Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > La politique du pire

La politique du pire

Par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international©

samedi 30 juillet 2011
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Lors de son point de presse du 28 juillet 2011, le porte-parole du Quai d’Orsay a indiqué que « la France condamne la dégradation dans la nuit de mercredi à jeudi des installations de l’UNRWA utilisées pour organiser des camps de vacances d’enfants dans la bande de Gaza », ajoutant qu’ « après la décision du Hamas le 12 juillet de dissoudre le Forum Sharek pour la jeunesse et dans le contexte du blocus de Gaza, c’est un nouveau coup porté à tous ceux qui s’efforcent d’apporter de l’espoir et luttent contre l’injustice faite aux enfants de Gaza » (souligné par nous).

A nouveau, la France éprouve le besoin de mettre sur le même plan le Hamas et Israël, ce qui, en l’occurrence, est tout à fait malvenu.

En effet, s’agissant du « blocus » de Gaza, le comportement du Hamas illustre parfaitement le bien-fondé de la politique israélienne, qui veille à ce que ce mouvement terroriste (le fait d’avoir « gagné » les élections en 2006 n’est pas une preuve de respectabilité) ne puisse pas bénéficier d’importations visant exclusivement à renforcer son potentiel militaire, uniquement dirigé contre Israël.

D’ailleurs, à différentes reprises – malgré la discrétion des medias sur ce point – il a été fait état d’indices tendant à prouver que la situation Gaza n’était pas aussi dégradée qu’on voulait bien le dire.

En juin dernier, au moment de la farce de la pseudo « flottille de la paix » prétextant vouloir apporter une aide à la population du territoire, Israël – soutenu sur ce point par un grand nombre de pays – a fait savoir qu’il était prêt – en plus du transport quotidien de marchandises qu’il assure lui-même - à autoriser l’acheminement de produits, par la voie terrestre depuis le port d’Ashdod.

Proposition évidemment refusée par les Palestiniens.

L’objectif étant de mettre en cause Israël plutôt que de prendre en compte l’intérêt de la population.

Ce n’est d’ailleurs pas la première année que le Hamas s’en prend directement, ou indirectement, en tolérant, par sa passivité, des actions hostiles, à des initiatives bénéficiant, notamment, aux jeunes de la Bande de Gaza.

Ainsi, prétextant une procédure judiciaire dirigée contre un employé de cette association, les autorités du Hamas ont décidé de dissoudre l’ONG Sharek Youth Forum, qui est un partenaire clé de l’ONU notamment pour l’organisation des Jeux d’été de Gaza. Cette année, l’organisation a eu un rôle déterminant en organisant des activités récréatives et éducatives pour plus de 250.000 enfants et jeunes de la Bande Gaza.

Plus récemment, les Nations Unies ont dû condamner une attaque commise contre ces mêmes jeux d’été à Gaza, au cours de laquelle une bande a attaqué et vandalisé des installations, qui devaient permettre à 12.000 enfants palestiniens de tenter de « battre le record mondial de cerf-volant ».

Bien évidemment, une telle initiative n’a pu être menée à bien qu’avec la complaisance du Hamas.

Autrement dit tout est fait pour mettre en difficulté la population du territoire et accréditer l’idée qu’Israël en est responsable, alors qu’il n’en est rien.

Alors que, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, de par le monde des dizaines de millions de réfugiés ont été – même parfois tant bien que mal - « recasés », il n’en a rien été pour moins d’un million de personnes, résidant, avant la création de l’Etat d’Israël, dans le territoire sous mandat britannique.

Bien au contraire, on a en quelque sorte institutionnalisé la situation de « réfugié palestinien » en créant d’ailleurs, en 1949, un organisme (l’UNRWA) qui leur est, spécifiquement, consacré, alors qu’il existe, par ailleurs, un Haut-Commissariat aux réfugiés.

De telle sorte qu’au lieu de diminuer, le nombre des « réfugiés palestiniens » a démesurément gonflé jusqu’à avoisiner les 5 millions, alors que les événements à l’origine remontent à plus de 60 ans……

Il est vrai que la « qualité » de « réfugié palestinien » est héréditaire par la voie mâle et qu’au lieu de chercher à les intégrer là où ils se sont établis, on s’est évertué à les maintenir, malgré des milliards de crédits, dans un état de pauvreté et de précarité, fournissant, ainsi, des « troupes » élevées dans la haine d’Israël.

Et dire que pour certains le slogan « Deux poids, deux mesures » profite à Israël…..


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette