Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Le quotidien londonien de langue arabe, Al-Sharq Al-Awsat a publié une (...)

Le quotidien londonien de langue arabe, Al-Sharq Al-Awsat a publié une interview avec Mustafa Yang , directeur délégué de l’Association Islamique de Chine .

MEMRI

mardi 22 juin 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

« Les Musulmans de Chine sont totalement libres d’exercer leur culte »

Question  : « Combien de Musulmans compte la population en Chine ? »

Yang  : " La Chine compte environ 20 millions de musulmans, appartenant à dix ethnies différentes. Les Musulmans sont éparpillés un peu partout en Chine, mais sont pour la plupart regroupés dans le nord-est du pays. Les Musulmans chinois sont Sunnites, et suivent l’école de pensée dite d’Abou Hanifa. Ils observent leurs obligations religieuses en toute liberté, grâce à la politique du gouvernement chinois qui assure la liberté de culte à tous ses citoyens.

Les musulmans chinois sont une minorité qui préserve son identité religieuse et nationale. Ils entretiennent de bonnes relations avec les pays arabes et musulmans et avec les musulmans [du monde entier]. Les hauts responsables de l’Association Islamique de Chine et les responsables du Ministère égyptien du Waqf [affaires religieuses] se sont rencontrés à plusieurs reprises.Le ministre [égyptien] du Waqf, le Docteur Hamdi Zaqazouq a rendu visite à la Chine , il y a deux ans en compagnie d’une délégation de clercs. «  Question  :  » A quelle époque remonte l’apparition de l’Islam en Chine ? «  Yang  :  » Il existe plusieurs courants historiques concernant l’apparition de l’Islam en Chine, mais les historiens n’arrivent pas à en déterminer la date [exacte]. Un de ces courants affirme que Saad ben Abi Waqqas, trois compagnons du Prophète et quarante autres personnes vinrent en Chine à l’invitation d’un Empereur de la dynastie Sui [2] . Ils séjournèrent dans la ville de Canton [Guangzhou] et y construisirent une mosquée … Bien qu’il puisse y avoir des doutes sur cette tradition historique, il est néanmoins certain que l’Islam est arrivé très tôt en Chine.

La première mosquée construite en dehors de la péninsule Arabique fut à Pékin en 620 [de l’ère chrétienne]. À l’entrée de la mosquée figure une plaque sur laquelle est inscrite en arabe que son fondateur est Ben [Abi] Waqqas… L’islam n’est apparu en Chine ni par l’invasion ni la conquête, mais par le biais des bonnes relations qui existaient avec les marchands arabes musulmans arrivant en Chine. Certains d’entre eux s’y installèrent et se marièrent avec des femmes [chinoises].Ainsi, l’Islam a pu se répandre et le nombre de croyants augmenter. «  » Les quatre principales religions présentes en Chine sont : L’islam, le Catholicisme,le Bouddhisme et le Confucianisme "

Question  : « Quelles sont les principales services remplies par votre association pour les musulmans chinois ? »

Yang  : « La chine n’est pas un pays musulman et n’a pas de Ministère du Waqf, de la Da’wa [propagation de l’Islam] ou des Affaires Islamiques comme il en existe dans les pays arabes et les pays musulmans. Par conséquent, l’Association Islamique de Chine est la seule institution de gestion des affaires musulmanes, et elle s’occupe de la Da’wa et de l’organisation de l’activité du culte… [L’association] est un organe gouvernemental du Conseil d’Etat qui est responsable de toutes les religions en Chine. »

Question  : « Quelles sont les religions dominantes en Chine ? Quelle place occupe l’Islam au sein de celles-ci ? »

Yang  : « La Chine comporte quatre principales religions : l’Islam, le Catholicisme, le Bouddhisme et le Confucianisme.Le Bouddhisme est considéré comme la religion majoritaire et l’Islam est la seconde religion la plus répandue. »

« 45 000 mosquées, 50 000 imams et [militants] au service de la Da’wa  »

Question  : « Combien y a-t-il de mosquées en Chine ? Comment les enfants musulmans obtiennent-ils une bonne éducation musulmane ? »

Yang : " Il y a en Chine environ 45,000 mosquées, et environ 50,000 imams et militants au service de la Da’wa.Chaque mosquée comporte un comité administratif chargé de la gestion de ses propres affaires. Ces comités sont formés de plusieurs membres et dirigés par l’Imam de la mosquée. Les fonds destinés à la rénovation des mosquées proviennent de sources différentes. Une part importante de ces fonds provient de l’Etat et [une autre] part provient des dons effectués par les musulmans et des aides extérieures des institutions internationales et d’autres organisations. Concernant l’éducation religieuse, dans de nombreuses provinces chinoises, les jeunes musulmans reçoivent un enseignement et une éducation [islamiques] et sont formés à être actifs au service de la Da’wa.

L’éducation islamique est une préoccupation de premier plan pour les musulmans de Chine. Toute famille fait d’intenses efforts pour apporter à leurs enfants une éducation selon les principes de l’Islam, et pour qu’ils connaissent le Coran par cœur. Trois éléments constituent cette éducation : [Le premier] est la famille, les parents élèvent leurs enfants selon les principes de l’Islam. [Le second]est la mosquée où des cours de théologie et de Coran sont tenus. [Le troisième] est l’éducation officielle fournie par les instituts islamiques.«  »Nous n’avons pas de problèmes particuliers liés au Da’wa , aux mosquées, à l’éducation et aux écoles"

Question  : « Quels sont les principaux problèmes que rencontrent les musulmans en Chine ? »

Yang : « Nous n’avons pas de problèmes particuliers liés au Da’wa, aux mosquées, à l’éducation et aux écoles. Le principal problème qui nous afflige est le retard pris par les musulmans chinois dans le domaine des sciences modernes. En conséquence, nous encourageons nos fils à étudier ces sciences par tous les moyens et méthodes existants. Nous faisons tout notre possible pour que les musulmans se forment à ces nouvelles technologies dans différents métiers, afin que les musulmans en ce nouveau siècle possèdent le savoir et la foi et qu’ils soient cités en exemple par le reste du monde et non dependants des autres. Car, de nos jours, il n’y a pas de place pour les rétrogrades et les faibles… »

« Cette région ne s’appelle pas l’Est Turkestan mais le district de Shing Yang »

Question : « Les médias rapportent que le gouvernement chinois réprime les musulmans de l’Est Turkestan qui manifestent régulièrement leur mécontentement contre cette oppression. Qu’en est-il véritablement ? »

Yang : « Cette région ne s’appelle pas l’Est Turkestan mais le district de Shing Yang. Cette région appartient à la Chine depuis très longtemps. Environ la moitié de ses habitants sont musulmans, et leur condition s’améliore peu à peu. Ils pratiquent leur religion comme tout un chacun. Mais il y a quelques années, on a pu observer dans la région, des actions menées par des groupes extrémistes violents, des actions rejetées par les musulmans eux-mêmes. »

Question : « Mais le gouvernement chinois est accusé de réprimer ces mouvements avec une cruauté excessive et d’avoir tué de nombreux musulmans. Pourquoi le gouvernement ne négocie-t-il pas avec ces mouvements au lieu de [faire couler] le sang ? »

Yang : « Le gouvernement applique la loi de la même manière pour les musulmans et pour les autres. Quiconque enfreint la loi est puni. C’est une règle qui va de soi dans le reste du monde et pas seulement en Chine. »

Question : « Quelles organisations islamiques portent assistance aux musulmans chinois ? »

Yang : « L’assistance aux musulmans de Chine est organisée par l’Organisation de la Conférence Islamique, et la Banque de Développement Islamique a soutenu financièrement l’édification de quatre Instituts Islamiques dans plusieurs provinces de Chine. La Ligue Islamique Mondiale nous a [également] apporté une contribution financière ces dernières années, qui a servi à la rénovation des mosquées les plus anciennes. »


[1] Al-Sharq Al-Awsat (Londres), le 14 Mai 2004.

[2] Sa’ad Ben Abi Waqqas (mort en 674) était un compagnon du prophète Mahomet et l’un des 10 d’entre eux à qui fut promise l’entrée au paradis.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette