Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > La visite de Nicolas Sarkozy en Israël, vue par la presse Israélienne.

La visite de Nicolas Sarkozy en Israël, vue par la presse Israélienne.

Service de Presse de l’ambassade de France en Israël

jeudi 16 décembre 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

« La sécurité d’Israël n’est pas négociable », a estimé le nouveau président de l’UMP, Nicolas Sarkozy, lors d’une rencontre avec des journalistes israéliens.

Le quotidien indépendant Maariv consacre un article d’une page entière à la visite de l’ex-ministre des Finances en Israël, et publie une photo de « l’étoile montante de la politique française » posant devant le Mur des Lamentations à Jérusalem.

« Les médias et le public israéliens ont eu hier une rare occasion de voir et connaître de près un homme qui pourrait d’ici deux ans faire son entrée au Palais de l’Elysée », écrit le directeur de desk international du journal. « Nicolas Sarkozy, le président charismatique du parti français au pouvoir, l’UMP, est venu en visite en Israël et a parlé très ouvertement et directement des relations entre Paris et Jérusalem, des rapports entre la France, les Musulmans et les Juifs, et de la place de la France dans le monde », souligne le journal.

« Le problème ne réside pas dans la peur des Juifs de France, la peur est dans les gênes des Juifs du monde entier », a confié M. Sarkozy au cours d’une entrevue qui selon le Maariv, « n’est pas l’apanage des politiciens français. » « Pour Israël, la sécurité est une question de vie ou de mort, alors que pour nous en France, ce n’est rien de plus qu’une question de qualité de la vie. Après tout, qu’est-ce qu’Israël, sinon la réponse territoriale à cette peur viscérale ancrée en vous ? ».

« Une course réussie à la Présidence de la République française, dans deux ans, entraînerait des changements considérables dans la méthode et le style de gouvernance de la France », estime le journal. « La politique ordinaire ne m’intéresse pas », a fait valoir le président de l’UMP. « Je suis avocat et je peux très bien subvenir aux besoins de ma famille. Ce que je veux, c’est faire bouger les choses ». « Et le passé », note le quotidien, « démontre que Sarkozy sait très bien faire bouger les choses. Le mois dernier, il a été élu président du parti du pouvoir et a renoncé pour cela au portefeuille des Finances. Comme ministre de l’Intérieur pendant deux ans, il a provoqué une révolution dans la manière dont la France traite l’antisémitisme et sa grande communauté musulmane. »

Selon le quotidien de centre-droit, « même si les déclarations pro-israéliennes de Nicolas Sarkozy en ont fait le héros des Juifs de France, il exprime une attitude qui ne diffère pas de celle des autres dirigeants européens concernant le conflit israélo-palestinen. A la question + en tant que Président de la République française, serez-vous prêt à garantir concrètement l’existence d’Israël dans le cadre d’un règlement de paix ?, il a répondu : « La meilleure garantie de votre existence, c’est vous-mêmes. Soyez forts, vous n’en avez pas le choix. Mais je suis convaincu qu’après ce que nous avons vécu avec les Juifs d’Europe, la sécurité d’Israël n’est pas négociable » ».

Le quotidien de langue anglaise The Jerusalem Post publie également la photo de N.Sarkozy devant le Mur des Lamentations, et indique que durant sa rencontre avec Ariel Sharon, le président de l’UMP a « salué le plan de désengagement ».

D’autre part, le Maariv publie un article de son correspondant à Paris, Or Heller, sur une page entière, intitulé « Français, parle anglais ! ». Il rend compte de la très vive polémique déclenchée en France par un rapport qui recommande l’apprentissage général de l’anglais par tous les écoliers français, de 8 à 18 ans, pour combler le retard considérable dans la connaissance de cette langue par la majorité des Français - en comparaison de tous les autres pays européens. Ce rapport a reçu le soutien du Premier ministre, J.-P. Raffarin, et du ministre de l’Education, F. Fillon ; mais il rencontre de vives résistances.

« La langue de Molière, Napoléon, Rousseau, Voltaire et Louis XIV, à ce jour, perd la bataille contre celle de Shakespeare, Bush et Madona », conclut l’article./.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette