Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Comment un accord qui serait « parfait » entre Hamas et Fatah pourrait-il (...)

Comment un accord qui serait « parfait » entre Hamas et Fatah pourrait-il être gage de paix ?

Hélène Keller-Lind

jeudi 28 avril 2011
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Hamas et Fatah annoncent un accord sur tous les points....Benyamin Netanyahou avertit : un accord avec un mouvement terroriste ne saurait annoncer la paix....


Un parrain égyptien anti-sioniste, exit le Quartet....

C’est en Égypte, sous la houlette du gouvernement égyptien post-Moubarak, dont le ministre des Affaires étrangères qualifiait récemment Israël « d’ennemi, » qu’a été signée la première étape d’une réconciliation entre frères ennemis palestiniens – avec x morts à la clef dans leurs luttes intestines aisément passés à la trappe -.

Et c’est ainsi que « le vice-Président du bureau politique du mouvement du Hamas, le Dr. Moussa Abou Marzouq, » décrivait aussitôt cet accord : « a également souligné que « des points d’accord ont été signés après avoir été conclus avec le mouvement du Fatah, puis nous avons signé la feuille égyptienne ». Et «  il ne reste plus aucune question à discuter, il reste seulement à célébrer l’entente et la formation du gouvernement », assurant que «  les portes de Gaza sont ouvertes à tous les Palestiniens ».

Il précisait : «  le Quartette international a cessé d’exister, lui et ses conditions.  » On pourrait ajouter : sauf comme bailleur de fonds sans qui tout mouvement palestinien cesserait quasi totalement d’exister...

Même enthousiasme côté Fatah  : « le chef de la délégation du Fatah et membre de son comité central, Azzam al-Ahmad, a affirmé : « nous offrons à notre peuple cet accord qu’il a tant attendu, et nous disons aux jeunes de Palestine que ce que vous demandiez s’est réalisé aujourd’hui ». Il a ajouté : « nous étions maîtres de la décision nationale palestinienne, et Israël a commencé à mettre en garde Abou Mazen des conséquences de cet accord , mais il a rejeté cet avertissement ».
Il a déclaré qu’a été signé « le compte rendu des points d’accord à propos des termes de la feuille égyptienne, et nous y avons ajouté un accord de former un gouvernement indépendant et nous avons défini une date pour les élections ». Il a souligné que « la Ligue arabe supervisera cet accord et son application ».

Benyamin Netanyahou rappelle ce qu’est le Hamas, mouvement terroriste

Mais, comme il le note, la partie israélienne est loin de partager cette euphorie et avec raison. En effet, Benyamin Netanyahou déclarait pour sa part : « L’Autorité palestinienne doit choisir entre la paix avec Israël et la paix avec le Hamas. La paix avec les deux est impossible parce que le Hamas aspire à détruire l’Etat d’Israël, et le dit. Il tire des missiles sur nos villes, il tire des roquettes anti-char sur nos enfants.
Je pense que l’idée même de cette réconciliation montre la faiblesse de l’Autorité palestinienne et pousse à se demander si le Hamas prendra le contrôle de la Judée et la Samarie, comme il a pris le contrôle de la Bande de Gaza.
J’espère que l’Autorité palestinienne choisira correctement, il qu’elle choisira la paix avec Israël. Le choix est entre ses mains. »

Le Premier ministre israélien renvoie à l’analyse de ce que sont les termes de la Charte du Hamas. Qui a une « vision du monde d’un Islamisme radical – conçu par les Frères musulmans égyptiens – qui n’a pas changé en 18 ans d’existence. Concernant Israël, la Charte est sans concessions. Elle voit dans « la question de la Palestine » une question musulmane politiquo-religieuse et dans la confrontation israélo-palestinienne un conflit entre l’Islam et les Juifs « infidèles. » « La Palestine  » est présentée comme étant une terre sacrée islamique dont il est strictement interdit d’en abandonner un seul centimètre parce que personne, dirigeants arabes y compris, n’a le droit de le faire. En ce qui concerne les relations internationales, la Charte affiche une vision du monde extrémiste qui est aussi anti-occidentale qu’Al-Quaïda et autres organisations terroristes.  »

Quant aux tirs sur les villes israéliennes, le Premier ministre en donne un récent exemple : 120 roquettes tirées pendant le week-end du 10 avril Et il rappelle qu’un bus scolaire a récemment été délibérément visé depuis la Bande de Gaza sous contrôle du Hamas, blessant deux enfants . L’un d’entre eux, Daniel Viflic, âgé de 16 ans, est mort peu après de ses blessures...

Réponse d’un porte-parole d’Abbas : cela ne regarde pas Benyamin Netanyahou, il s’agit «  d’une affaire interne palestinienne. »

« Good cop, bad cop », bon flic, mauvais flic pour « récupérer nos droits »

Ce rapprochement inter-palestinien est-il si étonnant  ? Force est de répondre non. En effet, si le Hamas a le mérite de la franchise lorsqu’il dit vouloir rayer Israël de la carte, à l’instar de son mentor Ahmadinejad, le faussement débonnaire Mahmoud Abbas ne dit pas autre chose par le biais de son incitation à la haine et la violence israéliennes. Le ministère des Affaires étrangères israélien répertorie cette incitation Dont on trouve d’innombrables exemples collectés par l’ONG Palestinian Media Watch qui en a traduit un certain nombre en français, avec le soutien du CRIF Ainsi, il y a quelques jours et pour la énième fois la télévision officielle palestinienne effaçait tout simplement l’existence d’Israël en douceur

On avait là la version classique du « good cop, bad cop » - bon flic, méchant flic – sur fond de luttes de pouvoir et d’argent intestines. Le site palestine-info, proche du Hamas précise d’ailleurs que le « Dr. Moussa Abou Marzouq, a affirmé que la délégation de réconciliation du Hamas et celle du Fatah ont convenu d’un accord complet, et qu’il est désormais temps de tourner la page de la division « pour ouvrir une nouvelle page de l’harmonie et de la lutte pour récupérer nos droits  ». Ajoutant que les factions se réuniront mercredi prochain pour signer l’accord. »

Le but de la manœuvre est donc clair : «  récupérer nos droits  » Et on sait de quels droits il s’agit dans la bouche du Hamas... Les réactions palestiniennes qui abondent au lendemain de la signature de cet accord sont édifiantes : « Les factions palestiniennes ont appricié (sic)la signature de l’accord préminaire (sic)entre le Hamas et Fatah, hier, au Caire, en appelant à son application immédiate, tout en affirmant que l’entité nationale va faire face à l’ennemi occupant israélien et renforcera la résistance. »


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette