Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Désarmer Israël

Désarmer Israël

Victor PEREZ ©

jeudi 1er janvier 2009
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Au fil du temps et des guerres qui lui ont été imposées, Israël est devenu un ogre militaire que nul n’affronte sur le terrain sans craintes pour sa vie, ses proches et/ou son pouvoir. Ses ennemis s’ingénient donc à trouver une parade qui puisse leur permettre des victoires, des humiliations et en fin de parcours l’établissement d’une Palestine du Liban à l’Egypte et du Jourdain à la mer. Un territoire évidemment expurgé de tout juif, judaïsme et obstacles à un couronnement de l’Islam version radicale.

Pour ce faire, les valeurs universelles et les lois internationales -si bien défendues par le peuple juif et le judaïsme- sont mises à contribution pour lui nuire. Ainsi, les tribunaux, les manifestations publiques ou médiatiques, les Ongs et/ou encore les organisations internationales sont utilisés aux fins de convaincre le peuple israélien de son erreur à refuser les plans de paix si généreusement proposés par ses ennemis, mais aussi à désarmer face à tant de clémence de leur part.

Sans que cela soit une liste exhaustive, voici quelques exemples.

L’Iran est à même, dans quelques mois, de disposer de la technologie nucléaire. Un savoir qui lui permettra, alors, de s’armer de bombes nucléaires et ainsi menacer son environnement immédiat, mais pas seulement. En conséquence, plusieurs membres de l’A.I.E.A. (et également de l’O.C.I) ont, devant ce danger, proposé à plusieurs reprises, pour résoudre ce ‘’problème inextricable’’ à leurs yeux, d’imposer un désarmement nucléaire à toute la région. Israël étant le seul pays nucléarisé du coin, on se doute qu’il est le seul visé. Et ce pays, sans cette défense ultime, sera à n’en pas douter un pays aux frontières plus perméables aux armées ennemies. Pour l’instant cette demande pressante est restée lettre morte. Mais qu’en sera-t-il lorsque l’Iran aura réalisé son premier essai nucléaire ?

Pour toutes les belles âmes emplies de compassion pour la région, voir des israéliens subir une haine mortelle à longueur d’années ne les dérange nullement. Toutes les raisons seront évoquées pour expliquer, démontrer, établir qu’Israël n’est pas tant que cela victime mais cause de ce qui lui arrive. En revanche, que ce pays imagine, un tant soi peu, des représailles légitimes et déjà les manifestants se précipitent dans les rues, face aux caméras et micros, pancartes dans les mains et slogans dans le gosier pour dénoncer, sans preuves, les « massacres » israéliens. Des écriteaux où seule la date et l’endroit du ‘’drame’’ changent. Cela pour imposer une pression internationale sur le gouvernement israélien et sur sa décision d’user et d’abuser de sa force armée.

Quoi de mieux aussi -pour obtenir cette contrainte internationale et insinuer le doute dans l’esprit humaniste de l’ennemi- que des images et témoignages de la ‘’barbarie israélienne’’ ! Ainsi, les médias internationaux seront sollicités pour dévoiler au monde que seuls des civils sont pris pour cibles. Que les terroristes, les criminels de guerre et contre l’humanité décriés et éliminés par « l’entité sioniste » n’étaient que de paisibles individus animés par une religion de Paix, d’Amour et de Tolérance. Des individus -dépourvus pour l’image de l’armement qui leur sert d’uniforme- ayant subis des représailles injustifiées et disproportionnées en regard de ces quelques « militants et activistes » -toujours vivants eux- qui luttent pour la « fin de l’occupation ». Une méthode qui, petit à petit, ronge la société civile israélienne jusqu’à créer des « pacifistes » prêts à interdire toute réponse armée contre les ennemis de leur propre pays.

Si les manifestations et la propagande ne suffisent pas, alors, le conseil de sécurité est sollicité aux fins de permettre une sortie de crise. Une issue bardée de résolutions qui empêchent Israël d’éliminer totalement ses ennemis à la seule fin de ne plus les retrouver quelque temps plus tard, mieux aguerris, mieux armés, et mieux disposés à la bataille finale. Des pressions internationales qui, petit à petit, découragent Israël de se faire justice et le poussent à se culpabiliser d’utiliser ses droits légitimes.

Cette parade contre la force armée israélienne et qui a pour objectif un désarmement unilatéral est accompagnée de subterfuges aidant à sa concrétisation. Ainsi, par exemple, des plaintes sont déposées dans les tribunaux de pays tiers à l’encontre des chefs militaires et politiques aux fins de les faire condamner et ainsi démontrer au monde la justesse du combat du ‘’nouveau David’’. Outre ces espoirs de condamnations, ces plaintes ont pour objectifs pareillement de tordre le cou aux désirs de toute autorité israélienne future, quelle qu’elle soit, d’utiliser la force armée. Des dirigeants connaissant le risque d’être interpellés à tort ou à raison à l’étranger, enfermés et jugés réfléchiront plus longuement avant d’utiliser Tsahal.

Une autre ruse politique est aussi utilisée pour parvenir au but recherché. Les discussions de Paix. Un débat sans fin sur une issue du conflit où Israël est montré du doigt pour son ‘’intransigeance’’ à refuser toute concessions en échange de promesses de paix qui n’engagent que ceux qui y croient. Une bonne partie de la société civile israélienne s’est faite abusée par ce procédé jusqu’à exiger de ses gouvernements successifs une Paix à tous prix en lieu et place d’une capitulation totale et irréversible des ennemis.

Les retraits unilatéraux du sud Liban et de la bande de Gaza sont les preuves par excellence que le désarmement israélien est en marche. Certes un désarmement d’abord intellectuel, mais qui précède, si l’on y prend garde celui du bras armé seul capable d’imposer la continuation du refuge juif.

Le présent conflit contre le Hamas saura nous informer de l’état d’esprit des dirigeants et du peuple israéliens. Un cessez le feu préservant l’appareil extrémiste ennemi et permettant des tirs même sporadiques sur le territoire israélien sera à n’en pas douter signe inquiétant pour l’avenir d’Israël. Au contraire, une capitulation totale du Hamas, forcée ou reconnue par ses dirigeants, démontrera qu’Israël ne tombe pas dans le piège d’un désarmement unilatéral et que son droit à la légitime défense prévaut face à toute autre considération.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette