Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Le retour du « bazar »

Le retour du « bazar »

Albert Capino

lundi 16 février 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Les propos rassurants de M. de Villepin, témoignant de la « pertinence de sa démarche politique » consistant à ce que nous soyons confiants dans les intentions pacifiques de la République islamique d’Iran, se voient dernièrement contrariés.

Force est de constater que, non seulement Téhéran ne renonce pas à poursuivre l’enrichissement d’uranium, mais encore son Ministre des Affaires Étrangères, Kamal Kharazi, a-t-il menacé ce samedi, de mettre à présent le précieux combustible nucléaire en vente à l’étranger. Comme un vulgaire sous-produit.

Le retour du célèbre bazar, si ce n’est que cela ne prête absolument pas à rire.

Car c’est bien de menaces qu’il s’agit, qui vont bien au-delà des seuls pays de la région du Golfe persique.

Ceci fait suite aux révélations d’Abdul Qadeer Khan, le père de la « bombe » pakistanaise, qui a admis avoir vendu la technologie nucléaire permettant sa fabrication par des pays comme la Corée du Nord, la Libye et l’Iran.

En complément, il faut encore rappeler qu’en vue de résoudre le contentieux Eurodif datant de 1985, la France concéda à l’Iran l’autorisation d’utiliser 10% de sa capacité de production de combustible nucléaire, à des fins civiles, dans le cadre d’un protocole d’accord signé en 1993 par François Mitterrand.

Afin de rassurer la Communauté Internationale - inquiète d’une utilisation à des fins militaires - mais surtout d’obtenir un nouveau report de sanctions éventuelles, l’Iran s’engageait le 21 octobre dernier, auprès des ministres allemand, britannique et français des Affaires étrangères à « suspendre volontairement toutes ses activités d’enrichissement et de retraitement d’uranium ».

Téhéran obtenait ainsi un nouveau répit jusqu’à la prochaine réunion du Conseil des gouverneurs de l’AIEA, le 8 mars prochain.

Il s’agit du troisième renvoi de la signature du traité de non-prolifération nucléaire, pour lequel Téhéran n’a cessé de souffler le chaud et le froid. Des propos affirmant que cette suspension était « volontaire et provisoire » ont alterné avec les promesses d’une « coopération et d’une transparence totales ».

L’acceptation d’un contrôle renforcé de son programme nucléaire, eut le don d’achever de convaincre l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) de ne pas saisir le Conseil de sécurité de l’ONU en vue de sanctions.

Entre temps, l’AIEA a fait état de la découverte de plans d’installations nucléaires secrètes et se déclare très préoccupée.

Depuis novembre, on sait maintenant officiellement que l’Iran a procédé pendant 18 ans à des dissimulations sur son programme nucléaire et l’on peut, à juste titre, s’inquiéter d’une violation des nouveaux engagements de la République islamique.

Kamal Kharazi continue de ’jouer la montre’ et déclare : « Nous répondrons à toutes les questions en suspens. Comme, nous l’avons déjà dit, nous n’avons aucun programme de fabrication d’armes nucléaires ».

Tout comme pour l’Irak, seuls les Américains semblent vouloir agir, en l’absence d’implication du Conseil de sécurité.

Ce qui a provoqué une réaction virulente de M. Kharazi : « Les Américains cherchent à faire pression sur les membres du Conseil des gouverneurs » de l’AIEA. Et d’ajouter « aucun gouvernement ne peut renoncer à ce qui est un objet de fierté nationale », mettant l’accent sur « la nécessité de préserver la technologie acquise ».
On se souvient effectivement du dernier défilé militaire à l’occasion de l’anniversaire de la révolution islamique, exhibant « fièrement » les nouveaux missiles de la « technologie acquise » arborant les inscriptions telles que « Nous écraserons l’Amérique sous nos pieds » et « Israël doit être rayé de la carte ».

Ces dernières semaines, le ministre de la Défense iranien, Ali Chamkhani, se faisait fort, dans des déclarations fracassantes, d’offrir « la qualité de l’Ouest à des prix orientaux », mettant ainsi « les technologies acquises » à la portée de tous les pays qui en feraient la demande, en s’assurant toutefois que ces équipements ne seraient pas « utilisés contre d’autres pays musulmans ».

Une déclaration anodine ? Ou une manière de laisser entendre que ceux qui n’ont pas eu accès aux technologies de l’Ouest ne se contenteront plus dorénavant d’abattre des tours habitées à l’aide d’avions civils remplis de passagers ?

Les envolées de M. de Villepin, débordantes de confiance et empreintes de pacifisme, font suite à celles de trois gouvernements successifs de la République française, ayant tous contribué par leurs actions à ce que « la première arme de dissuasion mondiale » devienne, avec l’aide d’un ’docteur Folamour’ pakistanais, la « première menace nucléaire de dimension planétaire ».

Et si, contrairement à M. de Villepin, nous ne sommes pas rassurés, au moins nous voilà prévenus...


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette