustigeait « les deux poids deux mesures qui sont appliqués » à Israël. « On se souviendra », dit-il, « que le ministre des Affaires étrangères suédois a affirmé que les actions des forces de sécurité en Israël, comme celles des citoyens, pour empêcher qu’ils soient assassinés par des gens armés de couteaux sont des exécutions et doivent faire l’objet d’enquêtes dans le cadre des lois internationales. Je voudrais lui demander si, selon elle, ce qui s’est produit en Suède en octobre dernier quand un homme armé, non pas d’un couteau mais d’une épée, a tué trois personnes avant d’être tué par des forces suédoises doit faire l’objet d’une enquête dans le cadre des lois internationales et considéré comme une exécution ».

Le Premier ministre ajoutait : « Il est absolument clair qu’il y a ici une absurdité et une distorsion totales que nous attaquons et rejettons purement et simplement. Je souhaite que cet esprit-là ne va pas se retrouver dans les discussions des ministres des Affaires étrangères de l’UE de la semaine prochaine. Les deux poids deux mesures, la distorsion, les attaques et les préjugés contre Israël ne vont pas aider l’UE à être un partenaire dans les discussions sur le Moyen-Orient, mais plus encore, cela est tout simplement inapproprié et injuste et nous ne l’accepterons pas ».

Le Premier ministre faisant là référence aux nouveaux mauvais coups que prépare l’UE contre Israël en voulant exclure tout Juif installé au-delà des lignes de 67 des accords bilatéraux entre elle et l’État juif. Une villénie de plus qui sera examinée le 18 janvier 2016 et censée être prise en faveur des Palestiniens. Ce qui est une abusrdité, nombre d’entre eux travaillant dans des entreprises crées dans ces Territoires par des Israéliens alors que l’Autorité palestinienne ne peut endiguer un chômage grave chez ses administrés...


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette