Allocution du Premier ministre Benjamin Netanyahu aux Fédérations juives d’Amérique du Nord 
4 août 2015

Adapté par Hélène Keller-Lind

mercredi 5 août 2015, par Desinfos

Merci. 

Il est bon d’être avec vous aujourd’hui.

 Je tiens à remercier nos hôtes, les Fédérations juives d’Amérique du Nord et la Conférence des Présidents.

 Et je tiens à vous remercier tous d’avoir pris le temps au milieu d’une journée bien remplie.

 Le temps dont nous disposons aujourd’hui est court, donc je voudrais en venir au fait.

J e veux vous parler de trois failles fatales dans l’accord nucléaire avec l’Iran.


Et je veux aussi dissiper une partie de la mésinformation et, malheureusement, je dois dire, de la désinformation sur cet accord et sur la position d’Israël.

 Je veux répondre à certaines de vos questions importantes.




Le point le plus important que je dois faire aujourd’hui est le suivant : 

L’accord nucléaire avec l’Iran ne bloque pas le chemin de la bombe à l’Iran .

En réalité il ouvre la voie de la bombe à l’Iran .

Pire, il donne à l’Iran deux chemins pour avoir la bombe. 

L’Iran peut obtenir la bombe en respectant l’accord ou l’Iran pourrait obtenir la bombe en violant l’accord . 

D’abord nous allons comprendre comment l’Iran peut obtenir la bombe en respectant l’accord.

 Vous voyez, l’accord permet à l’Iran de maintenir et éventuellement d’étendre une vaste infrastructure nucléaire et de plus en plus sophistiquée. 

Cette infrastructure est inutile pour l’énergie nucléaire civile, mais elle est tout à fait nécessaire pour des armes nucléaires.

 Étonnamment, l’accord donne à un programme nucléaire illicite une pleine légitimité internationale pour l’Iran. 

Si l’Iran respecte l’accord, dans une dizaine d’années – quinze années au plus - les principales restrictions sur ce vaste programme nucléaire expireront. Elles finiront tout simplement.

Les limites de l’accord sur le nombre de centrifugeuses qu’a l’Iran et sur la quantité d’uranium que l’ Iran enrichit, ces restrictions seront levées.

 Et à ce moment-là l’Iran sera en mesure de produire de l’uranium enrichi pour tout un arsenal d’armes nucléaires et il pourrait produire cet arsenal très rapidement.

 Après 15 ans, le temps nécessaire de l’Iran pour avoir la bombe sera pratiquement nul, quelques jours seulement.

 Je pense que le président Obama l’a dit dans une interview avec NPR.

 En respectant l’accord l’Iran sera une puissance au seuil du nucléaire.


L’accord rend plus difficile pour l’Iran de produire une ou deux armes nucléaires à court terme.

Mais il le fait à un prix terrible.

Avec l’accord, il est beaucoup plus facile pour l’Iran de construire des dizaines, voire des centaines d’armes nucléaires en un peu plus d’une décennie. 

Or, dix ou quinze ans, cela passe en un rien de temps.

Je pense qu’il c’était comme hier et je m’en souviens très bien, tous ces préparatifs pour le bug Y2K et les célébrations du nouveau millénaire.

 Ce était il y a quinze ans. C’est passé en un clin d’œil.

On nous dit que cet accord nous fait gagner du temps, mais dix à quinze ans, c’est un rien de temps.

Donc, en respectant l’accord, l’Iran peut obtenir dans une décennie environ pas juste une seule bombe, mais de nombreuses bombes.

 Mais l’Iran a une deuxième voie pour obtenir la bombe, celle qui lui donnerait une arme nucléaire en bien moins de temps. 

Vous voyez, l’Iran pourrait violer l’accord. 

Et il y a de bonnes raisons de penser que l’Iran va le faire, qu’il trichera.

 Ils l’ont fait auparavant. Ils le referont.


Maintenant, les gens ne contestent pas vraiment cela, mais soutiennent que l’Iran sera empêché de tricher parce que nous avons de bons services de renseignements et des inspections sans précédent.

 Eh bien, permettez-moi de commencer avec les services de renseignement.

 J’ai le plus grand respect pour les capacités de renseignement d’Israël.

J’ai le plus grand respect pour les services de renseignement des États-Unis et de la Grande-Bretagne.

Mais il faut le dire honnêtement. Pendant des années, aucun d’entre nous n’a découvert les installations nucléaires souterraines massives que l’Iran construisait à Fordo et à Natanz. 

Pendant des années, aucun d’entre nous n’a découvert que les Syriens construisaient un réacteur nucléaire pour la production de plutonium.

 Donc, je peux vous dire par expérience, il est très précaire de parier sur le succès de l’accord avec des renseignements.

 Maintenant, qu’en est-il des inspections ? 

Ni les renseignements, ni les inspections n’ont empêché la Corée du Nord de construire des bombes atomiques en dépit des assurances qu’elle ne serait pas capable de le faire.

Et bien que l’accord avec l’Iran permette des inspections en cours des sites déclarés de l’Iran, que dire des activités nucléaires secrètes de l’Iran ?


Vous voyez, en vertu de l’accord, si une installation est soupçonnée d’abriter une activité nucléaire cachée, les inspecteurs devront attendre au moins vingt-quatre jours – vingt-quatre jours ! - avant d’obtenir l’accès à ces sites suspectés.


Non seulement cela, mais les inspecteurs devront d’abord partager avec l’Iran les renseignements critiques qui les auront conduits à soupçonner ces sites en premier lieu. Ce qui est réellement stupéfiant.

 Certains ont dit que vingt-quatre jours ne suffisent pas pour dissimuler les preuves d’une activité nucléaire illicite.

Mais comme des experts de premier plan l’ont souligné, vingt-quatre jours c’est plus que suffisamment de temps pour faire disparaître d’un site toute trace d’une activité illicite.

C’est comme si la police donnait à un trafiquant de drogue un préavis de trois semaines et demie avant de faire uen descente dans son laboratoire.


Croyez-moi, vous pouvez vous débarasser de beaucoup de meth nucléaire dans les toilettes en vingt-quatre jours.

J’ai entendu prétendre que l’accord bloque cette voie secrète de l’Iran pour obtenir la bombe.


Mais peu importe la qualité de vos renseignements, personne ne peut faire une telle affirmation et être crédible.

 Comment pouvez-vous bloquer ce que vous ne connaissez pas ?

Donc, l’Iran peut respecter l’accord ou l’Iran peut tricher sur l’accord.

D’une manière ou d’une autre, l’accord donne à l’Iran la voie libre vers la bombe, un chemin difficile pour obtenir une ou deux bombes aujourd’hui et un chemin beaucoup plus facile pour obtenir des centaines de bombes demain.

Maintenant, voici ce qu’est le problème - tout le monde au Moyen-Orient sait ce que je viens de dire.

Et les pays de la région menacée par l’Iran ont déjà clairement fait savoir qu’ils vont travailler pour développer leurs propres bombes atomiques. 

Donc, l’accord qui était censé mettre fin à la prolifération nucléaire va, en réalité, déclencher la prolifération nucléaire. Il va déclencher une course aux armements, une course aux armements nucléaires au Moyen-Orient, la partie la plus volatile de la planète. 

C’est un vrai cauchemar !

Mais les dangers de l’opération ne se terminent pas là.

Vous voyez, l’accord donne également à l’ Iran a une injection massive de liquidités et l’Iran utilisera cet argent pour financer ses menées agressives dans la région et son terrorisme dans le monde. 

En conséquence de cet accord, il y aura plus de terrorisme.

Il y aura plus d’attaques.

 Et plus de gens vont mourir. 

Il a été dit que la plupart de l’argent que l’Iran obtiendra n’ira pas au terrorisme et aux menées terroristes de l’Iran.

 Eh bien, supposons que ce soit vrai. 

Supposons que l’Iran ne prend que 10% de l’argent pour le terrorisme.

 Ce qui fait 10% de près d’un demi-billion de dollars que l’Iran devrait recevoir au cours des dix à quinze prochaines années. Voilà une quantité phénoménale d’argent.

Et cela transformerait tout groupe terroriste parrainé par l’Iran en superpuissance terroriste. 

Donc, pour toutes ces raisons -

Les deux voies qu’aurait l’Iran pour obtenir la bombe et le jackpot financier que l’Iran doit toucher -

Pour toutes ces raisons, c’est un accord très dangereux et il nous menace tous.

 Ma responsabilité solennelle en tant que Premier ministre est de faire en sorte que les préoccupations d’Israël soient entendues.

Il n’y a pas longtemps, certainement pas si longtemps, que le peuple juif était soit incapable ou peu disposé à oser parler lorsqu’il était confronté à des menaces mortelles, et cela a eu des conséquences désastreuses.

Je suis très clair - l’époque où le peuple juif ne pouvait pas ou ne voulait pas oser prendre la parole, ces jours sont révolus.

Aujourd’hui, nous pouvons oser parler. Aujourd’hui, nous devons oser parler.

Et nous devons le faire ensemble.

Ici, en Israël, Isaac Herzog, le chef de l’opposition travailliste, l’homme qui a été candidat contre moi lors des élections de cette année et qui s’efforce chaque jour à la Knesset de faire tomber mon gouvernement, Herzog a dit qu’il n’y a pas l’ombre d’une différence entre nous concernant l’accord avec l’Iran.



Cela n’est tout simplement pas une question partisane en Israël. 

Bien sûr, certaines personnes ne sont pas d’accord, mais massivement à travers tout le spectre politique, une énorme majorité d’Israéliens s’opposent à cet accord.

 Donc, ce n’est pas une question partisane en Israël.

 Ça ne devrait pas être une question partisane aux États-Unis non plus.

Ni ce n’est une question personnelle.

Il ne s’agit pas de moi.

Il ne s’agit pas du Président Obama.

 Il s’agit de l’accord.

Je vous demande de vous élever au-dessus de la politique partisane comme nous l’avons fait en Israël.

 Jugez l’accord sur son contenu et sur son contenu seulement. 

Plus les gens en savent sur l’accord, plus ils s’y opposent.

Et plus les gens en savent sur l’affaire, plus les partisans de l’accord essaient d’étouffer tout débat sérieux. Ils le font avec de fausses allégations et des efforts visant à délégitimer la critique. 

Pourtant, il ya une allégation qui est la plus scandaleuse : que ceux qui s’y opposent veulent la guerre.

 C’est tout à fait faux.

Nous, en Israël ne voulons pas la guerre. Nous voulons la paix. Parce que ce sont nous qui somes sur le ligne de front.

Nous sommes confrontés au terrorisme de l’Iran sur trois frontières. Nous sommes confrontés à des dizaines de milliers de roquettes iraniennes visant toutes nos villes.

Nous sommes confrontés à l’Iran, dont le régime a appellé à plusieurs reprises à la destruction de l’Etat juif. 

Nous sommes confrontés à l’Iran dont les sbires terroriste essaient de tuer des Juifs tous les jours. 

Nous savons que l’Iran est non seulement le principal État parrain du terrorisme, il est également le principal commanditaire d’État de l’antisémitisme. 

Les Israéliens vont être ceux qui paieront le prix le plus élevé s’il y a la guerre et si l’Iran obtient la bombe. 

L’affirmation selon laquelle nous nous opposons à cet accord parce que nous voulons la guerre est non seulement fausse, elle est scandaleuse.

Israël veut démanteler le programme nucléaire de l’Iran et Israël veut la paix. Cet accord ne fera atteindre aucun de ces objectifs.

 Je ne m’oppose pas à cet accord parce que je veux la guerre.

 Je m’oppose à cet accord parce que je veux éviter la guerre, et cet accord va amener la guerre.


Il va déclencher une course aux armements nucléaires dans la région et il nourrirait le terrorisme et les menées agressives de l’Iran. Ce rendrait la guerre, peut-être la guerre la plus terrible de toutes, beaucoup plus probable.

Ne laissez pas les partisans de l’accord étouffer un véritable débat.

La question ici est trop importante.


Ne les laissez pas vous enlever votre voix à ce moment critique de l’histoire.

Ce que nous faisons maintenant affectera nos vies et la vie de nos enfants et petits-enfants - en Israël, en Amérique, partout.

 C’est le moment de vérité.

 Opposez-vous à cet accord dangereux.

Merci.

http://www.pmo.gov.il/English/Media...


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil