Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Toujours le même parallélisme hypocrite à l’ONU

Toujours le même parallélisme hypocrite à l’ONU

par le Professeur David Ruzié *

lundi 25 octobre 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Les réunions d’information mensuelles du Conseil de sécurité consacrées à la situation au Moyen-Orient se succèdent et se ressemblent, dans le parallélisme hypocrite……

« La violence est devenue le mode de communication entre Israéliens et Palestiniens » et « Dérives et appréhensions au Moyen-Orient », tels sont les deux titres utilisés par les services d’information de l’ONU pour rendre compte de la dernièer réunion, tenue vendredi dernier, 22 octobre.

Mais il ne faut pas, pour autant, renoncer à s’insurger contre le vocabulaire « politiquement (in)correct » utilisé pour désigner les lanceurs de roquettes Qassam, qualifiés de « militants » palestiniens, qui ont tué deux enfants de deux et quatre ans.

D’autant plus que, dans son compte rendu, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques de l’Organisation mondiale a d’abord évoqué l’opération militaire lancée par Israël à Gaza qui « a fait un grand nombre de victimes parmi les Palestiniens, dont des civils et des enfants ».

Or, si, effectivement, la question de savoir « qui de la poule ou de l’œuf » a une antériorité peut constituer un véritable dilemme, en revanche tout observateur objectif (malheureusement il n’y en pas dans le personnel de l’ONU) sait que ce sont les Palestiniens qui ont recours à la violence, paradoxalement, à la fois aveugle et ciblée.

Car, les chiffres des victimes israéliennes parlent d’elles-mêmes, puisque plus de 70% sont des civils.

Du côté palestinien, s’il est vrai qu’il y a de plus en plus de victimes civiles, c’est tout simplement que, contrairement, aux règles du droit de la guerre (qu’ignorent bien évidemment des terroristes), les tueurs se cachent parmi la population civile, qui, généralement, les laisse agir, d’autant plus que l’Autorité palestinienne (qui n’a d’ « autorité » que le nom), fait preuve également d’une passivité coupable.

De façon tout aussi ridicule, car naïve, l’ONU répète simplement que ladite Autorité « doit faire tous les efforts pour faire cesser de telles attaques ».

Quant au gouvernement israélien, le haut fonctionnaire de l’ONU rappelle qu’il se doit de « respecter ses obligations en vertu du droit international humanitaire international de s’abstenir d’un recours disproportionné à la force (souligné par nous ».

Or, il sait parfaitement (même sans lire Desinfos.com) pourquoi il y autant de civils palestiniens parmi les victimes et ce n’est pas Israël qui est en cause, quant à cette situation.

Israël a un droit de légitime défense pour empêcher que des civils israéliens se trouvant sur son territoire soient systématiquement pris comme cibles.

C’est faire preuve d’une parfaite hypocrisie que de mettre sur le même plan d’une part, l’Autorité palestinienne, qui doit « prendre des mesures décisives pour mettre fin à la terreur et traduire en justice les responsables d’actes terroristes » et d’autre part, le gouvernement israélien, qui doit « exercer son autorité et traduire en justice ceux qui ont commis les crimes » (à propos des actes de violence perpétrés par des Israéliens en Cisjordanie).

Certes, ces actes, heureusement, isolés sont effectivement totalement inadmissibles, mais, régulièrement - ce que feint d’ignorer l’ONU - des poursuites sont engagées contre ceux qui se croient autorisés à se faire justice par eux mêmes.

L’ONU a parfaitement raison, dans l’absolu, de considérer que la solution de conflit ne réside pas dans le recours à la force, mais dans la négociation.

Mais, d’une part pour négocier il faut avoir un interlocuteur représentatif. Or, Yasser Arafat a, depuis longtemps prouvé sauf, notamment, aux yeux des autorités françaises, qu’il ne l’est pas.
D’autre part, sans considérer - et cela n’engage que nous- qu’Israël peut échapper à toute critique, je pense qu’à l’heure actuelle, c’est bien Ariel Sharon, qui adopte - ne serait-ce que dans le moment présent - une attitude responsable.

N’en déplaise à une certaine fraction de la population israélienne, dont l’opinion majoritaire ne se reflète peut-être pas (ou plutôt certainement pas) dans les prises de position de certains dirigeants politiques, qui s’expriment publiquement, le désengagement complet de la Bande de Gaza nous paraît être une attitude raisonnable.

De même, le gouvernement israélien est tout aussi fondé à vouloir éradiquer, avant la mise en œuvre de ce retrait, les caches terroristes dans ce territoire.

Malheureusement, certaines prises de position d’autorités rabbiniques, qui nous paraissent totalement irresponsables, renforcent une résistance minoritaire, qui donne une mauvaise image de marque de la démocratie israélienne.


  • David Ruzié est professeur émérite des universités, spécialiste de droit international.

Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Articles associés

ONU
A l’Assemblée générale de l’ONU, Simone Veil commémore la Shoah et met en garde contre le négationnisme - janvier 2007
Ban Ki-moon ne réaffirme pas l’opposition de l’ONU à la peine de mort - janvier 2007
L’ONU appele agir face la « machine tuer » - février 2012
Gaza : Israël dédommage les Nations Unies pour les dégâts causés - janvier 2010
L’ONU appelle Israël et le Liban à cesser l’escalade verbale - mars 2010
George Bush appelle à soutenir la démocratie au Moyen-Orient - septembre 2006
L’’AIEA appelle à Téhéran à suspendre les travaux de construction sur un site nucléaire - novembre 2009
L’Assemblée générale de l’ONU ouvre les débats sur le rapport Goldstone - novembre 2009
Kofi Annan décrit l’antisémitisme comme une manifestation de haine, d’intolérance et de persécution unique dans l’histoire à l’occasion du séminaire organisé au siège de l’ONU - juillet 2004
L’ONU et la fin d’un rêve - décembre 2005
Ruzié David
Mahmoud Abbas : Janus à deux têtes - janvier 2008
L’arbre qui cache la forêt - octobre 2009
Pourquoi cder au scepticisme ? - juillet 2007
La poudrière libanaise - août 2010
Beaucoup de bruit pour pas grand-chose…. - décembre 2008
Le régime de faveur des Palestiniens en France - octobre 2008
Affaire suivre - mai 2009
A propos de la piraterie maritime - novembre 2010
La menace iranienne sur Israël : la communauté internationale face à ses responsabilités - octobre 2005
Un titre rducteur - décembre 2007

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette