Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Les pays arabo-musulmans ont tendance à utiliser Israël pour améliorer leurs (...)

Les pays arabo-musulmans ont tendance à utiliser Israël pour améliorer leurs relations avec les Etats-Unis.

Par Guy Bekhor, commentateur occasionnel du journal Yédio’t Ah’oronot sur les Affaires arabes © www.nuitdorient.com

samedi 1er octobre 2005
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Durant 2 jours, la presse Israélienne a célébré « les fruits de la paix », résultant du désengagement de Gaza, jusqu’au moment où il est apparu clairement qu’elle prenait ses désirs pour la réalité.

Les liens diplomatiques avec le Pakistan ne se sont pas concrétisés, le roi Abdallah de Jordanie n’est pas venu en Israël et Hosni Moubarak a démenti les propos concernant son « éventuel désir » de visiter le pays.

Pendant ce temps, les relations avec le Maroc, la Tunisie et les Etats du Golfe Persique sont restées au même niveau, n’ayant pas été élevées. On le sait depuis longtemps en Israël, il y a de nombreux indices de pétrole, mais personne n’a jamais rien découvert.

Or depuis bien longtemps, les pays arabes et islamiques exploitent Israël pour faciliter leurs relations avec les Etats-Unis. Rien de nouveau à l’horizon. C’est ainsi que feu Anwar el Sadate avait agi. Il voulait tout simplement la paix avec les Etats-Unis, et le pont pour y parvenir était Israël. C’est ce que font les autres dirigeants de la région quand ils ont besoin de Washington, et c’est ce qu’est en train de faire le président du Pakistan, Mousharaf.

En fait ils n’ont pas d’intérêt réel pour Israël, son économie ou son peuple. Cependant auparavant, les dirigeants arabes ou islamiques payaient ce comportement cynique d’une visite officielle ici ou même allaient jusqu’à établir des relations diplomatiques avec Israël. Aujourd’hui, il n’y a plus besoin de cela, une photo avec des dirigeants Israéliens suffit !

Désirant obtenir une plus grande légitimité au sein du monde arabe, Israël accepte des rencontres entre ministres des Affaires Etrangères dans un pays tiers. Mais en agissant ainsi, Israël exempte les pays arabes de le rémunérer pour service rendu, à la grande joie de ceux-ci.

C’est ainsi que le président Pakistanais Pervez Mousharaf a gagné sa légitimité en Israël qui lui ouvrira les portes du Congrès Juif Mondial à Washington, sans rien payer en retour. Or Israël doit exiger un prix. Comme l’opinion publique dans les pays du Moyen Orient est hostile à Israël, aucun dirigeant arabe n’oserait mettre en péril sa stabilité politique en allant visiter Israël ou en nouant des relations diplomatiques formelles avec lui.

Le citoyen lecteur Israélien n’a aucune idée de l’ampleur de la haine que lui voue la rue arabe et de la propagande Palestinienne qui a réussi à influencer cette opinion publique, pendant les 5 années d’intifada.

Quand est-ce qu’un chef arabe viendra ici signer un accord de paix avec Israël ? Seulement lorsqu’il aura perdu tout espoir et que c’est la seule issue pour sa survie politique. Il suffit de faire une rétrospective pour s’apercevoir que les dirigeants arabes qui ont signé la paix avec Israël n’avaient en fait pas d’autre choix. En janvier 1977, Sadat était au bord d’une faillite économique ; au Liban, Bashir Gemayel n’avait plus aucun autre allié dans la région ; en 1991, Yasser Arafat était tombé dans l’oubli international et en 1995, le roi Hussein de Jordanie venait de découvrir avec horreur qu’Arafat avait signé les accords d’Oslo. Dans chacun de ces cas, Israël avait offert à ces dirigeants arabes une légitimité.

Israël doit abandonner cette impression qu’il a laissée dans les années 90, que nous devons mendier la venue de tout dictateur arabe ou musulman et nous devons réaliser que le Pakistan ne nous fait aucune faveur avec une photo d’opportunité. En effet, nous devons exiger un prix et demander la rémunération immédiate de toute rencontre (médiatisée), sous la forme d’une reconnaissance diplomatique ou sous toute autre forme politique.

Israël a tendance à s’intéresser aux autres d’abord, ne comprenant pas qu’au Moyen Orient la règle contraire s’applique, comme le dit le fameux proverbe arabe :
« celui qui ne se respecte pas lui-même n’est pas respecté par les autres ».


Paru dans www.Ynet.com le 9/9/05
Traduit par Albert Soued, écrivain, www.chez.com/soued


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette