Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Le gouvernement israélien rejette la décision de l’Assemblée générale des (...)

Le gouvernement israélien rejette la décision de l’Assemblée générale des Nations unies et désigne des organisations terroristes

Hélène Keller-Lind

dimanche 2 décembre 2012
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Dans une déclaration officielle Benyamin Netanyahou explique en détail pourquoi le gouvernement israélien rejette la décision prise par l’Assemblée générale des Nations unies de reconnaître un “État non membre observateur de Palestine”. Il explique également pourquoi son gouvernement a décidé de nouvelles constructions entre Jérusalem et Maale Adumim répondant aux besoins stratégiques d’Israël. Le mot sécurité est prononcé plusieurs fois, l’incitation à la violence et à la haine contre Israël inhérente au fonctionnement de l’Autorité palestinienne sont dénoncés et une liste détaillée d’organisations terroristes est donnée.

Comme cela l’était par Yitzhak Rabin, l’accent est mis sur la sécurité d’Israël

C’est par une citation choc que Benyamin Netanyahou a commencé son intervention devant le Cabinet israélien le 2 décembre 2012 : « La réponse à l’attaque contre le sionisme et l’État d’Israël doit être de renforcer et d’insister sur la mise en œuvre du plan de peuplement dans toutes les zones dans lesquelles le gouvernement le décide ».

Le Premier ministre israélien précisait aussitôt : « Ce ne sont pas mes mots. Ce sont les mots du gouvernement du Premier ministre Yitzhak Rabin et c’est le langage qui a été tenu dans une décision du Cabinet en 1975, dans la foulée de la décision de l’ONU assimilant le sionisme au racisme ». Il ajoutait : « aujourd’hui nous construisons et continuerons à construire dans toutes les zones qui sont sur la carte des intérêts stratégiques de l’État d’Israël ».

Le gouvernement israélien rejette ce qui est une grave violation des accords passés

Et de rappeler ce qui, semble-t-il, a été oublié par beaucoup : « la démarche unilatérale de l’Autorité palestinienne à l’ONU constitue une grave violation des accords qui ont été signés avec l’État d’Israël ». En conséquence, dit-il, « le gouvernement d’Israël rejette la décision de l’Assemblée générale des Nations unies ». Pour plus de détails, voir plus bas.

Autre rappel : « il ne peut y avoir d’État palestinien sans accord qui garantisse la sécurité des citoyens israéliens », sans que « l’État d’Israël soit reconnu comme l’État du peuple juif », sans que « les Palestiniens déclarent la fin du conflit ». Par ailleurs, il est clair que, désormais, les leçons ont été tirées des conséquences de retraits israéliens unilatéraux passés car Benyamin Netanyahou affirme : « Israël n’acceptera pas que la Judée et la Samarie deviennent une base pour le terrorisme iranien, comme cela s’est produit dans les régions que nous avons évacuées dans la bande de Gaza et au Liban ».

Une incitation à la haine et la violence anti-israéliennes détaillée dans un Rapport

Moshé Yaalon, ministre des Affaires stratégiques et Yossi Kuperwasser, directeur général du ministère, ont présenté aux ministres un Rapport sur la « culture de la paix et l’indice de l’incitation à la haine de l’Autorité palestinienne ». . Autorité palestinienne qui parle paix ou de « culture de paix » depuis la tribune de l’ONU mais, en interne, éduque les jeunes générations palestiniennes à la haine, prônant la destruction d’un Israël diabolisé et délégitimé -. Le Premier ministre israélien déplorant que l’on doive ajouter à ce Rapport le discours tenu à l’ONU le 29 novembre 2012 par Abu Mazen – nom de guerre de Mahmoud Abbas – contenant une incitation virulente à la haine « contre les soldats de Tsahal et les citoyens israéliens » et dans lequel « il a utilisé mensonges et falsifications historiques ».

Benyamin Netanyahou remarquant, par ailleurs, que « Abu Mazen n’a pas cru bon ajouter ne serait-ce qu’un seul mot concernant le terrorisme et les tirs de roquette contre les citoyens israéliens », concluant : « ce n’est pas là la manière dont s’exprime un homme qui veut la paix ».

Le premier ministre remerciait les chefs d’État et officiels ayant opté pour « la paix et la vérité et se rangeant aux côtés d’Israël » et qui, de ce fait, « seront jugés favorablement par l’histoire », citant nommément « le Président Barack Obama, les Premiers ministres du Canada Steven Harper et Petr Necas de la République Tchèque ».

Le Cabinet rejette la décision de l’Assemblée générale des Nations unies du 29 Novembre 2012

Après débat au cours de la réunion du 2 décembre 2012 le Cabinet israélien a décidé ce qui suit :

« Le peuple juif a un droit naturel, historique et légal à sa patrie et à sa capitale éternelle, Jérusalem, l’État d’Israël, en tant qu’État du peuple juif, a le droit de revendiquer des zones dont le statut fait l’objet d’un différend dans la terre d’Israël. Par conséquent, il décide de :

  • Rejeter la Résolution 67/191 de l’Assemblée générale du 29 Novembre 2012.
  • Déterminer qu’il n’y a rien dans la résolution précitée qui modifie le statut de zones faisant l’objet d’un litige, qui accorde le moindre droit ou qui diminue en rien les droits de l’État d’Israël, ou du peuple juif dans la terre d’Israël.
  • Déterminer que la décision précitée ne constitue pas une base pour de futures négociations et qu’elle ne contient rien qui promeuve une solution par des moyens pacifiques.

Des organisations terroristes clairement désignées

Une autre décision a été prise après débat par Cabinet israélien qui a inscrit un certain nombre d’associations sur une liste d’organisations terroristes, avec toutes les conséquences que cela entraînera.

Conformément à l’article 8 de l’Ordonnance de Prévention du Terrorisme de 1948 le Cabinet a déclaré comme « organisations terroristes:les groupes ou organisations suivantes, qu’elles soient connues sous ces noms ou tout autre nom, surnom ou acronyme, ou traduction dans une autre langue, que ce soit de façon permanente ou occasionnelle, y compris toute faction, branche, centre, comité, groupe et institutions qui y sont affiliés » :

  • La Force Al-Qods des Gardiens de la Révolution)
  • La Liste du Changement et de la Réforme ou « Al-Hatzlacha V’al-Taj Air »
  • La Coalition de la Charité (Atlaf Alchayir)
  • Le personnel de Coordination et de Soutien iranien (ou) palestinien, le Comité Populaire du soutien du peuple palestinien, et le Comité Populaire iranien pour le soutien de l’Intifada palestinienne.
  • Le Fonds humanitaire des Familles palestiniennes et libanaises
  • L’Institution Al-Quds et l’institution Al-Qods internationale
  • Les Comités de Résistance Populaire et leur bras armé, la Brigade Saladin - L’IHH (« Insan Haklary ve Hurriyetleri »), Organisation internationale de secours humanitaire, « Internationale Humanitere Hilfsorganisation ».

Quelques bonnes nouvelles

Par ailleurs le Premier ministre mentionnait un Rapport mensuel indiquant qu’au cours du mois de novembre environ « quarante personnes ont tenté de pénétrer en Israël, de s’y infiltrer. Tous ont été arrêtés et détenus ». Il rappelait qu’il y a quelques mois, avant qu’Israël ne prenne des mesures pour enrayer ce phénomène, ce sont des milliers de personnes qui pénétraient ainsi dans le pays toutes les semaines.

Au chapitre des bonnes nouvelles, Benyamin Netanyahou citait la revue « The Economist », plaçant Israël au vingtième rang des pays où il fait bon être né. et sixième dans la liste des pays oùla population ets en meilleure santé.

Autant de raisons pour “continuer à développer l’État d’Israël, face aux défis, pour qu’Israël soit un endroit bien et développé et l’un des pays les plus développés en terme d’économie, d’infrastructures, de qualité de vie et d’aide sociale ».


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette