Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Le réveil risque d’être difficile

Le réveil risque d’être difficile

Albert Capino

samedi 8 novembre 2003
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Voici 10 mois que se poursuivent des négociations entre l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et l’Iran.

L’agence doit rendre son rapport incessamment, pour déterminer si l’Iran est en infraction par rapport à ses engagements sur la non-prolifération nucléaire.

De retard en tergiversation, l’ultimatum qui devait avoir lieu le 31 octobre a été repoussé d’un mois.

Téhéran a soufflé le chaud et le froid, alternant les discours lénifiants et les menaces à peine voilées. Traitant les ministres des Affaires étrangères de l’Allemagne, de l’Angleterre et de la France comme de simples VRP, les dignitaires iraniens faisaient tour à tour miroiter des projets de contrats de fournitures mirifiques avec leurs promesses de cesser de produire de l’uranium enrichi.

Toutefois, mis au pied du mur, Téhéran a dépêché aujourd’hui son représentant pour le programme nucléaire iranien, Hassan Rohani, auprès du directeur de l’AIEA pour une démarche de dernière minute.

Bien que Téhéran se soit engagé en principe à signer un protocole additionnel au Traité de Non-Prolifération nucléaire (TNP), qui autoriserait des inspections plus approfondies et sans préavis des installations nucléaires par l’AIEA, Ali Akbar Saléhi, Ambassadeur d’Iran auprès de cet organisme, a indiqué que M. Rohani ne remettra pas de lettre confirmant cet engagement au directeur de l’agence.

Il a évoqué un nouveau délai d’environ un mois.

La visite du représentant iranien intervient juste avant la remise du rapport de M. El-Baradei aux gouverneurs de l’AIEA.

Hasard du calendrier ?

Certainement pas ! Le rapport devrait être distribué en début de semaine prochaine aux 35 États siégeant au conseil de l’AIEA. Une réunion est programmée les 20 et 21 novembre à Vienne pour statuer sur la nature civile ou militaire du programme iranien.

Si la République islamique était jugée en infraction avec le TNP, le dossier nucléaire iranien serait transmis au Conseil de sécurité des Nations unies, qui devrait à son tour se réunir, afin d’étudier s’il convient de prévoir des sanctions à l’égard Téhéran. Quand bien même serait-il saisi, cela prendrait des mois !

Pendant ce temps, l’Iran se retranche toujours derrière la position selon laquelle l’uranium hautement enrichi, dont les traces avaient été décelées lors des inspections de l’AIEA en février dernier, provient d’anciennes importations « non-identifiables ».

Des voix s’élèvent déjà pour dire que « vérifier les documents transmis par l’Iran prendra du temps ».

Il est donc fort à craindre que le conseil des gouverneurs ne tranche pas d’ici le mois prochain et que l’on se réveille, un triste matin, en apprenant - officiellement - que la République islamique d’Iran est dotée de têtes nucléaires pointées sur les « infidèles ». Une des raisons qui font insister notre Président de manière tout à fait incongrue sur les prétendues « racines musulmanes » de l’Europe* ?

Au sein de l’Union européenne, certains pays ont donc pratiquement tranché, oubliant l’attitude courageuse et salvatrice pour l’Europe d’un Churchill lors de la seconde guerre mondiale.

Leurs prédecesseurs avaient perdu leur honneur en voulant éviter le conflit. Ils ont subi à la fois le déshonneur et la guerre.

Par leurs compromissions, leurs mésalliances et leur entêtement coupable, un bon nombre des dirigeants de notre monde d’aujourd’hui prennent le risque de nous infliger le pire choix auquel nous ayons été confrontés depuis la seconde guerre mondiale.

L’Islam ou la bombe. Version moderne de « la valise ou du cercueil » à domicile en quelque sorte... Et pour une Europe menacée par l’islamisation, qui représente encore le dernier rempart, sinon le couple américano-israélien ?

Albert Capino

  • Commentaire de Jacques Chirac : « Les racines de l’Europe sont autant musulmanes que chrétiennes. » rapporté par Le Figaro du 29 octobre écoulé.

Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette