Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Une passion funeste : l’antisionisme

Une passion funeste : l’antisionisme

Raphaël Draï sur le site Magistro

mardi 8 juin 2010
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

L’analyse qui suit n’est sûrement pas destinée aux esprits pour lesquels la cause est entendue : l’Etat d’Israël n’aurait pas de raison d’être, sa légitimité est inexistante, il ne fait que se survivre au détriment d’un autre peuple et cela en usant de la force aveugle . Bref , comme l’a déclaré sur RTL le politologue Roland Cayrol à qui l’on demandait de définir à son tour l’Etat d’Israël : « C’est un Etat au dessus des lois et à qui se permet d’agir comme on ne le supporterait pour aucun autre Etat » .

Une passion funeste : l’antisionisme

Raphaël Draï
Sur le fondement d’une telle définition dont le caractère nuancé et non partisan n’échappera à personne , un fort coup de sonde est donné dans le vieux fonds mythologique de l’Europe dite cultivée et enseignante puisque l’on est aussitôt conduit à se demander ce qui autorise l’Etat d’Israël à se comporter de la sorte , sinon parce qu’il s’appuie sur des Pouvoirs inter- galactiques dont nul ne saurait identifier la source exacte . Autrement l’on aurait de la peine à expliquer comment un Etat d’un peu plus de sept millions d’habitants , dont un million et demi de citoyens arabo- musulmans, puisse en somme dicter sa loi à toute la planète .

La présente analyse est surtout destinée à ceux et celles qui s’interrogent plus sérieusement pour tenter de comprendre les décisions de cet Etat ou ses réactions qui paraissent souvent disproportionnées , comme on l’a répété à l’envi lors de l’opération « Plomb durci » menée contre le Hamas à Gaza en décembre 2008 et ces jours derniers à la suite de l’intervention conduite contre une flottille qualifiée d’humanitaire dont l’un des bateaux qui la constituaient : le « Marmara » , turc comme son nom l’indique , a été le théâtre d’une extrême violence , soldée par une dizaine de morts . Dès que la nouvelle de cet arraisonnement meurtrier s’est diffusée , et avant même que les faits et les circonstances en fussent réellement connus , une véritable déferlante de condamnations a parcouru le monde médiatique et politique . Le schéma activé était on ne peut plus binaire : d’un côté la flottille de la paix , de l’autre la soldatesque israélienne n’hésitant pas à faire feu de toutes ses armes contre les militants pacifistes décidés à forcer l’inhumain blocus de Gaza . Je me trouvais en Israël lorsque ces faits se sont produits et il m’a été donné d’en suivre à la télévision et sur les radions l’onde de choc en France, à quelques 3000 kilomètres de distance . Ce qui frappait aussitôt était le caractère assurément impulsif , je n’ose dire jaculatoire , de ces condamnations . Pour nombre de commentateurs matinaux ou vespéraux , décrétant le vrai à des milliers de kilomètres du théâtre des opérations, cette fois la ligne rouge avait été franchie .Rien ne pouvait justifier le comportement de soldats opérant en eaux internationales contre des civils venus soutenir la population exsangue et assiégée de Gaza , « Gaza la martyre » comme n’hésitera pas à la qualifier en pleine Assemblée nationale un Hervé de Charrette faisant montre à cette occasion d’une agressivité – heureusement verbale- peu commune . Mais l’on reviendra sur cette séance ubuesque de questions au gouvernement retransmise par FR3 . Le gouvernement n’a pas tardé non plus à faire part de sa réprobation radicale alors que le Ministre des Affaires étrangères se trouvait à Nice pour le sommet France – Afrique et qu’il n’avait pas eu le temps minimal de visionner les images provenant cette fois de l’armée israélienne . Car cet arraisonnement, sans conteste meurtrier, avait été filmé par d’autres caméras et il était alors possible de se livrer à la comparaison des deux sources d’images : celles provenant des militants islamistes turcs - mais aussi français et d’autres nationalités - embarqués sur le « Marmara » , et celles de l’armée israélienne . Il faudra attendre l’émission « Mots croisés » d’Yves Calvi pour que les images en provenances d’Israël fussent diffusées et commentées . En attendant que l’a t-on pas entendu ! Deux interventions ont été réellement dignes d’un prochain bêtisier : celles de Dominique de Villepin puis celle de Roland Dumas.L’un comme l’autre se sont livrés à une attaque en règle de l’Etat d’Israël et de son gouvernement , Roland Dumas allant jusqu’à évoquer Hitler , la guerre d’Espagne et les brigades internationales, nous faisant grâce de la Guerre des étoiles . Quant à Dominique de Villepin sa thèse est notoire : l’Etat d’Israël n’est pas viable et il compense par sa violence intrinsèque son absence de légitimité réelle . Par là même il travaille à sa propre destruction .Le reste suit . Face à de pareilles outrances , l’on en arrivait à se faire deux réflexions . Quel préjudice irréparable , quelle offense à leur propre personne cet Etat a –il bien pu être la cause pour que ces anciens éminents responsables politiques perdent à ce point le sens commun ? Car ,compte tenu de leurs propres déboires juridictionnels , s’il est deux hommes qui devraient être prémunis contre les instructions à charge et les réquisitoires impitoyables ce sont bien ces deux là . Mais ce serait précisément ne pas tenir compte du caractère passionnel de l’antisionisme , autrement dit de cette idéologie qui dénie les mobiles historiques et humains dans lesquels l’Etat d’Israël trouve justement sa raison d’être ,et cela souvent avec le concours d’intellectuels juifs comme Noâm Chomsky et d’universitaires israéliens comme Shlomo Sand ou Elie Barnavi , ce dernier , ancien ambassadeur de l’Etat d’Israël en France , le plus inconsistant qui s’y soient succédés et où il n’a guère laissé un souvenir impérissable , menant de Bruxelles où il est émigré une véritable guerre personnelle contre le gouvernement Netanyahou .

Lors des question au gouvernement le mercredi suivant , ce fut encore pire , si cela se pouvait .Ce jour là ,l’hémicycle s’est vite transformé en chaudron, la charge étant menée par les députés communistes avec une hargne et une violence qui faisaient douter que l’on se trouvât dans une enceinte parlementaire . Réduits à ne représenter pas même 1/ 00 du corps électoral , les survivants du PCF trouvaient ainsi le moyen de se prouver à eux mêmes leur existence , avec cette véhémence exterminatrice qui caractérisait leur parti au temps où Staline vivant dictait sa conduite . Mais là n’est pas le principal sujet d’étonnement , pour ne pas dire de stupéfaction . Celui ci se trouve dans l’absence, en ces moments d’ivresse justicière de toute réponse à cette attaque pour le coup disproportionnée contre un Etat que nul , bien sûr , ne représentait en ce lieu où la Loi se fabrique pour y expliquer son point de vue et ses raisons spécifiques . Dans l’idée que l’on peut se forger d’une démocratie réelle , comment est –il possible que sur quelque cinq cents députés il ne s’en soit pas alors trouvé un seul pour faire valoir les droits d’une information bilatérale et contradictoire ? Etait-ce un remake de l’Affaire Dreyfus ? L’Assemblée Nationale s’était –elle transformée en nouveau Conseil de guerre ? A leur banc les ministres étaient mutiques , réduits à échanger des regards parfois narquois et des billets confidentiels , le Premier d’entre eux , déjugeant son discours au CRIF il y a quelques mois , s’associant à une charge aussi aveugle . On se serait cru au Parlement turc . Imaginons la même scène à fronts renversés dans tout autre parlement du monde où la tête de la France eût été inclinée sur le billot : il y aurait du rappel d’ambassadeur dans l’air . A part cela , c’est l’Etat d’Israël , omnipotent et ubiquitaire , qui dicterait sa loi au monde . Ce qui n’empêche pas les tenants de cette fantasmagorie tout droit tirée des Protocoles des Sages de Sion remis au goût du jour d’affirmer du même mouvement que cet Etat « n’a jamais été autant isolé sur la scène internationale » . Isolement relatif , quoi qu’il en soit , lorsque l’on fait partie d’un peuple qui a connu les solitudes physiques et morales des combattants du ghetto de Varsovie .

Cependant et peu à peu l’information , surtout diffusée sur le Net et par des télévisons honorant enfin leur cahiers des charges , cette information s’est « symétrisée » . Les images de « l’accueil » réservé aux soldats israéliens par les militants « pacifistes » , armés de couteaux et de barre de fer , n’hésitant pas à se livrer au lynchage des ceux dont ils avaient réussi à se saisir , ont été également diffusées dans le monde entier . En réalité le « Marmara » avait été affrété non pas une ONG humanitaire « baba cool » mais par l’IHH , une organisation islamiste à façade humanitaire . Les militants qu’elle avait pu infiltrer dans des conditions encore obscures parmi les passagers de ce navire arborant le drapeau national turc étaient décidés à en découdre pour tenter de forcer le blocus mis en œuvre par la marine israélienne non pas en violation du droit international mais en application de celui- ci . Il faut être d’un parti pris obtus pour ne pas savoir qu’une intense contrebande d’armes sévit toujours entre l’Iran , la Syrie , d’autres pays encore , et le territoire de Gaza sous domination du Hamas acharné à la destruction de l’Etat « juif » .La mise en place de ce blocus a été l’une des conditions acceptées par les parties en cause , dont l’Egypte ,à l’incitation de la France , pour que l’opération « Plomb durci » prenne fin .Vouloir le forcer c’est accepter que cette contrebande s’aggrave, qu’à nouveau les populations civiles d’Israël soient bombardées et condamnées à se réfugier des jours et des semaines durant dans des abris . C’est en ce sens que l’antisionisme est bien une passion funeste si la passion obnubile l’exercice minimal de la raison . Aussi bien dans nombre de médias qu’à l’Assemblée nationale il allait de soi qu’au moins les deux points de vue fussent exposés , les deux versions entendues et comparées , afin d’éviter de donner cette image désastreuse de la France : un Etat en belligérance épidermique contre un autre Etat , créé en 1948 , dont par ailleurs elle tente de se concilier sa population francophone , désormais bien plus nombreuse et bien plus efficiente que celle des autres Etats de la région et qui regarde assidûment les chaînes de la télévision hexagonale . S’il est clair que les unités de la marine israélienne sont tombées dans une véritable embuscade sans doute parfaitement menée en termes de guerre d’images , les dégâts collatéraux de sa condamnation grégaire doivent aussi être évalués tant pour la France que pour l’Europe . Trois sérieuses inquiétudes se font jour à ce propos .

La première concerne la politique de la Turquie menée par le trio Gul , Erdogan et Davitoglu ,. La Turquie est en principe membre de l’OTAN et alliée d’Israël . Depuis dix ans, elle dérive vers une autre configuration dans laquelle l’islamisme de ses dirigeants devient de plus en plus affiché . Ceux ci se trouvent désormais en état d’harcèlement diplomatique et médiatique constant vis à vis de l’Etat d’Israël . C’est bien de Turquie que l’opération a été menée et il est difficile de croire que les autorités de ce pays n’en ont pas été informées . Sans plus de commentaires à ce sujet , l’on se demandera simplement ce qu’il adviendrait de l’Union européenne si cette Turquie là qui veut redevenir en même temps une puissance islamique dominante , tactiquement acoquinée à l’Iran , en devenait membre. Mais l’on peut aussi se demander réversiblement et plus largement si la nouvelle stratégie turque n’est pas motivée par les rebuffades qu’entraîne sans cesse sa candidature à l’Union Européenne et dont Israël d’une certaine manière fait maintenant les frais - Israël qui , soit dit au passage, a voté pour la candidature française à l’organisation de l’Euro de foot- ball en 2016 et dont le vote a sans doute déterminé la décision finale en ce sens .

L’autre préoccupation concerne le dévoiement de la notion d’action humanitaire . Quelques jours après l’arraisonnement du « Marmara » , la marine israélienne, obéissant aux mêmes considérations, a arraisonné un autre navire , affrété en Irlande , le « Rachel -Corrie » , qui cette fois a répondu à ses sommations avant d’être conduit dans le port d’Ashdod pour vérification de sa cargaison qui rejoindra Gaza par voie terrestre . Il s’agit de savoir si l’affrètement de telles embarcations n’a pour but que des misions humanitaires ou s’il se propose de forcer, de manière délibérée , les mesures mise en place par cet Etat pour assurer la sécurité de sa population comme il en a la charge et le devoir . Dans ce cas , ces flottilles participeraient elles aussi à de véritables opérations de belligérance engageant la responsabilité des organisations qui les commanditent et des Etats qui les autorisent ou qui les couvrent . Toutefois , si le but est de faire à Israël une guerre multinationale , sous pavillon humanitaire frauduleux , il appartiendra d’une part aux ONG soucieuses de préserver ce label d’en faire respecter la signification initiale et d’autre part au gouvernement israélien de prendre les mesures qui préserveront sa souveraineté . Contrairement aux affirmations précitées , l’Etat d’Israël est un état de droit . Prétendre le soumettre d’une manière ou d’une autre à telle ou telle commission d’enquête dite internationale et tirant de ce caractère formel la présomption abusive de son objectivité , comme l’a montré le calamiteux rapport Goldstone , serait violer cette souveraineté et créer au demeurant de dangereux précédents pour d’autres Etats qui seraient moins en mesure qu’il ne l’est de faire respecter la leur .

La dernière préoccupation concerne la progression de l’islamisme en France et en Europe , un islamisme pour lequel la cause palestinienne n’est qu’une voiture- bélier destinée non pas à forcer le blocus israélien seulement mais à enfoncer les portants de la démocratie française en élargissant les aires de son influence confessionnelle , sociale et politique , et en y balisant méthodiquement sa propre « territorialité » .Dans ce projet l’islamisme fanatisé trouve des alliés actifs et politiquement irresponsables dans l’extrême gauche dont l’antisionisme lui tient lieu de nouvelle cause suprême , et des alliés passifs dans la gauche classique , actuellement en déshérence intellectuelle , qui s’efforce à la neutralité électoraliste .On aura compris que ces coalitions là sont mues par une véritable logique du pire . En ce sens , plutôt que de participer plus longtemps à un hallali diplomatico – médiatique aussi insensé , les Pouvoirs publics en France devraient faire preuve d’une plus grande lucidité sur ses finalités effectives , afin de ne pas se préparer des réveils qui les verront encore plus désemparés qu’ils ne le laissent paraître aujourd’hui .


Cf son analyse dans la revue « Controverses » , 2010.

titre documents joints


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette