Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Barak Obama et Jérusalem

Barak Obama et Jérusalem

Par Albert Soued, htpp ://soued.chez.com pour www.nuitdorient.com-

mercredi 31 mars 2010
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Je me souviens qu’aussitôt installé à la Maison Blanche, le président Barack Obama s’est payé un chien. Or il n’avait nullement l’habitude d’en avoir, mais cela faisait bien, devant les médias, d’être accompagné par son chien, sur la pelouse, entre son bureau et l’hélicoptère qui le véhiculait. Et je me demandais à l’époque pourquoi il avait appelé ce chien « Bo ». Peut-être me disais-je, un raccourci en hébreu pour dire à son chien « Viens ! », soufflé par ses nombreux conseillers juifs. J’ai appris depuis qu’Obama n’écoutait pas ces conseillers-là et que BO, c’était les initiales de son nom.-

Manifestement Barack Obama cherche à donner la meilleure image de lui-même, étant donné ses antécédents (1). Mais alors pourquoi ce bruyant esclandre avant Pâque, à propos de Jérusalem ? Pourquoi provoquer un « allié », à propos de sa capitale ? D’autant plus que le candidat Obama avait annoncé le 3 juin 2008, devant l’auditoire de l’AIPAC, lobby américain pro-juif : « Jérusalem restera la capitale d’Israël et elle doit rester unie et non divisée », ajoutant un commentaire sur l’attaque d’une installation nucléaire syrienne par Israël « cette attaque de septembre 2007 est entièrement justifiée, car elle a mis un terme à une menace ». Rappelons ici qu’une fois élu, il s’est empressé de nommer un ambassadeur à Damas, alors qu’il n’y avait aucune urgence, puisque l’affaire Hariri n’est pas encore résolue. (2) Et la menace iranienne beaucoup plus sérieuse ? Une attaque ne serait-elle pas justifiée, Mr Obama ?

Revenons à Jérusalem. En Octobre 1995, le Congrès Américain a adopté une loi visant à déplacer l’Ambassade américaine de Tel Aviv vers la capitale unifiée d’Israël, Jérusalem. Cette loi a été adoptée par la Chambre des Représentants par 374 voix contre 37, et par le Sénat, par 93 voix contre 5. L’article 1 de ce texte spécifie que « Selon la loi internationale et la coutume, chaque nation souveraine peut choisir sa propre capitale ». Les articles 5 à 7 précisent que Jérusalem est une ville unifiée depuis 1967, administrée par Israël, où les droits de toutes les religions sont respectés. Dans les articles 9 et 10, on cite une résolution du Congrès précisant que Jérusalem doit rester unie et non divisée. Cette loi permet au président en place de surseoir au transfert de l’ambassade, pour des raisons de sécurité nationale, ce qu’ont fait tous les présidents qui se sont succédés depuis cette date (3).

Aujourd’hui, l’administration Obama ne veut pas entendre parler d’une Jérusalem unie malgré cette loi du Congrès. Elle cherche à revenir à la situation de juin 1967, d’avant la Guerre des six jours. En novembre 2009, le sénateur Sam Brownback et 6 autres sénateurs ont présenté un texte au Congrès, demandant que le Président exécute la loi concernant le transfert de l’ambassade américaine avant fin 2012, sans invoquer des problèmes de sécurité nationale (4).
Suite au récent esclandre provoqué par l’Administration Obama à propos d’une construction à Jérusalem (5) le même sénateur s’est exclamé : « Il est difficile de concevoir que notre exécutif passe son weekend à condamner un allié à propos d’une construction dans sa propre capitale et que cela serve la cause de la paix », ajoutant
« Au lieu de lancer des attaques verbales contre notre meilleur allié au Moyen Orient, notre administration serait mieux avisée de déployer son énergie à planifier le transfert de notre ambassade à Jérusalem et à neutraliser la menace nucléaire iranienne »

On peut raisonnablement se demander pour qui roule Obama ?

Jérusalem est à l’intersection et au centre de 3 continents, au cœur du monde antique et des 3 monothéismes. L’Islam a sa capitale à la Mecque, le Christianisme à Rome, le Judaïsme retrouve son ancienne capitale, Jérusalem, après 2000 ans. Quoi de plus juste ? (6)
Tout effort des pays arabes, de l’Europe et d’Obama pour contrecarrer une réalité du terrain — qu’Israël a retrouvé en juin 1967 sa capitale éternelle — sera une source de conflit et de déstabilisation dans la région et dans le monde.


Notes

(1) Les conditions de la candidature d’Obama sont pour le moins scabreuses, sur au moins deux sujets, le mode du financement de sa mise à l’étrier politique et son éligibilité. Un mafieux de Chicago d’origine syrienne, Tony Rezko, aujourd’hui en prison, a financé les campagnes politiques d’Obama. Celui-ci n’a jamais réussi à produire un certificat de naissance. Selon la loi américaine, n’est éligible un candidat à la présidence des Etats-Unis que s’il est né sur le territoire américain. Or de nombreux indices concourent pour accréditer l’hypothèse qu’il soit né au Kénya, territoire anglais à cette époque.
(2) G W Bush a rappelé son ambassadeur à Damas suite à l’assassinat de l’ex 1er ministre libanais Rafik Hariri, car la Syrie y était impliquée.
(3) Cliquer sur http://www.justice.gov/olc/s770.16.htm - loi du 16 mai 1995
(4) Cliquer sur proposition http://www.zoa.org/sitedocuments/actionalert_view.asp?actionalertID=1740
(5) Ce projet ne verra pas le jour avant 3 ans, vu les délais administratifs. Par ailleurs, les Arabes sont libres de construire partout à Jérusalem. Si on les empêchait de s’installer dans les zones d’habitat juif, il y aurait des condamnations unanimes à l’Onu et dans les Cours de justice internationales. Alors pourquoi empêcher des Juifs de construire dans des zones d’habitat arabe sur un terrain qui leur appartient ?
(6) Sur le plan du droit international, un territoire acquis lors d’une guerre défensive, n’est pas un territoire « occupé » ou « une colonie », comme les médias appellent les implantations juives en Judée-Samarie. Or la Guerre des Six Jours était une guerre où Israël se défendait contre la fermeture du détroit de Tiran par l’Egypte et contre l’invasion de la Syrie et l’entrée en guerre de la Jordanie. Celle-ci occupait la Judée-Samarie et la partie orientale de Jérusalem depuis 1948, date de la création et de la première invasion d’Israël par les armées arabes, notamment les troupes jordaniennes menées par Glubb Pasha, un anglais passé à l’Islam.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette