Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Un adolescent juif de de 17 ans a subi une tentative d’assassinat à coups de (...)

Un adolescent juif de de 17 ans a subi une tentative d’assassinat à coups de couteau non loin de sa Yechiva à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis)

dimanche 6 juin 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

L’état du jeune garçon, qui a été hospitalisé, était jugé sérieux, selon les premiers éléments de l’enquête, sans que ses jours soient en danger. Il aurait eu une perforation de poumon.

Les faits se sont produits peu avant 16H00 à 200 m de la Yechiva.

En sortant de ses cours, l’adolescent de 17 ans, qui portait une kippa, a été poignardé au niveau du thorax par un jeune d’origine maghrébine, selon la police

Le service départemental de police judiciaire a été chargé de l’enquête.


« Le jeune juif s’est fait agresser par un jeune maghrébin qui a crié »Allah Akhbar (Dieu est grand)«  », a affirmé à l’AFP Sammy Ghozlan, président du conseil des communautés juives de Seine-Saint-Denis.


Le Conseil français du culte musulman (CFCM) exprime sa « consternation » à l’annonce de "la très grave agression, de l’attentat criminel.

Dans un communiqué, le président du CFCM, Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Paris, « condamne au nom de la communauté musulmane de France cet acte qui inspire horreur, révolte et dégoût » et « exprime sa solidarité à la communauté israélite et tout particulièrement à la victime ».

« L’invocation du nom d’Allah, fait par l’auteur de cet attentat est une forfaiture et un alibi non recevable », écrit encore le président du CFCM qui « appelle les membres des communautés religieuses à exprimer des gestes de paix et de fraternité ».


Le ministre de l’Intérieur Dominique de Villepin, s’est immédiatement rendu sur les lieux de l’agression. Interrogé par l’AFP, il a condamné fermement « cette agression odieuse » et a exprimé « sa plus vive émotion ».

Le ministère de l’Intérieur mettra « tous les moyens nécessaires pour retrouver le ou les agresseurs », a encore indiqué M. de Villepin.

C’est un « acte odieux et lâche », a estimé le ministre de l’Intérieur Dominique de Villepin qui s’est rendu sur place vendredi soir.

« Il est important de faire un travail de pédagogie et de mobilisation », a déclaré M. de Villepin, même si « la mobilisation et l’effort que nous faisons en matière de sécurité est énorme ».

Il a dénoncé « des chaînes de télévision câblées qui diffusent de plus en plus en France et qui véhiculent des messages qui ne sont pas de paix. »

Pour lui, la lutte « contre tout racisme et contre l’antisémitisme est un combat que nous devons tous mener, et il faut tout faire pour que tout acte (de cette nature) soit puni comme il se doit, c’est l’exemplarité de la République qui le veut. »

« La mobilisation est forte », a-t-il réaffirmé, avant d’indiquer qu’il allait « prendre contact avec les responsables nationaux de la communauté juive de France pour voir avec eux comment on peut encore faire plus. »


Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) a dénoncé vendredi dans un communiqué la « tentative d’assassinat contre un enfant juif » à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis).

Le CRIF, qui « demande aux autorités de »retrouver au plus vite« l’agresseur et de »le sanctionner de façon exemplaire« , rappelle que »cette escalade de la violence anti-juive intervient alors que de récentes décisions de justice ont pu donner le sentiment qu’on pouvait s’attaquer aux Juifs en toute impunité".

« Il est temps que la justice considère que l’antisémitisme n’est pas une opinion mais un délit extrêmement grave », déclare le CRIF dans le communiqué.


Le tribunal administratif de Paris a annulé le 24 mai l’exclusion de deux élèves du lycée Montaigne à Paris, dont l’une avait été prononcée pour « antisémitisme ».


Le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a dénoncé vendredi l’agression comme « un acte barbare qui touche toute notre communauté nationale ».

M. Raffarin précise qu’il se rendra au chevet de la victime « dès que son état de santé le permettra ».

« Ce geste criminel suscite la réprobation et l’effroi, et le Premier ministre partage la légitime indignation des juifs de France contre cet acte barbare qui touche toute notre communauté nationale », déclare M. Raffarin dans un communiqué.

M. Raffarin a également appelé au téléphone le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Roger Cukierman, pour « lui faire part de sa détermination à poursuivre la lutte contre l’antisémitisme », a fait savoir le service de presse de Matignon.

Dans son communiqué, le chef du gouvernement souligne que « les pouvoirs publics mettent en œuvre une politique résolue de lutte » contre les actes antisémites. « C’est toute la société française qui se doit de réagir », dit-il, en soulignant que de tels actes menacent « le fondement même de notre pacte social ».


Le porte-parole du PS Julien Dray a condamné vendredi « avec la plus grande fermeté » l’agression commise contre l’adolescent juif de 17 ans.

Dans un communiqué, M. Dray a affirmé que le PS « s’associe à la douleur de la famille du jeune homme », qui a été hospitalisé dans un état jugé sérieux, et « demande au gouvernement de prendre conscience de l’extrême gravité de la situation compte tenu de l’ensemble des agressions dont la communauté juive a été victime dernièrement ».

Le Parti socialiste, a conclu Julien Dray, « attend, au-delà des mots, des engagements fermes de la part du gouvernement pour combattre l’antisémitisme ».


La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) a lancé vendredi une mise en garde contre « le sentiment d’impunité » qui semble prévaloir face aux actes antisémites, après l’agression vendredi en Seine-Saint-Denis d’un adolescent de confession juive.

« Depuis longtemps déjà la Licra met en garde contre le sentiment d’impunité qui semble prévaloir lorsqu’il s’agit de dérapages, d’actes de vandalisme ou d’agressions antisémites », a expliqué son secrétaire général dans un communiqué.

Évoquant « l’indifférence générale du pays » en dépit de l’engagement « sincère » des politiques, Richard Séréro a déploré que « peu de coupables soient arrêtés ».

« La Licra en appelle aux plus hautes autorités du pays afin que ce climat antisémite lourd de menaces [...] soit stoppé net dans sa progression », a-t-il poursuivi.


L’Union des Etudiants Juifs de France (UEJF) a dénoncé dans un communiqué l’agression vendredi d’un adolescent juif à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), exprimant son « effroi » face à cette « dérive prévisible ».

« Cette dérive était malheureusement prévisible : la libération de la parole antisémite finit toujours par entraîner une libération des actes », déclare l’organisation étudiante juive.

« Une ligne jaune a été franchie : la société française doit réagir », ajoute l’UEJF dans un communiqué. « Ceux qui ne le feront pas se rendront coupables de « non-assistance à communauté en danger » ».


Le syndicat lycéen FIDL s’est déclaré « horrifié » par l’agression de l’adolescent juif ).

« Cet acte est intolérable. L’ensemble des lycéens condamne fermement cet acte et ne peut que se sentir concerné », a indiqué l’organisation dans un communiqué, estimant qu’un « travail important est encore à faire » pour lutter contre l’antisémitisme.

Le syndicat lycéen participera au rassemblement organisé à Epinay samedi à 11H00 et a appelé "l’ensemble des lycéens à se mobiliser pour marquer son indignation


Le mouvement de la jeunesse juive Hachomer Hatzaïr « se sent désespéré » après « l’agression criminelle et insupportable » du jeune juif

« L’antisémitisme qui anime l’auteur de ce poignardage odieux doit être sévèrement combattu », a écrit le mouvement dans un communiqué.

« Un gigantesque travail d’éducation doit être mené par les autorités publiques et par les familles de ces agresseurs irresponsables et dangereux », a estimé le mouvement.

« L’antisémitisme galopant que connaît la France est une honte », a-t-il ajouté.


SOS Racisme a dénoncé la « tentative d’homicide à caractère raciste » dont a été l’objet l’adolescent juif, exprimant dans un communiqué « son indignation et son inquiétude ».

« Les limites de l’intolérable sont en train d’être franchies », a regretté l’organisation anti-racisme.

« La France, et c’était sa fierté, avait su efficacement lutter, année après année, contre les crimes racistes qui la déshonoraient il y a vingt ans », rappelle-t-elle. « Il serait inadmissible que par manque de mobilisation des citoyens et par manque de réaction des pouvoirs publics, de tels faits puissent à nouveau se développer », ajoute-t-elle.

SOS Racisme a appelé, tout comme la Licra, à un rassemblement de solidarité samedi à 11h00 devant le 7, impasse Berthier à Epinay, où le jeune a été poignardé.


Le président Jacques Chirac a « condamné avec la plus grande fermeté » vendredi l’agression contre l’adolescent juif et « exprime sa vive émotion à la famille » et l’assure « de la détermination des pouvoirs publics à voir l’auteur de cet acte criminel, arrêté, jugé et condamné », a indiqué l’Elysée dans un communiqué.

« Le président de la République adresse également un message de solidarité à l’ensemble de la communauté juive de France, touchée une nouvelle fois par une agression à caractère antisémite, indigne de toutes les valeurs de la France ».

« Il rappelle que la tolérance est le ciment de notre communauté nationale. Chacun doit s’attacher à défendre et préserver cette valeur fondamentale de la nation », a ajouté le communiqué de l’Elysée.


La secrétaire d’Etat aux Droits des victimes Nicole Guedj a déclaré vendredi que la « haine et (l’)ignorance sont encore à l’origine de cette manifestation de violence antisémite », quelques heures après l’agression de l’dolescent juif .

« Il faut réveiller les consciences et marquer les esprits », a fait savoir la ministre dans un communiqué. « J’appelle chacun à revenir sur le chemin de la paix et à se souvenir des valeurs de la République », a-t-elle ajouté.


Le ministre de la Justice Dominique Perben a fait part dans un communiqué de sa « vive émotion » après l’agression de l’adolescent juif

Assurant la communauté juive de sa « détermination à lutter plus que jamais contre toutes les manifestations de racisme et d’antisémitisme », la Garde des Sceaux a tenu à rappeler qu’il a « mis en oeuvre une politique pénale volontariste en la matière ».


Le Mouvement Juif Libéral de France tient à faire part de son émotion et de son soutien à la communauté juive d’Epinay-sur-Seine après l’agression dont a été victime le jeune élève d’une école juive cet après-midi.

Cette agression au couteau, simplement parce que la victime est juive, rappelle de bien mauvais souvenir au MJLF, à ses dirigeants, ses rabbins et ses membres.

Se réjouissant de l’efficacité de l’enquête menée à Boulogne-Billancourt, le Mouvement Juif Libéral de France ne peut que souhaiter que tous les auteurs d’actes d’une telle violence soient activement recherchés, confondus et punis.


Les Fils et Filles des Déportés Juifs de France
Militants de la Mémoire

F.F.D.J.F.
Président : Me Serge Klarsfeld
C O M M U N I Q U E

Pour commémorer le 60ème anniversaire de la déportation des Juifs de France,
notre association présente depuis mars 2002 dans les plus grandes gares de
France une importante exposition consacrée aux 11 000 enfants juifs
déportés de France et assassinés à Auschwitz.

C’est dire si la tentative de meurtre perpétrée contre un jeune d’Epinay
poignardé parce qu’il est juif nous choque, nous indigne et nous interpelle.
Nous demandons aux pouvoirs publics de faire juger les auteurs d’agressions
anti-juives dans les délais les plus brefs et d’éviter qu’ils ne soient
systématiquement rangés dans la catégorie des « déséquilibrés ».
Nous regrettons l’indulgence récente des tribunaux à l’égard de plusieurs
prises de position anti-juives retentissantes ; indulgence qui encourage
probablement les auteurs de pareilles agressions.

Serge Klarsfeld.


Un adolescent juif poignardé en pleine rue à Epinay-sur-Seine

LE MONDE | 05.06.04 | 12h43  {{o}}  MIS A JOUR LE 05.06.04 | 14h20<br />

Un jeune de 17 ans a été hospitalisé dans un état sérieux après avoir reçu, vendredi 4 juin, un coup de couteau d’un homme d’origine maghrébine qui aurait crié « Allah Akbar », près d’une école talmudique de Seine-Saint-Denis. Un tournant inquiétant selon la communauté juive.

Un adolescent juif de 17 ans, Israël, a été frappé en pleine rue d’un coup de couteau, vendredi 4 juin à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), peu après 16 heures. Ce coup lui aurait été porté par un homme d’origine maghrébine, dans l’impasse Berthier, à proximité de l’institut talmudique Mekor Israël -la source, la racine d’Israël en hébreu-, dont le jeune homme est pensionnaire. L’élève sortait de l’école et se dirigeait vers une épicerie à proximité. Comme ses camarades, il se préparait pour le shabbat. « Quelqu’un est venu vers lui et il n’a pas fait attention,a expliqué le rabbin Isaac Lévy, directeur adjoint de l’école religieuse. L’homme s’est approché de face, et il lui a planté un couteau dans le côté droit de la poitrine. Quand je suis arrivé un quart d’heure plus tard, le SAMU, les pompiers et la police s’occupaient déjà de lui. Il était sous perfusion et portait un masque à oxygène. Je lui ai dit quelques mots de réconfort. Il était gris, et encore sous le choc. » Dominique de Villepin, le ministre de l’intérieur, s’est aussitôt rendu sur place, le jeune homme a été amené à l’hôpital Beaujon de Clichy où il a été opéré. La blessure, profonde, lui aurait perforé le poumon droit. Il se trouve dans un état sérieux, mais ses jours ne seraient pas en danger.

Israël I. est originaire d’Aix-les-Bains (Savoie). Il est arrivé en septembre 2003 à l’institut talmudique, pour y suivre une scolarité de trois ans, avec une quarantaine d’autres élèves. Ce centre, ouvert depuis 1978 et dirigé par le rabbin Heymann, accueille également des adultes qui viennent étudier une demi-journée par semaine ou le soir. « Israël est un garçon gentil, très sympathique, qui ne provoque personne, comme tous les enfants ici, a souligné le directeur adjoint. Il semble que son agresseur ait dit »Allah Akbar«  après lui avoir porté un coup de couteau. C’est en tout cas ce qu’il a dit à ses camarades quand il est allé à leur rencontre, le couteau encore planté dans la poitrine. »

Selon ces témoignages recueillis par le directeur adjoint, l’agresseur d’Israël, une fois le coup de couteau donné, se serait ensuite dirigé vers deux juifs installés dans une voiture à qui il aurait donné des coups de tournevis. Saisis de l’enquête, les policiers du Service départemental de police judiciaire (SDPJ) de Seine-Saint-Denis se sont heurtés au problème du shabbat, qui empêche les témoins éventuels de pouvoir témoigner. Ils ont tout de même pu obtenir un signalement de l’agresseur. Il s’agirait d’un homme d’une trentaine d’années, de type nord-africain, et un portrait-robot serait en cours de réalisation. « C’est un acte criminel, très inquiétant, soupire M. Lévy. Mais qu’est-ce qu’on peut faire ? On ne peut pas mettre un policier derrière chaque juif. On ne va pas partir non plus. On va continuer à vivre de manière normale, à être joyeux, à prier pour la guérison de cet enfant. » A ses côtés, Sami Gozlan, président du bureau national de vigilance contre l’antisémitisme, ne décolère pas contre « ces fous que l’on excite par des discours qui incitent à la haine, propalestiniens et anti-israéliens ».

Ces discours, accuse M. Gozlan, seraient notamment véhiculés par une liste aux élections européennes conduite par l’humoriste Dieudonné, dont les propos obtiendraient selon lui un certain crédit dans les communes environnantes de Stains, Pierrefitte ou Saint-Denis. « Ce matin encore, j’ai reçu des appels de gens effrayés par cette liste, poursuit M. Gozlan. On peut craindre encore ce type d’accident, malgré toutes les mesures prises par l’Etat et notre communauté. Nos écoles sont devenues des forteresses. »

Dans la communauté juive de Seine-Saint-Denis, la lassitude domine. « Les gens sont excédés, déplore M. Gozlan. Ça ne se dit pas, mais certains ont peur. Ça arrive un jour à Marseille, un jour à Lille, un jour à Boulogne, où le fils du rabbin a été tabassé. Qu’est-ce qu’on va dire à ce jeune homme ? »

« J’AI PEUR, TOUT SIMPLEMENT »

Juste avant l’office de vendredi soir, Eliahou, 14 ans, déclarait : « J’ai peur, tout simplement, et j’ai l’impression qu’on ne peut rien faire pour se défendre. » Un groupe de jeunes, souhaitant rester anonymes, faisait part de sa colère : « On en a ras-le-bol. Tous les jours, c’est des insultes, des crachats, des »sale juif« . Ca devient quotidien. » Des croix gammées avaient été gravées il y a quelques mois sur un portail, tout près de l’impasse Berthier.

Dans un communiqué, le président du Conseil français du culte musulman, Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Paris, a condamné « au nom de la communauté musulmane de France cet acte qui inspire horreur, révolte et dégoût ». « L’invocation du nom d’Allah faite par l’auteur de cet attentat est une forfaiture et un alibi non recevable », a indiqué M. Boubakeur. Jacques Chirac a condamné l’agression « avec la plus grande fermeté ». « Ce geste criminel suscite la réprobation et l’effroi », a déclaré pour sa part Jean-Pierre Raffarin. Le garde des sceaux, Dominique Perben, a recommandé au procureur de la République de Bobigny « la plus grande rigueur dans la conduite de l’enquête et dans l’engagement des poursuites ». Le gouvernement se défend depuis plusieurs mois de tout laxisme contre les auteurs d’actes antisémites, affirmant que les forces de l’ordre font preuve d’une extrême vigilance.

Jeudi 3 juin, Dominique de Villepin avait précisé que, depuis le début de l’année, 79 personnes avaient été « interpellées pour des faits à caractère antisémite ». Les actes antisémites ont progressé en France au premier trimestre 2004. Selon les chiffres du ministère de l’intérieur, 67 actes de violence contre des personnes ou des biens et 160 menaces ont été recensés entre janvier et fin mars. SOS-Racisme et la Licra ont appelé à un rassemblement samedi, à Epinay.

Gérard Davet, Anne-Cécile Juillet et Alexandre Garcia
o
ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 06.06.04


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette