Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Un coup de pied dans la fourmilière ? La Belgique à l’assaut des réseaux (...)

Un coup de pied dans la fourmilière ? La Belgique à l’assaut des réseaux Al-Qaïda

Traduction et analyse de Khaled Asmar | « MediArabe.info »

samedi 13 décembre 2008
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Les autorités Belges ont arrêté 14 terroristes présumés liés à Al-Qaïda, dont un kamikaze qui s’apprêtait à commettre un attentat suicide. Six personnes ont été mises en examen, dont une femme d’origine marocaine, mariée en deuxième noce à un djihadiste, après la mort de son premier mari dans l’attentat contre Ahmed Shah Massoud, en Afghanistan le 9 septembre 2001.

Des sources policières et judiciaires décrivent ces arrestations comme la « plus importante opération antiterroriste menée sur le territoire Belge ». En effet, 242 officiers de la police belge ont mené seize raids à Bruxelles et Liège, donnant le plus important coup de pied dans la fourmilière islamiste. Selon le procureur fédéral, le coup ciblait « un groupe Islamiste Belge impliqué dans l’entrainement et le combat sur la frontière Afghano-Pakistanaise en lien avec d’importantes personnalités d’Al-Qaïda ».

Que retiennent les spécialistes de cet assaut préventif mené par les autorités belges contre le réseau Al-Qaïda en Europe ?

Walid Phares, chercheur associé de la European Foundation for Democracy et auteur de The Confrontation : Winning the War against Future Jihad, tire plusieurs leçons pour « Fox News » :

1) Les autorités Belges ont marqué un succès significatif en menant une enquête en profondeur contre Al-Qaïda depuis pendant plus d’un an. Connaitre l’ennemi, son idéologie et ses tactiques sont des éléments prédominants pour des victoires graduées. Dans ce cas, les forces de l’ordre Belges et les autorités judiciaires l’ont compris. Par exemple, Glenn Audenaert, le directeur de la Police Fédérale Belge, comme ses adjoints en contre- terrorisme se sont formés eux-mêmes sur la nature de la bête qu’ils traquent au cœur de cette petite Démocratie Européenne. Ils étaient conscients de la nature idéologique du groupe et furent dès lors équipés pour pourchasser la bête. C’est une leçon pour les autres Démocraties en général et pour les Etats-Unis en particulier : Connais ton ennemi, formes-toi sur son idéologie et assures-toi que tes institutions ne soient pas infiltrées.

2) Les arrestations démontrent le lien entre les cellules en Europe et les champs de bataille à l’étranger. Les membres d’Al-Qaïda arrêtés ont voyagé au Pakistan de long en large ; un de leurs membres fut tué lorsqu’il assassinait le commandant Massoud en 2001 et sa femme, Malika Al Aroud, engagée avec le groupe et remariée à un membre du réseau, endoctrinait des femmes Djihadistes en Belgique pour des opérations suicide au Moyen-Orient, incluant une convertie mariée à un Djihadiste ; et la liste ne tarit pas. Il y a une autoroute entre les « terres du Jihad » dans la région et les « bases du Jihad » en Occident, incluant la Belgique mais aussi le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et l’Espagne. Une lutte efficace contre ce phénomène nécessite une coopération internationale croissante contre un « réseau Djihadiste mondial ».

3) Le problème n’est pas local. C’est un autre exemple qui montre que les « raisons » de ce terrorisme n’est pas la situation socio-économique à Bruxelles. Les djihadistes étaient plus vraisemblablement en train de viser la Place du Luxembourg dans le but de déliter la volonté politique du Parlement Européen, et non d’envoyer un message sur la sécurité sociale ou les soins de santé. Ils ciblaient les Verts, les Socialistes, les Libéraux comme les Conservateurs ; ils ont pointé la démocratie dans l’ensemble, et non l’un des débats de la démocratie.

4) Enfin et surtout, cet épisode doit rappeler aux stratèges que la campagne contre le Djihadisme est bien plus vaste que les guerres en Irak ou en Afghanistan. Comme l’Inde, la Belgique était opposée à l’invasion de l’Irak et n’est pas un principal fournisseur de troupes pour l’Afghanistan. Pourtant, elle était et restera une cible du combat Salafiste. C’est une preuve supplémentaire que cette menace est réellement mondiale et que la réponse doit être aussi mondiale dans sa portée. Aujourd’hui, les Belges ont remporté une victoire audacieuse pour la communauté internationale.

Manger avec le loup et pleurer avec le berger

Or, Certains pays occidentaux continuent de caresser la bête terroriste dans le sens du poil, pour éviter de l’irriter et de subir ses foudres. Sinon, comment interpréter les ouvertures plus ou moins importantes de pays européens sur l’Iran et la Syrie ? Ils craignent que ces deux Etats, qui hébergent, soutiennent et exploitent Al-Qaïda, entre autres mouvements terroristes, depuis des années en Irak, en Afghanistan, dans le Golfe et au Liban, ne mettent à exécution leurs menaces d’ouvrir les portes de l’enfer à quiconque songerait de les menacer ? Ainsi, pour protéger les militaires français, allemands et espagnols de la FINUL, déployés au Sud Liban, ou les soldats Britanniques en Irak, ou les unités polonaises en Afghanistan, Paris, Madrid, Londres, Berlin et Varsovie notamment mettent de l’eau dans leur vin et tendent la main à la Syrie. Ils s’apprêtent à signer le partenariat euro-syrien bloqué depuis 2004. Ils continuent aussi, pour les mêmes raisons, de diverger autour de l’Iran et de son programme nucléaire, laissant le temps nécessaire à Téhéran de produire sa bombe. L’hypocrisie ne semble avoir aucune limite, mais son excès peut se révéler très dangereux.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette