Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Israël au cœur de nombreux échanges internationaux pendant que l’Autorité (...)

Israël au cœur de nombreux échanges internationaux pendant que l’Autorité palestinienne tente de jouer les troubles fêtes

Hélène Keller-Lind

mardi 19 octobre 2010
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

« Les chiens aboient et la caravane passe » : ce proverbe arabe résume assez bien la situation israélo-palestinienne actuelle

Un saisissant instantané de la période en cours...

Un instantané de la période en cours est assez saisissant. D’une part Israël multiplie les rencontres et échanges internationaux, que ce soit avec les États-Unis, la Grèce, la Hongrie, ou en étant le pays hôte pour un sommet de l’OCDE à Jérusalem sur le tourisme, tout en maintenant la porte ouverte pour de véritables négociations de paix avec les Palestiniens, d’autre part l’Autorité palestinienne, tel un enfant gâté – par les subsides internationales déversées inconditionnellement sur elle – s’arcboute sur refus et exigences, claque la porte des négociations, rejette le fait qu’Israël est bel et bien l’État hébreu, et fait du lobbying intensif à nos frais pour tenter de faire plier des membres de l’OCDE... ..quant à la France, sourde et aveugle, elle multiplie les cadeaux aux Palestiniens

Une coopération forte entre les États-Unis et Israël

Benyamin Netanyahou et son gouvernement continuent à jouer leur rôle, privilégiant les questions réellement importantes. Ainsi le 18 octobre James Steinberg, le Secrétaire d’État adjoint américain, a rencontré à Washington le vice-ministre des Affaires étrangères israélien, Daniel Ayalon à l’occasion du dialogue semi-annuel stratégique israélo-américain. Leur rencontre a fait l’objet d’un communiqué de presse commun dans lequel ils déclarent avoir discuté « d’un ensemble de questions, de leurs perspectives respectives et évalué les implications de leurs politiques sur les deux pays. » Les deux pays sont engagés à : «  travailler ensemble pour renforcer la sécurité et la stabilité régionale. » Ces discussions leur ont permis « d’identifier des manières d’améliorer leur coopération qui est déjà forte...pour le bénéfice de tous dans la région. » Avec un engagement pour « une paix durable entre Israël et les Palestiniens et entre Israël et tous ses voisins. » On note à ce propos que Benyamin Netanyahou déclarait le même jour devant le Likoud qu’une paix véritable n’est pas une paix sur le papier et doit tenir compte de la sécurité d’Israël.

Un vrai problème : l’Iran


Ce même communiqué conjoint précise que « parmi les plus grands défis auxquels nous sommes confrontés au Moyen-Orient il y a l’Iran qui continue à ne pas se conformer à ses obligations internationales concernant son programme nucléaire et à soutenir des entités terroristes. ... » ce qui provoque « une inquiétude sérieuse » pour « les deux pays et la communauté internationale. » Ils estiment qu’il faut maintenir les pressions sur l’Iran et un dialogue pour changer ses calculs stratégiques et l’empêcher de se doter d’armement nucléaire. »

On imagine que le récent show iranien au Liban a dû être évoqué...Les deux responsables ont pris date pour la prochaine rencontre au printemps 2011.

États-Unis Israël : des liens commerciaux exceptionnels

Le même jour à Washington Benyamin Ben-Eliezer, le ministre israélien du Commerce et du Travail, rencontrait son homologue américain, Ron Kirk pour dresser un bilan enthousiaste des 25 ans de l’accord de libre échange entre les deux pays. « Hommes d’affaires, fermiers, ouvriers consommateurs » des deux pays en ont largement bénéficié avec une augmentation notable des échanges commerciaux entre Israël et les États-Unis.

« Entre 1985 et 2009, le commerce entre les États-Unis et Israël a augmenté de 500 %, passant de 4,7 milliards de dollars à 28,3 milliards. Il y a près de 78 millions de dollars d’échanges commerciaux quotidiens. » Et un engagement a été pris pour « mettre en place de nouveaux moyens créatifs pour développer ce commerce. » Portant notamment sur « l’agriculture et les services » Récemment un économiste israélien, dans le cadre d’une réunion de la Chambre de Commerce France-Israël à Paris, soulignait l’importance des services dans une économie israélienne qui se porte bien. Services incluant la haute technologie, -dont l’informatique ou la dé-salinisation - domaine où excelle Israël. Pas de pétrole mais de la matière grise...

Un travail va être réalisé pour faire progresser les choses encore en assurant, par exemple, une conformité entre les deux pays dans des domaines comme les télécommunications ou la réglementation.

L’excellence israélienne ouverte à tous ses citoyens

On peut rappeler que récemment le Premier ministre israélien lançait un plan éducation ambitieux destiné justement à favoriser le développement de l’Éducation en Israël, l’excellence et les conditions favorables pour un retour de scientifiques israéliens qui travaillent actuellement en dehors du pays. Cela comprend des centres d’excellence ouverts à tous, les citoyens arabes israéliens y compris, bien évidemment. http://www.desinfos.com/spip.php?pa... Le Professeur Smadar Cohen dont les très importants travaux en matière de réparation de tissus humains ont été couronnés à plusieurs reprises n’a pas attendu cette incitation mais a quitté le prestigieux MIT de Boston pour travailler dès 1991 à l’Université Ben Gourion du Neguev où elle dirige aujourd’hui un département de biochimie. Elle travaille avec d’autres universités israéliennes et des entreprises israéliennes et américaines.

Il faut signaler, par ailleurs, que

La Grèce : une coopération accrue bénéfique pour la région

En ce même 18 octobre, à Jérusalem, le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman signait un accord avec son homologue grec portant sur les relations entre les deux pays en matière d’aviation. Le dernier accord datant de 1952... cette signature avait été précédée par une longue rencontre entre les deux ministres qui ont souligné que les relations bilatérales se sont renforcées à l’issue de plusieurs rencontres de ce type. Les discussions ont porté également sur la situation dans la région et les négociations avec les Palestiniens. Ils ont estimé que le renforcement de ces relations bilatérales seront profitables pour les deux pays mais aussi pour la région toute entière.

Visites du ministre de la Défense et du Chef d’État-major hongrois : le terrorisme

Autres visites de marque en Israël au cours de la même période : celles du ministre de la Défense et du Chef d’État-major hongrois. Au menu de discussions amicales : entre autres le terrorisme. « Le terrorisme n’est pas un problème que pour Israël,  » a déclaré le Chef d’État-major hongrois, « mais un problème global et un défi pour nous tous. Nous devons être préparés contre cette menace. » La délégation a été reçue par le ministre de la Défense Ehoud Barak et le Chef d’État-major hongrois a rencontré son homologue israélien.

Avant son entrée en fonction le nouveau Chef d’État-major israélien adresse un message de fermeté

Le 17 octobre Général Yoav Galant a fait le point de son action en tant que commandant de la région Sud en quittant son poste et avant de prendre ses fonctions de nouveau Chef d’État-major israélien. Il rappelait que « ce sont les nombreuses roquettes et victimes, dont plusieurs soldats ou civils tués après le désengagement de la Bande de Gaza » qui ont mené à l’Opération Plomb Durci. Qui a résulté en une période de calme relatif de près de deux ans. Pourtant cette Opération n’a pas résolu le problème et n’a pas mis un terme au conflit. Mais elle a prouvé, dit-il, que « lorsque nous combattons nous accomplissons notre mission de la manière qui convient et nous obtenons des résultats qui peuvent changer des situations. »

Il terminait en soulignant que « Tsahal monte la garde et met à profit ce calme relatif pour se préparer pour ce que réserve l’avenir. »

Croissance verte et OCDE à Jérusalem

Les 21 et 22 octobre une table ronde de haut niveau se tiendra à Jérusalem. Co-organisée par l’OCDE – qui a accueilli Israël en son sein en mai 2010 – et le ministère du Tourisme israélien dans le cadre du travail de l’OCDE en matière de croissance verte et a pour thème : « Les approches de l’Industrie et de la Politique pour promouvoir la croissance verte du Tourisme. » La 86ème session du Comité du Tourisme de l’OCDE se tiendra également du 20 au 21. Jérusalem a été choisie après d’autres villes par le passé sur invitation du ministère du Tourisme israélien.

Et que font les Palestiniens ?


Bande de Gaza

On sait que des négociations ont été reprises entre un médiateur allemand représentant Israël et le « gouvernement de facto » de la Bande de Gaza, à savoir le Hamas, pour obtenir la libération du jeune otage franco-israélien Guilad Shalit, kidnappé il y a plus de 4 ans et maintenu au secret depuis Les tumeurs vont bon train...mais Israël refuserait de libérer certains prisonniers palestiniens dont le Hamas exige la libération en échange. Marwan Barghouti ferait partie des prisonniers qu’Israël accepterait de libérer L’incertitude qui a miné sa famille depuis son enlèvement demeure...

Bande de Gaza : fournitures, entrées et sorties

Pendant ce temps, Israël continue à faire entrer des tonnes de matériel dans la Bande de Gaza. Ce qui va bien au-delà de simple fournitures humanitaires ou de première nécessité. A titre d’exemple, 18.232 tonnes entre le 10 et le 14 octobre Des Gazaouis reçoivent des permis de sortie et 284 patients et leurs accompagnateurs ont pu sortir pendant cette même période pour se faire soigner.

A l’évidence il n’y a pas de crise humanitaire dans la Bande de Gaza comme le montrent des vidéos qui y sont filmées

Territoires palestiniens gérés par l’Autorité palestinienne

Khloud Daibes, ministre du Tourisme et des Antiquités palestinien, - sans doute l’une des deux femmes prospères sur la photo choisie par l’agence de presse Maan News – annonce à Bethlehem que les Palestiniens n’enverront pas de délégué à la rencontre de l’OCDE « à Jérusalem Ouest » , se félicite que, selon elle, 6 pays auraient cédé à leur lobbying et n’assisteront pas à cette rencontre et elle appelle d’autre pays à boycotter cette réunion.

Experte en langue de bois ce ministre – dont nous payons en grande partie le salaire et les frais - déclare sans rire que « le tourisme devrait jouer un rôle important pour établir la paix et la compréhension entre les peuples et ne devrait pas être exploité à des fins politiques qui peuvent avoir une influence négative sur les efforts internationaux menés pour établir une paix juste et globale dans la région. »


Elle ajoute qu’il « faut protester contre les mesures répressives d’Israël...y compris la poursuite de ses violations de notre héritage culturel chrétien et musulman, particulièrement dans la ville sainte, leurs tentatives pour falsifier les faits historiques et géographiques, la destruction de l’héritage humain et la promotion de sites situés dans les territoires palestiniens présentés comme faisant partie d’Israël. » La dame a de l’abattage... Mentez, mentez, disait Goebbels...Sauf que cette fois, cela n’a pas marché avec l’OCDE....

La France, hélas...

Pendant ce temps-là la France qui traverse une situation socio-économique grave continue à déverser ses largesses sur les Palestiniens, affirmant qu’elle veut ainsi promouvoir la paix, notamment avec cette zone industrielle franco-palestinienne de Betléem à venir. A cet égard, la représentante française au titre si long mais qui ignore sans doute ce qu’est l’éducation à la haine palestinienne ayant pu déclarer, entre autres que « au lieu de construire des murs et poser des entraves, il faut construire des ponts entre les sociétés »,...Mais ceci est une autre histoire...


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette