Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Un chroniqueur saoudien soutient la décision française de résilier la (...)

Un chroniqueur saoudien soutient la décision française de résilier la convention autorisant la diffusion d’Al-Manar, la chaîne du Hezbollah

MEMRI

lundi 13 décembre 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Aujourd’hui, lundi 13 décembre, le Conseil d’Etat doit répondre à la demande du CSA de résilie la Convention signée avec Al-Manar, après que la chaîne eut enfreint l’engagement à renoncer à toute forme d’incitation à la haine.

Dans ce contexte, le chroniqueur du quotidien saoudien Al-Watan, M. Abd El-Karim Al-Nasser , a publié, le 12 décembre, un article où il reproche à la chaîne Al-Manar de n’avoir pas respecté les conditions de la Convention signée avec le CSA, continuant de diffuser des propos et des images incitant à la violence, à la haine et à la discrimination raciale. Voici une traduction de l’article :

« C’est la première fois que la France signe un accord de ce type avec la chaîne télévisée d’un parti politique combattant. »

"Nous devons nous montrer circonspects et avisés dans la bataille médiatique, à caractère politique et diplomatique, qui se joue actuellement entre la télévision Al-Manar du Hezbollah libanais et les autorités françaises. En effet, il n’existe aucun intérêt à ce que nous ’gagnons nos propres [cœurs] toute en perdant [celui du reste du] monde’, aucun intérêt à ce qu’Al-Manar profite de sa popularité parmi nous et perde le soutien de la France, amie des Arabes.

Au lieu d’accuser les autorités françaises et au lieu de menacer de remonter les pays arabes contre la France ’pour la punir’ de sa décision de résilier la convention signée entre Al-Manar et le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, convention qui doit permettre à la télévision du Hezbollah de diffuser en France et en Europe au moyen du satellite Eutelsat, il convient de réfléchir au problème et à la maladresse des responsables d’Al-Manar face aux autorités françaises.

Dans les faits, celles-ci ont ignoré les pressions exercées par Israël et ses sympathisants et ont signé, le 16 novembre, un accord officiel avec Al-Manar, accord qui autorise la chaîne à diffuser en France au moyen d’Eutelsat. C’est la première fois que la France signe un accord de ce type avec la chaîne télévisée d’un parti politique combattant."

« La direction d’Al-Manar n’a en rien modifié ses différents programmes, n’accordant apparemment aucun crédit à la convention signée avec les Français. »

"La direction d’Al-Manar a signé cet accord, de façon officielle, s’en est félicitée, et s’est engagée à en respecter toutes les clauses. Cela en dépit du caractère stricte de ces dernières, qui l’obligent à ne pas diffuser de programmes, d’images, de déclarations et d’opinions incitant à la violence, à la discrimination raciale ou à la haine de l’autre pour des raisons religieuses, raciales ou identitaires. Cette fermeté a pour objectif de préserver la paix entre les citoyens français et d’empêcher l’irruption de confrontations et d’affrontements entre résidents arabes et juifs.

Quelques jours après la signature de la Convention, les autorités françaises ont décidé de punir Al-Manar pour n’avoir pas respecté ses engagements et avoir diffusé des programmes et des images susceptibles d’inciter, selon les sources françaises, à la violence, à la haine et à la discrimination raciale. Dans les faits, la direction d’Al-Manar n’a en rien modifié ses différents programmes, n’accordant apparemment aucun crédit à la convention signée avec les Français. Les Israéliens et leurs sympathisants ont profité de la situation pour mener une campagne de grande envergure contre Al-Manar. La vérité est toutefois que le pouvoir français a décidé de résilier la Convention non à cause de la pression israélienne, mais bien parce que la télévision Al-Manar a dénaturé le contenu de l’accord, la France étant l’Etat le moins influencé qui soit par les pressions israéliennes.

La direction d’Al-Manar est responsable [de ce qui est arrivé] en ce qu’elle n’a pas su tirer profit de sa victoire médiatique et politique contre Israël sur la scène française. Elle aurait dû respecter la Convention signée, convention qui ne l’empêchait pas d’attaquer la politique d’Israël et de défendre les droits et les revendications arabes justes et légitimes…"

« Si l’intention de la direction d’Al-Manar était d’ignorer la position française, il aurait mieux valu ne pas signer avec Paris (…) »

"[Suite à] cette bataille entre Al-Manar et les Français, [nous voudrions] attirer l’attention sur trois points essentiels :

Premièrement, les chaînes arabes, et parmi elles Al-Manar, ont obtenu des résultats significatifs quant à leur capacité de diffusion dans le monde. Toutefois, cela les oblige à respecter des ’codes de conduite’ spécifiques afin de parvenir à influencer les spectateurs extérieurs [au monde arabe]. L’histoire d’Israël est une suite de délits et d’infractions des lois internationales et des Résolutions de l’ONU ; les chaînes arabes pourraient se concentrer dessus et les dénoncer au lieu de tergiverser sur des sujets non ancrés dans la réalité.

Deuxièmement, pour le Hezbollah, comme pour tous les autres acteurs arabes, il n’y a aucun intérêt à perdre [l’amitié de] la France, le pays au monde qui comprend le mieux et défend le mieux les Libanais, les Arabes et leurs revendications ; c’est le pays qui fait le plus pour répondre à leurs réclamations et assurer leurs droits légitimes.

Troisièmement, chacun sait que la France, comme toutes les puissances et tous les Etats qui ont une influence, exige la cessation de toutes les opérations et attaques armées contre Israël, appelant à résoudre le conflit israélo-arabe par des moyens pacifiques. Les autorités françaises sont restées sur leurs positions face à Al-Manar. Si l’intention de la direction d’Al-Manar était de dévier de la position française - connue de tous, ou de l’ignorer, il semble qu’il aurait mieux valu ne pas signer avec Paris un quelconque accord relatif à la diffusion satellite et se contenter de la diffusion par Arabstat et Nilesat.

Il n’y a aucun avantage à gagner nos propres [cœurs], à applaudir à nos propres agissements et à perdre [la sympathie du reste] du monde, et en particulier de pays amis comme la France, lesquels ne sont pas si nombreux." (1)

Al-Watan
(Arabie Saoudite), le 12 décembre 2004

L’Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif qui traduit et analyse les médias du Moyen-Orient. Des copies des articles et autres documents cités, ainsi que toute information d’ordre général, sont disponibles sur simple demande.

The Middle East Media Research Institute (MEMRI),

E-mail : memri.eu memri.org.uk <mailto:memri memri.org.uk>
Site : www.memri.org/french

MEMRI détient les droits d’auteur sur toutes les traductions. Les textes ne peuvent être cités qu’avec mention de la source.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette