Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Perte de mémoire immédiate au Quai d’Orsay

Perte de mémoire immédiate au Quai d’Orsay

Par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international

mardi 29 décembre 2009
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

La perte de mémoire immédiate n’est pas l’apanage des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, à en juger par la réponse donnée par le porte-parole du Quai d’Orsay à une question, posée lors du point de presse du 28 décembre. A la question de savoir si « La France a réclamé des explications à Israël après le raid qui a abouti à la mort de trois activistes palestiniens, samedi, dans une zone autonome palestinienne » (souligné par nous), le diplomate a répondu :

« Nous avons appris la mort de trois activistes palestiniens lors d’un raid mené à Naplouse par les forces israéliennes. Nous appelons l’armée israélienne à cesser ses incursions dans les zones A, que nous considérons comme déstabilisantes et contre-productives ».

Indépendamment du fait que, jamais, à notre connaissance, on n’interroge le porte-parole du Quai d’Orsay sur l’assassinat de citoyens israéliens, on ne manquera pas de s’étonner que le diplomate français n’ait pas appris, également, par la presse le lâche assassinat, dont avait été victime, 48 heures auparavant,un ressortissant israélien, vivant en Cisjordanie, alors qu’un lien évident existait entre l’action menée par une cellule terroriste à Naplouse et l’élimination de plusieurs membres de cette cellule, impliqués dans cet assassinat.

Une fois encore, c’est Israël qui est condamné pour un acte de légitime défense, alors qu’on occulte les raisons de cet acte et le porte-parole n’a même pas eu la décence de déplorer la mort du ressortissant israélien.

Or, tout esprit objectif ne peut que constater que ce sont les actes de terrorisme qui, depuis des décennies, sont des actions « déstabilisantes et contre-productives ».

C’est ce que répètent, à l’envi, les Premiers ministres israéliens successifs, ouverts à des négociations de paix, à la seule condition de l’arrêt des actes de terrorisme.

Mais, il n’y a pas de « pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Le porte-parole du Quai d’Orsay en est la preuve.

L’assassinat du citoyen israélien préparé à Naplouse illustre d’ailleurs la faillite du système mis en place sur la base des accords d’Oslo II.

Le diplomate français est bien mal venu de défendre l’ « immunité », dont bénéficie en quelque sorte la ville de Naplouse, du fait que l’Autorité (sic) palestinienne est loin d’exercer son pouvoir de police en vue d’empêcher les « actes de violence », qu’a, à nouveau, condamné, plus récemment, la « Feuille de route », qu’on rappelle pourtant, si souvent, aux Israéliens.

Certes la zone A de la Cisjordanie (qui couvre 2% de ce territoire, c’est à dire la plupart des villes et 20% de sa population) est, depuis 1995, sous le contrôle exclusif de ladite Autorité (sic).

Mais, à partir du moment où celle-ci manque à ses devoirs, Israël est parfaitement en droit de réagir sur la base de son droit de légitime défense.

« Perte de mémoire immédiate » de certains » et « cécité partielle » d’autres serait-on tenté de dire en constatant les jérémiades, actuelles, sur la situation à Gaza, un an après l’opération « Plomb durci ».

Pourquoi s’obstiner à rendre Israël seul responsable de la situation, alors que l’Egypte a continuer à tolérer le développement des tunnels permettant la contrebande d’armes visant Israël.

On ne s’étonnera pas que les Juifs ne tendent pas l’autre joue et préfèrent prendre toutes dispositions pour que les matériels acheminés, sous leur contrôle, dans la Bande de Gaza, servent avant tout à des fins militaires et non dans des buts humanitaires.

Aussi est-il choquant de voir Israël toujours seul mis en cause du fait de la situation économique de la population de la Bande, alors que rien n’empêchait – ni n’empêche encore – l’Egypte de laisser transiter, officiellement, par son territoire matériels et ravitaillement.

Dire qu’il a fallu des années de pression (Israël a évacué ce territoire voilà 4 ans) pour que l’Egypte se décide, enfin, à prendre des mesures pour éviter la contrebande d’armes, d’où les nombreuses critiques, dans le cas arabe…..

Pourquoi toujours contester – qu’il s’agisse de la Bande de Gaza ou de la Cisjordanie - les actes de légitime défense israéliens et ne pas mettre en cause le manquement à ses obligations de la partie palestinienne.

Toujours le même parti pris que nous ne pouvons accepter.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette