Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Selon l’investigation de Tsahal : la détonation de la plage de la bande de (...)

Selon l’investigation de Tsahal : la détonation de la plage de la bande de Gaza n’a pas été causée par un obus de l’armée dévié

Amos Harel, Correspondant de Haaretz

mardi 13 juin 2006
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Le comité de Tsahal a conclu que la mort des sept membres d’une famille palestinienne sur une plage de la Bande de Gaza vendredi dernier n’a pas été causée par un obus d’artillerie de Tsahal dévié.
Le ministre de la Défense Nationale Amir Peretz, le Chef d’État-Major de Tsahal Dan Halutz et le Général Principal Meir Kalium, qui a dirigé le comité, ont tenu une conférence de presse à Tel-Aviv mardi soir pour présenter les découvertes de l’investigation.

Dernière mise à jour - 22:05 13/06/2006

« Nous avons fait assez de découvertes pour faire reculer les soupçons et que l’intention de décrire cela comme un événement d’origine israélien n’est tout simplement pas correct, » a dit Peretz, continuant, il a déclaré : « les preuves s’accumulent prouvant que cet incident n’était pas dû aux forces israéliennes. »

Le comité a constaté que les Palestiniens n’ont pas été tués par un obus d’artillerie israélienne, comme cela avait été présenté par la presse étrangère et beaucoup de médias israéliens. L’investigation conclut que la détonation a été probablement causée par un dispositif explosif enterré dans le sable, mais ne détermine pas catégoriquement s’il a été planté par des Palestiniens ou si c’était un vieux reste de Tsahal.

« Nous pouvons dire, sûrement, que Tsahal n’est pas responsable de l’incident, » a dit Halutz aux journalistes.

« Nous avons vérifié chacun et tous les obus qui ont été tirés de la mer, de l’air et de l’artillerie sur terre et nous avons découvert que nous pouvons suivre chacun à la trace et selon l’horaire et selon l’exactitude où ils ont frappé la terre. »Nous sommes très désolés de la mort des sept Palestiniens, mais cela ne signifie pas que nous sommes responsables," a-t-il dit.

Un porte-parole du Ministère de l’Intérieur du gouvernement Hamas de l’Autorité Palestinienne a décrit le démenti d’Israël de responsabilité comme une fabrication.

« C’est un mensonge israélien et une tentative d’échapper à la responsabilité morale du massacre d’une famille complètement innocente, » a dit Khalid Abu Hilal à Reuters.

« Le démenti israélien est un crime supplémentaire. »

Aucune explication claire n’a été prévue sur ce qui a causé l’explosion, mais Kalifi a suggéré que des palestiniens pourraient avoir été responsables.

« Il se peut qu’un terroriste principal a placé quelque chose dans ce secteur pour empêcher des opérations par nos forces ... ceux-ci est une des choses que nous ne disons pas à coup sûr, » a-t-il dit.

Halutz a dit qu’il n’y avait aucune possibilité d’une enquête internationale dans l’explosion.

Tsahal s’est graduellement éloigné d’accepter la responsabilité

Peu de temps après que l’incident est arrivé, l’armée penchait vers l’acceptation de la supposition que le désastre avait été causé par un obus de l’artillerie israélienne déviée. Tandis que le porte-parole de Tsahal dans l’annonce initiale n’a pas formellement accepté la responsabilité, il a exprimé le regret profond pour les morts et a annoncé la fin du tir d’artillerie sur la Bande de Gaza avant que l’incident n’ait été examiné. Les médias étrangers ont explicitement blâmé Israël des morts et les médias d’Israël (incluant Haaretz) ont eu tendance à faire de même.

Mais comme le temps passait et que plus de données étaient amassées, l’évaluation de Tsahal a changée : quelques pièces du dossier ont semblé exclure la possibilité qu’un obus israélien soit responsable, tandis que d’autres ont soutenu la théorie qu’une mine Palestinienne était le coupable.

L’importance des découvertes du comité est évidemment atténuée par le fait qu’en fin de compte, Tsahal est innocentée par une enquête de Tsahal. Ce n’est pas une enquête internationale, ou même une enquête externe, civile. Ainsi la prochaine étape forcera ces découvertes à émouvoir l’opinion publique - l’Israélienne (où la bataille est déjà en grande partie gagnée ; même les organisations de droits de l’homme mettent en doute les affirmations palestiniennes de lundi), l’internationale et la Palestinienne.

Le comité de Kalifi a examiné beaucoup de matériels, y compris un métrage du film tiré par des stations arabes de télévision de la scène. Certaines de ces découvertes ont déjà été annoncées : que cinq des obus ont certainement atterri à environ 250 mètres de la plage et que l’explosion est arrivée au moins huit minutes après que le sixième obus manquant a été tiré. Cependant, cette preuve a maintenant été soutenue par trois nouvelles découvertes :

L’éclat d’obus. Trois personnes qui ont été blessées dans la détonation sont maintenant hospitalisées en Israël. Un éclat d’obus a été apparemment enlevé de leurs corps et cela va probablement renforcer la conclusion que l’explosion a été causée par une bombe plutôt que par un obus.

Le cratère. Basé sur des photographies, le cratère laissé sur la plage par la détonation semble avoir été fait par une explosion par le dessous, pas un coup par le dessus (comme par un obus).

Le service de renseignement. Israël a amassé de l’information considérable indiquant que pendant les quelques semaines passées, depuis que des commandos israéliens ont infiltré la Bande de Gaza et ont tué une cellule de lanceur de roquettes, le Hamas a systématiquement miné la plage de la Bande de Gaza du nord pour tenter d’empêcher les commandos israéliens de débarquer de nouveau.

Le trou principal dans la preuve de l’armée est le sixième obus manquant, le premier tiré qui a atterri sur un site pas encore déterminé. De l’examen du canon, l’armée est convaincue que l’obus n’aurait pas pu tomber sur la plage, à presque la moitié d’un kilomètre de sa cible de destination. Mais il n’y a aucune preuve ferme de cela, seulement une conjecture instruite.

De plus, les Palestiniens auront leurs propres experts analysant l’éclat d’obus enlevé du blessé traité dans la Bande de Gaza et ils présenteront sans aucun doute des conclusions contraires à celles des experts israéliens.

Dans le passé, Israël réussissait de temps en temps à réfuter la responsabilité de victimes. Un bon exemple est l’affirmation maintenant discréditée qu’Israël massacrait des Palestiniens à Djénine en avril 2002. Cette fois, cependant, le jeu peut être plus difficile.

Néanmoins, Tsahal a l’intention de faire appel à l’opinion publique palestinienne aussi, espérant que les doutes sur la cause de la détonation saperont l’appui public pour le Hamas et spécifiquement pour sa reprise d’attaques sur Israël. Cette méthode a fonctionné en septembre dernier, quand des armes du Hamas ont éclaté pendant un rassemblement à Jabalya et ont tué 20 témoins. Le Hamas avait accusé Israël et lancé un tir de barrage de roquettes, mais le public palestinien n’a pas accrédité cette explication et les doutes palestiniens, combinés avec la réponse dure de Tsahal, a entraîné que le Hamas a cessé le feu deux jours plus tard.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette