Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Israël combat le rapport de l’ONU et mobilise les pays qui luttent face au (...)

Israël combat le rapport de l’ONU et mobilise les pays qui luttent face au terrorisme / Barak Ravid et Anshel Pfeffer – Haaretz

Revue de la presse israélienne du service de Presse de l’ambassade de France en Israël

jeudi 17 septembre 2009
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Israël s’est adressé hier à plusieurs hauts responsables américains pour leur demander leur aide dans les tentatives diplomatiques pour endiguer les conclusions du rapport Goldstone qui accuse Israël d’avoir commis des crimes de guerre lors de l’opération Plomb Durci à Gaza.

Le Premier ministre Netanyahu a évoqué hier le sujet lors de son entretien avec l’émissaire américain pour le Proche-Orient, George Mitchell. Le vice-ministre des Affaires étrangères, Danny Ayalon, s’est lui entretenu avec l’ambassadrice des Etats-Unis à l’Onu, Susan Rice, et d’autres responsables américains. Hier, en privé, le Premier ministre Netanyahu qualifiait le rapport de « jugement sommaire contre Israël et une récompense au terrorisme. Ses conclusions compliqueront la tâche des Etats démocratiques qui luttent contre le terrorisme ».

Plusieurs réunions ont eu lieu hier au ministère des Affaires étrangères pour débattre de la bataille diplomatique et juridique contre le rapport de cette commission nommée par le Conseil des droits de l’homme des Nations-Unies et dirigée par le magistrat Richard Goldstone. Au cours de ces réunions, il a été décidé de focaliser les efforts diplomatiques sur les Etats-Unis, la Russie et d’autres membres du Conseil de sécurité et du Conseil des droits de l’homme qui sont impliqués dans les guerres en Irak et en Afghanistan. Le message israélien sera que le rapport Goldstone menace ces pays en cela qu’il rend très difficile la guerre contre le terrorisme. Par conséquent, il faut faire en sorte d’empêcher le rapport de remonter au Conseil de sécurité de l’ONU ou à la Cour Pénale internationale de La Haye.

Le ministère des Affaires étrangères a également mis en place une équipe de juristes chargée de suivre d’éventuelles actions en justice et de se préparer au cas où une procédure serait engagée devant la CPI.

Le vice-ministre des Affaires étrangères, Danny Ayalon, qui effectue actuellement une visite de travail aux Etats-Unis, a adressé dès avant-hier des messages au gouvernement et au Congrès, leur demandant de prendre leurs distances avec le rapport Goldstone. Selon lui, le rapport doit être traité comme l’avait été la résolution 3379 de l’assemblée générale de l’ONU, qui faisait le parallèle entre sionisme et racisme. « Le rapport Goldstone est une tentative dangereuse de mettre à mal le principe de légitime défense qui protège les Etats démocratiques. Il légitime le terrorisme », a affirmé M. Ayalon lors de ses entretiens.

Le président Shimon Pérès a publié hier un communiqué dans lequel il affirme que le rapport Goldstone « se rit de l’histoire ». Lors de réunions fermées au bureau du Premier ministre et au ministère des Affaires étrangères, il a été décidé que, dans le cadre de la réponse israélienne, le président Pérès serait en première ligne tandis que le Premier ministre Netanyahu et le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liberman, ne feront pour l’heure pas de déclarations publiques et se contenteront de consultations avec leurs homologues étrangers.

Au sein de l’armée, on refuse de réagir aux conclusions du rapport Goldstone. Néanmoins, le parquet militaire prend part au travail des équipes mises en place par le ministère des Affaires étrangères qui étudient actuellement les 575 pages du rapport et les trente-six cas spécifiques dans lesquels les forces israéliennes auraient violé le droit international.

Une grande partie des cas décrits par le rapport ont déjà été examinés par Tsahal dans le cadre des enquêtes effectuées au terme de l’opération par cinq commissions créées sur ordre du chef d’état-major et du parquet militaire. Dans la plupart de ces cas, les enquêtes sont parvenues à la conclusion que les soldats n’avaient pas transgressé le droit international. Les autorités militaires n’ont pas encore décidé si elle feront usage de ces enquêtes dans le cadre de la lutte contre le rapport Goldstone ou si ces éléments seront conservés pour servir de preuve en cas d’actions en justice contre des officiers de Tsahal.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette