Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Vous avez dit équanime ?

Par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international

Réponse du porte- parole : La position française est une position équanime en effet pour dire la très vive préoccupation de la France face à la montée des tensions entre Gaza et Israël. Depuis samedi dernier, nous appelons les parties au retour au calme et à la retenue afin d’éviter une escalade.

En laissant de côté la connotation quelque peu « précieuse » du vocabulaire utilisé (l’adjectif « équanime » est un terme nouveau introduit dans la dernière édition du Dictionnaire de l’Académie française, Tome 2, 2000, p.15, qui signifie « d’une âme égale »….), cet échange de propos appelle de notre part les commentaires suivants :

S’agissant tout d’abord de la question posée par un « journaliste » ( ?) on ne peut manquer d’être choqué par la façon de voir les choses.

Il est évident que l’embargo israélien sur la bande de Gaza, dont la légalité a même été admise par une commission d’enquête des Nations Unies, se justifie amplement par le souci d’Israël de veiller à ce que le Hamas, qui exerce, en principe, son autorité sur le territoire ne cherche pas à se procurer des armes ou à y renforcer ses bases. Car, Israël n’a aucune visée sur ce territoire qu’il a, de sa propre initiative, évacué il y sept ans déjà, sans être, pour autant, « payé de retour ».

En effet, depuis lors Israël n’a pas cessé d’être visé par des lancements incessants de roquettes, qui visent des localités israéliennes et mettent donc en danger les populations civiles.

Cet embargo s’inscrit dans le droit d’Israël d’exercer son droit de légitime défense.

Et cette action préventive ne suffisant, malheureusement pas, il est non moins légal pour Israël de réagir à toute attaque armée que le Hamas sinon organise lui-même ou du moins laisse se développer.

Car, compte tenu de la « chape de plomb » que ce mouvement a établie sur ce territoire, il est évident qu’il serait en mesure d’empêcher ces lancements de roquettes.

Le fait qu’heureusement, jusqu’à présent, les pertes en vies humaines israéliennes ont été limitées n’affecte en rien le droit d’Israël de chercher à mettre fin à ces tirs.

Il est quelque peu indécent de s’appuyer sur la faiblesse de ces pertes pour mettre en avant le fait que « l’aviation israélienne et (de) ses tirs d’obus (qui) provoquent plus de morts civils que les roquettes de militants palestiniens ».

Notons au passage que l’on se garde bien d’ « appeler un chat, un chat », puisqu’on qualifie de « militants » et non de terroristes des individus, qui cherchent à tuer, car il ne s’agit pas de « tirs à blanc » et le fait que les pertes et les dégâts matériels soient limités est simplement dû au caractère imprécis de ces tirs.

Mais cela ne change rien au fait qu’il s’agit d’actes intolérables auxquels Israël se doit de réagir.

On ne voit d’ailleurs pas où se situe l’ « escalade » du côté israélien, dès lors que les tirs sont, dernièrement, devenus de plus en plus fréquents.

Mais ce qui est proprement intolérable c’est de mettre l’accent sur les « morts civils », alors qu’il est évident que les rampes de lancement terroristes se situent dans des zones habitées et dès lors que l’aviation israélienne cherche à les détruire, il est inévitable qu’il y ait des dégâts collatéraux, en l’occurrence des victimes civiles.

Il est non moins évident que l’aviation israélienne fait preuve de retenue afin d’éviter au maximum ces dégâts collatéraux.

Car, compte tenu de sa force de frappe, l’aviation israélienne serait en mesure de provoquer des dégâts plus importants dans les rangs des terroristes, mais au risque d’atteindre, également, beaucoup de civils innocents.

Et c’est là qu’on ne manque pas d’être également choqué par le caractère « naïf » pour ne pas dire hypocrite de la réponse du porte-parole (sur ce point d’ailleurs on ne note pratiquement pas de changement dans le comportement du Quai d’Orsay depuis de nombreuses années….).

On ne pourrait qu’approuver la position de la France, soucieuse de maintenir une balance égale entre les Parties, si elle ne plaçait pas sur le même plan le fautif et la victime.

Israël s’est retiré de la Bande de Gaza et continue, cependant, à être attaqué.

Une fois encore les autorités françaises feignent d’oublier la chronologie : Israël s’est retiré de la Bande de Gaza en 2005 et les attaques en direction du territoire israélien n’ont pas pour autant cessé. Le blocus n’est intervenu que, par la suite, pour priver de moyens militaires le Hamas, qui prône, ouvertement, la disparition d’Israël

Alors, de grâce, Messieurs les censeurs, moins d’équanimité et faites preuve de retenue dans vos condamnations..



Retourner à l'article Vous avez dit équanime ?

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.