Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Danny Ayalon a écrit une tribune libre historique dans le plus grand (...)

Danny Ayalon a écrit une tribune libre historique dans le plus grand quotidien pan-arabe

(Communiqué par le bureau du vice-ministre des Affaires étrangères)

mardi 15 décembre 2009
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Le vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon appelle, le monde arabe à progresser et à se joindre à Israël pour vaincre les forces de l’extrémisme et de la destruction au Moyen-Orient. Asharq Alawsat l’un des plus grands quotidiens pan-arabes publie une tribune libre en arabe du vice-ministre des affaires étrangères de l’État d’Israël, Danny Ayalon. L’article est intitulé « Lettre ouverte sur le Monde Arabe ».

Dans un article historique et sans précédent, Ayalon appelle le monde arabe à accepter la main tendue d’Israël dans la paix et la fraternité. Le vice-ministre des Affaires étrangères appelle le monde arabe à progresser et à se joindre à Israël pour vaincre les forces de l’extrémisme et de la destruction au Moyen-Orient. L’Iran et ses adeptes du terrorisme d’une part et les changements climatiques d’autre part sont les questions qui menacent les Arabes et les Israéliens. Il est certainement temps de regarder vers l’avenir et de rompre avec l’ancienne intransigeance pour créer un avenir meilleur pour tous les peuples de la région.

Pour que nous soyons en mesure de faire face à ces défis et à bien d’autres, Ayalon énonce le besoin de rompre avec les paradigmes du passé. "Le peuple juif est ici en raison de nos droits historiques, juridiques, morales et nationales », Ayalon affirme. « Israël est allé très loin et est prêt à participer, mais nous devons être face à un partenaire sérieux. Sans cela, la région est vouée à davantage de conflits et à réduire à néant l’unité au Moyen-Orient qui est nécessaire pour faire face aux difficultés croissantes de l’extérieur et del’intérieur ».

Adaptation en français de desinfos :

Lettre ouverte au Monde Arabe

Par Danny Ayalon

Depuis le rétablissement de notre État, les dirigeants israéliens ont cherché la paix avec leurs voisins arabes. Notre déclaration d’Indépendance, acte fondateur d’Israël, qui exprimait nos espoirs et nos rêves peut se lire comme suit : « Nous tendons la main à tous les États voisins et à leurs peuples dans une offre de paix et de bon voisinage, et faisons appel à eux pour établir des liens de coopération et d’entraide. "Ces paroles sont aussi vraies aujourd’hui qu’au moment où elles ont d’abord été écrites en 1948. Malheureusement, 61 ans plus tard, seules deux nations, la Jordanie et l’Égypte, ont accepté ces principes et ont fait la paix avec l’État juif.

Récemment, le gouvernement israélien a pris des mesures importantes pour relancer les négociations avec les Palestiniens et le contact avec le monde arabe. Dans son discours de Bar-Ilan en Juin, le Premier Ministre Netanyahu a clairement indiqué son acceptation d’un État Palestinien vivant côte à côte en paix et en sécurité avec l’État d’Israël. Mon gouvernement a supprimé des centaines de barrages routiers pour améliorer l’accès et la circulation des Palestiniens et a aidé à la facilitation de l’évolution économique en Cisjordanie, par une coopération étroite avec les parties internationales pour accélérer les projets et supprimer les goulets d’étranglement.

Enfin, et peut-être plus important encore, un gouvernement de droite a, dans un geste sans précédent, déclaré qu’il s’abstiendrait de construire de nouvelles colonies en Cisjordanie. Toutes ces mesures prises ensemble démontrent amplement la volonté d’Israël pour la paix.

Ce gouvernement israélien s’est également engagé à tendre la main à tous ses voisins arabes, ses dirigeants et ses citoyens, à s’unir pour relever certains des défis majeurs auxquels nous serons confrontés dans les années à venir.

Pour la première fois depuis de nombreuses années, nous nous trouvons sur le même côté en cherchant à apaiser et à vaincre les forces de l’extrémisme et de la destruction dans notre région. Bien que plusieurs voient la menace de l’Iran exclusivement dirigée contre Israël, nous pensons dans la région le contraire. Ensemble, nous comprenons la menace qui émane du régime extrémiste de Téhéran. Un régime qui cherche à exporter son idéologie extrémiste dans la région et au-delà, tout en armant les groupes terroristes qui cherchent à déstabiliser les régimes sunnites modérés et en visant au contrôle hégémonique du Moyen-Orient et bien au-delà.

Le régime iranien a de nombreuses tentacules réparties dans la région pour semer la destruction et le désespoir parmi les populations. L’ennemi du peuple au Liban n’est pas Israël, mais le Hezbollah. L’ennemi du peuple palestinien n’est pas Israël mais le Hamas. L’ennemi du peuple égyptien n’est pas Israël, mais les groupes de militants de l’opposition islamiste. Tous ces groupes, et bien d’autres, reçoivent leurs ordres de l’Iran, qui souhaitent contrôler et réprimer les aspirations de toute la région à travers la liberté et le progrès.

L’Iran cherche à prendre toute la région, y compris son propre peuple en otage et à conserver son engagement dans des conflits orchestrés et dirigés depuis Téhéran. Que ce soit au Maroc, en Irak ou au Yémen, l’Iran interfère constamment avec la souveraineté arabe au profit de son néfaste gain personnel. Israël et ses voisins sunnites sont semblablement dans le collimateur de Khamenei, Ahmadinejad et leurs protégés.

Si l’Iran est en mesure d’obtenir des armes nucléaires, la situation empirera inexplicablement et inexorablement. Le régime iranien a démontré que, s’il se sentait sans limites dans sa capacité de dominer notre région, un parapluie nucléaire ne ferait qu’encourager ses acolytes à agir sans retenue, au détriment de nous tous. Ce n’est qu’ensemble que nous devons faire face à cette menace et la supprimer.

Une autre question qui implique une volonté politique commune pour la surmonter est la menace du changement climatique pour notre région. De nombreux rapports et les organisations ont repéré le Moyen-Orient comme un domaine qui souffre gravement de la rareté de la pluie et de la température qui augmente.

Récemment, des chercheurs de renom international sur le changement climatique se sont réunis à Copenhague et ont publié un important rapport sur cette question. Ils ont fait valoir que le changement climatique va exacerber les conflits et les tensions et la violence va augmenter au sein des groupes en compétition. Nous voyons déjà les droits de l’eau et la désertification croissante des raisons sous-jacentes à l’intensification des conflits dans notre région.

"Faire fleurir le désert » a été une composante essentielle du caractère sioniste et son succès à travers les décennies. Israël a pu transformer le désert en terres arables et les paysages stériles en forêts. Nous partageons sans cesse nos miracles agricoles avec nos amis en Afrique et en Asie et c’est pour cette raison que de nombreux pays du monde en développement ont cherché un partenariat avec Israël pour répondre à leurs propres défis en matière agricole.

Toutefois, comme les pères fondateurs d’Israël l’ont écrit en 1948, Israël est prêt à prendre part à l’effort commun pour la promotion de tout le Proche-Orient. Nos partenaires dans la paix, la Jordanie et l’Égypte, et en particulier l’Autorité palestinienne, témoignent de nos efforts dans cette direction. Israël a activement coopéré avec l’Égypte sur le « Projet Moubarak » pour l’établissement d’un système d’irrigation à Nubariya et tous les ans, entraîne des centaines de Jordaniens, en Israël, dans des domaines tels que les méthodes agricoles écologiques.

Pour que nous soyons en mesure de faire face à ces défis et à bien d’autres, nous avons besoin de rompre avec les exemples du passé. Le peuple juif est ici en raison de nos droits historiques, juridiques, morales et nationales.

Ces opposants qui ne peuvent tolérer une présence politique juive dans la région seront condamnés par nous tous, pour les nombreuses décennies de conflit et d’instabilité. Il est temps pour les dirigeants courageux qui émaneront du monde arabe tout comme le président égyptien Anouar El-Sadate en 1979 et le roi Hussein de Jordanie en 1994 de reconnaître que la coexistence pacifique est bien meilleure pour l’ensemble de nos peuples qui souffrent des conflits et de l’hostilité.

Nous reconnaissons que l’Initiative de paix arabe est un document important, et est accueillie en Israël, comme une brèche dans la négation de la reconnaissance arabe d’Israël. Toutefois, le blocage de l’Autorité palestinienne d’Israël sur le processus de paix, fait qu’elle demeure gelée depuis 1993.

Depuis la poignée de main historique entre le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin et le Président de l’OLP Yasser Arafat sur la pelouse de la Maison-Blanche, Israël a déployé des efforts majeurs à la fois politiquement et stratégiquement vers la position palestinienne.

Tant en 2000 à Camp David et qu’en 2008 durant le processus d’Annapolis, les Premiers ministres israéliens ont offert tout le possible pour les Palestiniens, la paix et lors de ces deux occasions, les dirigeants palestiniens ont rejeté ces offres. L’Autorité palestinienne, comme l’Initiative de paix arabe, se maintient toujours sur des positions maximalistes et n’a pas bougé d’un pouce en direction d’Israël depuis 1993. Ces positions sont évidemment intenables pour la paix et reflètent une vision du monde qui ne tient pas compte des gestes significatifs d’Israël et cherche à imposer une solution qui signifierait la fin de l’État juif. De récentes déclarations palestiniennes et de la Ligue arabe renforcent ce point de vue.

Il est certainement temps de regarder vers l’avenir et de rompre avec l’ancienne intransigeance pour créer un avenir meilleur pour tous les peuples de la région. Israël est allé très loin et est prêt à participer, mais nous devons être face à un partenaire sérieux. Sans cela, la région est vouée à davantage de conflits et réduira à néant l’unité au Moyen-Orient qui est nécessaire pour faire face aux défis croissants de l’extérieur et de l’intérieur.

Danny Ayalon est le vice-ministre israélien des Affaires étrangères


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette