Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Syrie : le meurtre d’un proche d’Assad nuit à l’enquête de l’AIEA

Syrie : le meurtre d’un proche d’Assad nuit à l’enquête de l’AIEA

[Reuters]

jeudi 2 octobre 2008
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

L’enquête de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sur les activités nucléaires présumées de la Syrie a été entravée par l’assassinat du principal contact syrien des inspecteurs, a expliqué le 25 septembre le directeur de l’AIEA, Mohamed El Baradei.

« L’assassinat du principal interlocuteur de l’AIEA a rendu notre enquête plus difficile », a dit El Baradei lors d’une réunion à huis clos visant à informer les gouverneurs de l’agence de l’avancement de l’enquête.

El Baradei n’a pas donné de nom, mais selon des diplomates au fait des inspections en Syrie, il s’agit du général Mohammad Souleïmane, proche conseiller du président Bachar al Assad sur les questions de sécurité.

Les sites Internet syriens d’opposition ont rapporté pour leur part que Souleïmane avait été abattu par un tireur embusqué alors qu’il se trouvait sur une plage de Méditerranée.

Un haut diplomate a précisé que Souleïmane avait accompagné les inspecteurs de l’AIEA lors de leur première et seule visite à ce jour en Syrie et a suggéré que cet interlocuteur était en mesure de répondre aux questions l’agence.

Un média israélien a pour sa part rapporté que Souleïmane était un personnage central du programme nucléaire militaire que les États-Unis soupçonnent la Syrie de dissimuler.

Rapport exhaustif

L’enquête de l’AIEA en Syrie a débuté en mai, après la diffusion par les États-Unis de renseignements suggérant que le site militaire détruit lors d’un raid aérien israélien était un réacteur nucléaire dont la construction était presque achevée.

Damas a démenti la construction d’une telle installation et affirmé ne pas mener d’activités nucléaires sensibles.

Pendant la réunion du 25 septembre, l’ambassadeur américain à l’AIEA, Gregory Schulte, a pressé l’agence de fournir un rapport exhaustif sur son enquête.

« Considérant la gravité de cette question pour le régime de protection [de la non-prolifération nucléaire], les États-Unis souhaitent pour la réunion de novembre un rapport complet détaillant, par écrit, l’état de l’enquête en Syrie et la coopération de la Syrie », a dit Schulte, selon une copie de son discours que Reuters s’est procurée.

« Le fait que la Syrie n’ait pas coopéré pleinement, et dans les temps, avec les inspecteurs est un sujet d’inquiétude sérieux », a-t-il ajouté.

L’ambassadeur syrien, Badi Khattab, a de son côté dit à Reuters que ces accusations américaines d’entrave à l’enquête n’étaient pas fondées, soulignant que les inspecteurs de l’AIEA avait pu se rendre dans son pays un mois à peine après leur première demande.

Lors de sa présentation, El Baradei a en outre fait savoir que les premiers échantillons prélevés sur le site bombardé en juin 2007 n’indiquaient pas la présence de substance nucléaire. D’autres tests sont en cours, mais leurs résultats ne seront pas connus avant plusieurs semaines.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette