Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Revue de la presse israélienne sur la politique intérieure en Israël

service de Presse de l’ambassade de France en Israël

Cités sous couvert de l’anonymat par le quotidien à grand tirage Yédiot Aharonoth, des hauts responsables du nouveau parti d’Ariel Sharon, Kadima, se sont plaints que la nouvelle liste du Premier ministre israélien était « trop à gauche ».

Le ralliements de plusieurs transfuges du parti travailliste, dont celui de Shimon Peres, qui selon la presse est imminent, ainsi que le recrutement mardi , du président du Centre interdisciplinaire d’Herzliya, qui fut l’un des fondateurs du parti laïc Shinouï, risque de dénaturer la couleur politique de Kadima, qui se veut être de centre-droite, ont affirmé les responsables.

Toutefois, le nouveau parti du Premier ministre israélien continue de caracoler en tête des sondages. Selon une enquête sur les intentions de vote des Israéliens publiée dans le Yédiot , Kadima gagne un mandat par rapport au sondage précédent en étant crédité de 34 sièges dans une Knesset qui en compte 120.

Le parti travailliste connaît lui aussi une progression d’un point passant de 26 à 27 sièges. Le Likoud fait les frais de la scission en chutant radicalement à 10 sièges, alors que le grand parti de droite en comptait 40 avant la dissolution du Parlement.

Le parti centriste laïc, Shinouï, concède également des points à Kadima en étant crédité seulement de 5 mandats contre 15 lors des dernières élections législatives.
Le parti ultra-orthodoxe sépharade, le Shass, avec 11 sièges, serait donc en passe de devenir le troisième plus grand parti politique israélien.

Par ailleurs, le Premier ministre israélien a réussi un coup de maître hier soir en réussissant à mobiliser quelque 72 maires du Likoud et du Parti travailliste pour une réunion politique à son domicile, note la presse. Pourtant en proie aux lourdes pressions de leur parti, les maires et présidents de conseils régionaux ont répondu présents à l’invitation d’Ariel Sharon. Selon le Yédiot, près de la moitié d’ente eux auraient annoncé qu’ils rejoindraient le parti Kadima.

Certains maires du Likoud ont par ailleurs déclaré souhaiter empêcher l’élection de B. Nétanyahou à la tête du parti afin de permettre à Ariel Sharon de pouvoir former une coalition gouvernementale avec le Likoud, une éventualité plus crédible si les ministres S. Shalom ou S. Mofaz sont élus, indique le Haaretz.

Toujours est-il que selon un sondage publié par le quotidien populaire Maariv, Binyamin Nétanyahou l’emporterait avec 39 % des suffrages lors des élections primaires du Likoud. Il devancerait ainsi le ministre de la Défense, Shaoul Mofaz, crédité de 19 % des voix, ainsi que le chef de la diplomatie israélienne, Sylvan Shalom (12 %).

Lors d’un premier meeting électoral à Tel Aviv, ce dernier a du reste violemment critiqué l’ex-ministre des Fiances Binyamin Nétanyahou. « Lors des législatives de 99, le Likoud s’est effondré sous la direction de Nétanyahou et n’a obtenu que 19 sièges. Voulons-nous nous effondrer de nouveau ? » a lancé M. Shalom. Le ministre israélien s’en est également pris à son autre rival, le ministre de la Défense Shaoul Mofaz. « L’ère des généraux est révolue, il nous faut un général civil », a-t-il déclaré.



Retourner à l'article Revue de la presse israélienne sur la politique intérieure en Israël

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.