Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > AIPAC l’Iran au cur des discours

AIPAC l’Iran au cur des discours

Hlne Keller-Lind

dimanche 4 mars 2012
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Face l’Iran les tats-Unis sont dtermins et estiment qu’Isral a le droit de faire ce qu’il entend pour garantir sa scurit, dclare Barack Obama devant l’AIPAC le 4 mars Washington, mme si, dit-il, tout le monde prfrerait des solutions pacifiques. Il souligne galement qu’il a apport une aide sans prcdent Isral et que son amiti s’est traduite dans les faits. Une amiti pour laquelle Shimon Pres le remerciait.

Alors que certains prévoyaient que le Président américain exprime un désaccord avec Israël sur d’éventuelles frappes contre le nucléaire militaire iranien, Barack Obama a déclaré devant l’AIPAC à Washington que si « nous préférons tous résoudre cette question – du nucléaire militaire iranien – par la diplomatie...les dirigeants iraniens ne devraient pas douter que les États-Unis sont déterminés, comme ils ne devraient pas douter du fait qu’Israël a le droit de décider par lui-même e ce qui est nécessaire pour assurer ses besoins en matière de sécurité ». Il ajoutait : « j’ai dit que pour arrêter l’Iran d’obtenir une arme nucléaire, je n’enlève aucune option de la table et je pense ce que je dis. Cela inclut tous les éléments de la puissance américaine. Un effort politique pour isoler l’Iran ; un effort diplomatique pour soutenir notre coalition et nous assurer que l’Iran est surveillé ; un effort économique pour imposer des sanctions qui paralysent ; et, oui, un effort militaire qui doit être prêt pour toute éventualité ».

Déclarations faites après qu’il eut déclaré que tout le monde préférerait trouver des solutions pacifiques pour résoudre cette question et qu’il ait mis en garde contre de faux espoirs que pourraient susciter une volonté affichée de l’Iran de reprendre des négociations pour, en réalité, tenter de gagner du temps. Des propos faisant écho à ceux que tenait Benyamin Netanyahou le 2 mars à Ottawa où il rencontrait le Premier ministre Stephen Harper, un véritable ami d’Israël également.

Barack Obama rappelait, en effet, que son amitié pour Israël n’a pas été que de vains mots mais s’est traduite par une aide militaire concrète, notamment pour la mise en place du système de défense Iron Dome. Mais une aide également devant les Nations unies, en rejetant le Rapport Goldstone, par exemple, ou en s’opposant aux résolutions iniques du Conseil des Droits de l’Homme onusien et en soutenant le bon droit d’Israël lors de l’affaire de la « flottille ». Aide encore pour aider à sauver le personnel israélien qui était pris au piège dans l’ambassade d’Israël au Caire par une foule voulant les lyncher.

Quant à la paix avec les Palestiniens, s’il l’appelle de ses vœux, dit-il, elle ne peut se faire que si la sécurité d’Israël est garantie, si les Palestiniens renoncent à la violence et respectent les accords signés. Ce qui n’est pas le cas du Hamas, soulignait-il.

Barack Obama rendait un vibrant hommage à son « ami, Shimon Peres » dont il rappelait le parcours et le rôle qu’il a joué en Israël, dans le respect des « valeurs humaines, de la dignité et de la liberté ». Ce dernier faisait état de son amitié pour le Président Obama, soulignait qu’Israël est toujours resté une démocratie et rapportait les dernières paroles que lui dit son grand-père alors qu’il partait pour la terre d’Israël : « Shimon reste juif ». Son grand-père, le Rabbin Tzvi Melzer qui fut enfermé dans la synagogue de bois de son village en 1942 avec tous les habitants juifs et qui y périt par les flammes allumées par les nazis. Ce grand-père qui, avec Ben Gourion devint « la boussole » qui guidé toute l’action de Shimon Peres.

A propos de l’Iran « un régime corrompu sur le plan moral...un danger pour le monde entier et qui doit être arrêté et le sera », le Président israélien faisait état d’une identité de vue parfaite entre Israël et les États-Unis.

A l’heure où sont écrites ces lignes le discours très attendu de Benyamin Netanyahou n’a pas encore été prononcé.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette