Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Facebook réagit enfin et ferme la page officielle du Fatah, parti de Mahmoud Abbas, vecteur très suivi d’incitation au terrorisme

Hélène Keller-Lind

Le véritable scandale

Le scandale est que Mahmoud Abbas et son parti, le Fatah, ont pu, en toute impunité, poster tranquillement sur une page Facebook de violents appels à la haine, au terrorisme et au meurtre, tandis que les pays donateurs, sans qui l’Autorité palestinienne s’effondrerait, continuent à la financer sans exiger, en retour, qu’elle cesse toute forme d’incitation. Ce que l’on observe surtout dans des pays comme la France qui ne rate pas une occasion pour dérouler encore et encore le tapis rouge 7 février 2017 et vidéo - pour le dictateur – au pouvoir sans la tenue d’élections- corrompu, qui viole les droits de l’homme de ses administrés.

Si, aux États-Unis, des Sénateurs et membres du Congrès condamnent l’incitation au terrorisme des dirigeants palestiniens – à l’instar, par exemple, de Marco Rubio, bien informé, qui dresse ici un réquisitoire implacable – et suspendent de ce fait une partie des fonds octroyés à l’Autorité palestinienne, il n’en est pas de même en France. Où deux des candidats à la Présidence de la République ont rencontré Abbas et ont posté des photos de cette rencontre. Benoît Hamon s’engageait dans un Tweet illustré à reconnaître « l’État de Palestine », précisant hypocritement « condition d’une relance du processus de paix ».

Personne n’ignorant que les contours de cet État pour les Socialistes, tel que définis dans deux résolutions de l’UNESCO et une résolution du Conseil de Sécurité, coupant Jérusalem en deux seraient suicidaires et donc inacceptables pour Israël.

Quant à Emmanuel Macron, qui oublie à Alger le sens du terme « crime contre l’humanité », ou la récente vague de terreur en Israël, il était plus prudent en paroles mais postait une photo de lui tout sourire où on voit Abbas lui donner l’accolade.

Et on ne reviendra pas sur le Maire de Paris, Anne Hidalgo, qui a pour lui les yeux de Chimène....

Un Abbas infréquentable qui incite au terrorisme

C’est pourtant le parti que dirige Abbas, qui, plus de 130 fois en 2017, a posté sur sa page Facebook d’ignobles incitations au meurtre, à la haine, au terrorisme, n’hésitant pas, pour ce faire, à tout utiliser pour convaincre ses lecteurs de se transformer en chair à canon....en glorieux « Shahid », martyrs pour qui s’ouvriront les portes du Paradis, avec soixante-douze vierges renouvelables pour les accueillir. Quant aux familles des assassins, une confortable rente à vie leur sera versée – avec des fonds versés par des contribuables occidentaux...-. Et si, d’aventure, les terroristes ne meurent pas, s’ils sont jugés et emprisonnés, ils percevront un « salaire » supérieur à celui des fonctionnaires palestiniens, proportionnelle au nombre de victimes israéliennes et quel que soit leur condition ou leur âge.

En 2007 et jusque fin février, d’autres posts ont incité au meurtre, comme le relève Palestinian Media Watch -PMW-, observatoire des médias palestiniens et institut de recherche – une source incontournable sur la société palestinienne dont on peut recevoir gratuitement les bulletins d’information en anglais–.

Abu Jihad, terroriste responsable de la mort dans des attentats de cent-cinquante personnes, y était encensé et présenté comme modèle à suivre. [Il y était fait appel aussi à des dessinateurs, genre très prisé par les Palestiniens, comme ici ;
http://www.palwatch.org/STORAGE/Bulletins/2017/Fatah%20FB%20map.jpg

Un Palestinien armé sur fond de « Palestine » - Israël – déclare : « je serai fedayin jusqu’au retour »
Ici : http://palwatch.org/STORAGE/Bulletins/2017/Fatah%20FB%20logo.jpg

il est affirmé que « l’idée de l’engagement ne mourra pas, mais vivra jusqu’à la victoire ».

Le 27 mars 2017 Facebook fermait cette page du Fatah. PMW rapporte que c’est la deuxième fois que cette page est fermée et que le parti d’Abbas prétend que ce serait à cause d’une photo où l’on voit Yasser Arafat tenant une arme, en compagnie de Mahmoud Al-Aloul, aujourd’hui vice-président du parti et membre de son Comité central. Excuse bidon, malencontreusement reprise la la newslettre du Crif qui cite Le Figaro. L’accumulation insensée de posts scandaleux en ayant été la véritable raison...



Retourner à l'article Facebook réagit enfin et ferme la page officielle du Fatah, parti de Mahmoud Abbas, vecteur très suivi d’incitation au terrorisme

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.