Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Après la profanation d’une soixantaine de tombes du cimetière Juif de (...)

Après la profanation d’une soixantaine de tombes du cimetière Juif de Lyon

mardi 10 août 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Une soixantaine de tombes ont été profanées et recouvertes de croix gammées dans un cimetière juif de Lyon, a déclaré mardi le grand rabbin de la ville, Richard Wertenschlag, qui s’est rendu sur les lieux.

« Les tombes n’ont pas été saccagées, les stèles ont été taguées mais c’est tout un symbole de voir des tombes portant l’étoile de David qui subissent l’affront de la croix gammée », a-t-il déclaré sur France Info.

« C’est un choc indicible », a-t-il ajouté, précisant qu’une « cérémonie de réparation » serait organisée « pour les offenses qui ont été commises contre nos morts ».

« C’est une provocation, on ne sait pas d’où elle vient (...) il y a une sorte de confusion avec des croix gammées dessinées à l’envers, des expressions de haine à l’égard de la communauté musulmane comme ’Résistance face à l’invasion islamiste’, deux mentions d’Adolf Hitler et une mention »Pinehas« du nom d’un personnage biblique à la justice expéditive face à ceux qui incitait à la débauche du peuple juif », a indique le rabbin.

« C’est la mémoire de la communauté juive qui est offensée dans ’la capitale de la Résistance’ », a-t-il estimé.

Le cimetière dit « cimetière de la Mouche », le seul cimetière entièrement juif dans la ville de Lyon, avait déjà été profané en 1992. Plusieurs pierres tombales, en particulier d’enfants, avaient été taguées de croix gammées. Les auteurs, des jeunes skinheads sortant d’un match de football du proche stade de Gerland, avaient alors été arrêtés et condamnés.

Le président du consistoire, également vice-président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) de Rhône-Alpes, a qualifié ces actes de « scandaleux, ignobles, lamentables ». Il a indiqué que le cimetière resterait fermé toute la journée de mardi « pour que la police fasse ses investigations ».

Le premier ministre français Jean-Pierre Raffarin a fait part lundi soir au président du consistoire juif de Lyon, Marcel Dreyfus, de « toute sa compassion » qualifiant « au nom du gouvernement » cette profanation d’« inacceptable ». Il a déclaré avoir « donné des instructions pour retrouver les coupables de ces actes odieux ».

Deux jeunes, aperçus lundi à proximité du cimetière juif de Lyon, dont une soixantaine de tombes ont été profanées dans la soirée, ont été interpellés et placés en garde à vue à l’hôtel de police de Lyon, a-t-on appris mardi de source policière. Les deux jeunes étaient interrogés à l’hôtel de police, « sans qu’on puisse pour l’instant leur imputer » cette profanation, a-t-on précisé de même source...

Le ministre de l`Intérieur, Dominique de Villepin, a déclaré que ’’la détermination des pouvoirs publics à lutter contre tout acte antisémite est et demeurera sans faille’’.

« Les auteurs de cette ignominie sont activement recherchés », a promis mardi le président Jacques Chirac après l« ’ignoble profanation » perpétrée la veille à Lyon dans le cimetière israélite de Gerland.

« Ils seront punis avec toute la rigueur de la loi », promet le chef de l’Etat dans une lettre adressée à Marcel Dreyfus, président du consistoire israélite de Lyon. Chirac a également écrit au grand rabbin de Lyon Richard Wertenchlag pour lui faire part de sa « solidarité dans cette épreuve ».

« Que les profanateurs en soient convaincus : la France réprouve avec vigueur et indignation ces actes déshonorants. Elle ne tolère pas qu’ils se développent sur son territoire », souligne le président français.

« Cet acte, d’une sombre lâcheté, est une insulte à la mémoire de tous les résistants de Lyon et de France, à la mémoire de toute la communauté juive ».

Le ministre délégué aux Anciens combattants, Hamlaoui Mekachera, a fait part de son « indignation » après la profanation et « condamne avec la plus grande fermeté cet acte ignoble ». Dans un communiqué, le ministre « exprime sa solidarité aux familles directement touchées par ces actes odieux et les assure, ainsi que l’ensemble du monde combattant, que tout sera mis en oeuvre pour arrêter et punir leurs auteurs ». M. Mekachera tient à faire valoir « la détermination » du gouvernement « à faire cesser par tous les moyens ces actes qui déshonorent notre société ».

La secrétaire d’Etat aux Droits des victimes Nicole Guedj estime que « face à l’intolérable outrage à la mémoire des morts, la seule réponse doit être une répression suffisamment ferme et exemplaire pour être dissuasive ». Mme Guedj note que depuis le début de l’année, « c’est par dizaines que l’on compte les tombes profanées dans notre pays, qu’elles soient musulmanes, juives ou chrétiennes. Ces nouvelles profanations suscitent une colère légitime ».

Gérard Collomb, maire de Lyon, a estimé que « cet acte antisémite est une insulte envers les valeurs de notre République. Il est, pour moi, d’autant plus indigne qu’il s’est produit à Lyon, une cité qui agit depuis de nombreuses années en faveur du dialogue interreligieux, de l’humanisme et de la paix. Il nous replonge dans les heures les plus sombres de notre histoire et nous rappelle tragiquement que la lutte contre le racisme et l’intolérance exige de nous une vigilance et un combat de tous les instants ».

Le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) dénonce cette profanation « inacceptable » et « qui s’ajoute à une trop longue série d’actes qui ont frappé aussi bien, ces dernières semaines, des cimetières juifs, musulmans et chrétiens ». Convaincu « que ce n’est qu’une minorité qui se livre à ces actes insensés, tout comme à d’autres actes antisémites », le CRIF « appelle la société civile à se mobiliser pour que la France de la République et des droits de l’Homme reste fidèle à sa mission de respect des uns et des autres et de tolérance ».

L’Union des étudiants juifs de France se dit « effrayée par la spirale de haine dans laquelle les auteurs de ces actes sont entrainés ». Pour l’UEJF, « nous sommes aujourd’hui en France face à un racisme et un antisémitisme aveugle et confus. Au delà des sanctions indispensables que nous ne cessons de réclamer, il s’agit de prendre les dispositions nécessaires pour enrayer ce fléau qui s’insinue dans les esprits ».

Le Parti socialiste, partageant « la colère et l’indignation » de la communauté juive de Lyon, demande dans un communiqué que soient appliquées « des sanctions exemplaires aux auteurs de ces actes à répétition, inadmissibles ». Pour le PS, « il serait temps que le gouvernement Raffarin se donne enfin les moyens de faire aboutir les différentes enquêtes en cours ».

Le maire de Paris Bertrand Delanoë, ressentant « autant de tristesse que de dégoût », juge que « ces actes barbares insultent notre mémoire collective et bafouent, une fois de plus, les valeurs de la République. Elles souillent en outre l’honneur de tous les combattants tombés pour la France ». Pour lui, « la multiplication de telles ignominies, visant l’ensemble des composantes de notre société, constitue un fait majeur d’une extrême gravité. Chacun est donc en droit d’attendre l’arrestation des coupables dans les meilleurs délais ainsi qu’une sanction exemplaire ».

Après la profanation du cimetière juif de Gerland, les catholiques du diocèse de Lyon sont « de tout coeur avec la communauté de nos frères aînés, les juifs, et avec les familles ainsi agressées », déclare mardi le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon.

« Jusqu’à quand aurons-nous à subir de tels affronts qui blessent si profondément la dignité humaine, nos convictions, notre foi ? », s’interroge Mgr Barbarin dans un communiqué.

Dominique Perben promet des sanctions « d’une très grande sévérité »

« La loi sera appliquée dans sa plus grande sévérité en particulier pour ceux qui s’adonnent à ces actes odieux », a averti mardi le ministre de la Justice Dominique Perben, à l’issue d’une visite du cimetière juif de Gerland en compagnie du grand rabbin de Lyon Richard Wertenschlag et du président du consistoire israélite de Lyon Marcel Dreyfuss.

« Tous les moyens seront mis en oeuvre pour retrouver les coupables. C’est bien parce qu’il y a eu répétition de tels actes que la sévérité doit être exemplaire » a précisé le ministre en rappelant la volonté du chef de l’Etat de combattre l’antisémitisme. « Ce sont les valeurs de la République toute entière qui sont atteintes », a-t-il conclu.


Réagissant aujourd’hui mardi 10 août à la profanation du cimetière juif de Lyon, le grand rabbin de Lyon Richard Wertenschlag s’est demandé : « Comment peut-on imaginer qu’après la Shoah, on puisse encore s’attaquer à des juifs même morts pour la seule raison qu’ils sont juifs, de les insulter par cette croix gammée qui a été pour nous l’expression de la haine aveugle, la haine gratuite ». Reconnaissant qu« ’il y a un phénomène effet boule de neige », il a ajouté : « On se pose la question de savoir si nous devons accorder une grande publicité à tous ces actes sacrilèges, ces profanation, ces actes de racisme, d’antisémitisme, d’intolérance (...) Nous sommes devant ce dilemme : que faire ? la question se pose ».


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette