Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > La contre-offensive des Ardennes

La contre-offensive des Ardennes

Par Ilan Tsadik © Metula News Agency

dimanche 13 février 2005
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Vers la fin de la seconde guerre mondiale, Adolf Hitler avait lancé ses meilleures unités blindées dans une contre-attaque désespérée sur le nord de la France ainsi que sur les Ardennes belges.

France 2, Charles Enderlin et ses nombreux amis ont, quant à eux, concentré leurs derniers efforts, durant toute la semaine qui vient de s’écouler, pour tenter des derniers coups de poker afin d’étouffer la controverse de Nétzarim, bien que les faits ne puissent plus être endigués depuis belle lurette.

Un soir de cette semaine, FR2 ouvrait pratiquement son JT sur des images empruntées à une émission populiste de la 1ère chaîne de TV israélienne, Politika. On y voyait Jamal A-Dura en Israël, serrer la main à un père ayant « lui aussi » perdu son fils durant l’Intifada. Le message du département de l’info de France 2 était clair et voulait comporter deux symboles : le premier, c’est qu’il faut tourner la page, que les deux peuples se sont suffisamment entre-déchirés et que ceux qui ont payé le prix le plus cher, ayant perdu leurs enfants lors du conflit, sont les premiers à montrer la voie de la réconciliation. Happy end, donc, et vive le classement vertical des anciennes blessures ! Second message, encore un peu plus naïf que le premier de la part de ses concepteurs : « Si la télévision d’Etat israélienne présente Jamal comme le père d’une victime authentique, tuée par Tsahal, comment en vouloir à Arlette Chabot lorsqu’elle fait de même ? ». FR2 a tout de même un peu modifié son commentaire quant à l’origine du décès du jeune Mohamed - sans fournir à ses téléspectateurs aucune raison pour cette volte-face. Cette fois, le « petit martyr palestinien » serait mort « pris dans des tirs croisés » et non plus du fait « d’une rafale provenant de la position israélienne ».

Ilan ne s’attardera pas sur ces messages subliminaux, sauce baba-cool, qui n’ont aucune portée significative sur la conformité des conclusions de notre enquête. Quant à Politika, ex-Popolitika, pour Politika au popo, il s’agit d’une émission aussi hystérique que superficielle, en course perpétuelle après son rating. Voir dans l’apparition de Jamal plus qu’un message populiste ou, comme certains tentent de le montrer, un symbole du désaccord du gouvernement israélien avec les révélations de la Ména, c’est penser la télévision israélienne en termes de relation tutélaire gaullienne et faire ainsi étalage de son ignorance de la société israélienne. La raison d’Etat n’existe pas dans les medias hébreux et un ministre qui demanderait à un journaliste de bidouiller un fait d’actualité afin de protéger sa propagande, se ferait accueillir par un gigantesque éclat de rire. Autres lieux, autres mœurs !

Puis, ce fut au tour du Nouvel Obs d’ouvrir son forum à Charles Enderlin, pour lui permettre de répondre aux questions des internautes. Pour permettre, en fait, d’effectuer la démonstration du mépris incommensurable de ce type pour la vérité et pour le public. J’en veux pour preuve la réponse du correspondant à Jérusalem, à une question lui demandant en substance ce qu’il changerait s’il avait à refaire son commentaire aujourd’hui. Germaine s’attendait, après les confessions des responsables de FR2 lors du visionnage du 22 octobre dernier, rapportées par Arlette Chabot, Daniel Leconte, Denis Jeambar et Luc Rosenzweig, qu’Enderlin reconnaisse, à leur instar, qu’il ne possédait aucune raison d’attribuer l’assassinat de Mohamed A-Dura aux soldats israéliens ; elle fut dès lors quelque peu surprise de lire la réponse suivante du Jérusalo-messin :

« Je pense que je dirai le même commentaire et que je ferai le même montage. Avec peut-être une différence. Sachant combien on me le reproche aujourd’hui, je diffuserai les quelques secondes de l’agonie de l’enfant que j’avais coupées, considérant à l’époque que cela rendait le sujet trop dur. »

Hé, pantoufle… personne ne t’a jamais reproché de ne pas avoir diffusé les images de l’agonie de l’enfant parce qu’elles « rendaient le sujet trop dur » ! On t’a reproché et on te reproche encore, d’avoir prétendu de manière mensongère détenir ces images de l’agonie de Mohamed et d’avoir faussé le cours du conflit proche oriental en imputant - sans le moindre indice - un assassinat d’enfant durant 45 minutes à l’armée israélienne. D’ailleurs, si tu produisais lesdites images, même aujourd’hui, j’entrerais dans les ordres ou dans une Yeshiva, comme il plaira à Arlette de choisir, malgré le peu de goût que j’ai pour la religion et les petits garçons. Et si tu savais combien il m’importe de ne pas quitter Germaine, tu cesserais de raconter n’importe quoi n’importe où…

Il est vrai que, parallèlement à ces affligeants combats d’une arrière-garde dépassée, dont on avait encore soustrait, au standard de l’Observateur sélectif, les questions trop précises qui auraient pu amener une part de lumière dans la nuit, les Ricains ont à nouveau débarqué en Normandie. Il faudrait dorénavant autre chose que ces effets de manches protégés par la forêt des Ardennes et par un épais brouillard dans la presse collabo, pour stopper l’avance des gros calibres anglo-saxons. Quand c’était dans le Wall Street Journal, quotidien conservateur, que l’on mettait en déroute les arguties chaboto-enderliniennes, il restait le prétexte de prétendre à un épisode de la supposée francophobie « néo-conne » yankee. Mais lorsque c’est le Herald Tribune et surtout le New York Times qui posent, très factuellement et sans passion, les questionnements qui vont faire tomber l’imposture, on ne peut décidément même plus crier au complot sharonniard, d’Ilano-extrémistes-de-droite, des judéo-bolcheviques, à moins que ce ne soit du capital aux mains de la juiverie mondiale ou du retour des morts-vivants, sans avoir l’air d’imiter les façons de la presse de l’occupation.

L’imposture de Nétzarim touche à sa fin. Bientôt, les chars Tigre-de-papier vont manquer de carburant et il faudra les abandonner, à nouveau, sur le bas-côté des chemins sans issue. Juffa, depuis un colloque d’experts stratégiques en Allemagne, a entendu que la justice française s’intéressait - enfin - à cette méga escroquerie audio-visuelle. Juffa savait que, en sa qualité d’étranger, il ne pouvait être convoqué à Paris sans l’établissement d’une commission rogatoire internationale. Un retard d’instruction de trois ans au moins en perspective ! Notre rédacteur en chef a alors de lui-même appelé l’officier de police français en charge de l’enquête et a modifié son agenda pour aller offrir son témoignage. Nul doute que le stratagème à effet retardant de France 2, consistant à déposer des plaintes contre X, a de ce fait pris du plomb dans l’aile. Dans quelques jours, en effet, la police française recevra de notre part tous les éléments de preuve démontrant que Rahma et Enderlin ont mis en scène un acte de guerre et que leur chaîne de télévision l’a diffusé aux quatre coins de la planète. Nul doute que la police découvrira les attestations incontournables de ce que la principale chaîne de télévision du service public français a participé à un acte d’incitation à la haine ethnique à l’échelon universel, qu’elle a poussé des peuples à la haine, puis à la guerre ouverte et que, depuis quatre ans, FR2 empêche, par diverses matoiseries, tartufferies et par des torrents d’invectives, que la vérité n’étincelle.

On est malgré tout en train de franchir le Rhin et de mugir : « Vive la vérité ! »


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette