Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Ticket israélien pour l’OTAN

Ouri Daniel - /www.24heures.ch

Dans le cadre du Forum de Herzliya - qui a réuni pour quelques jours de débats le gratin du monde politique et financier israélien -, il aura été beaucoup question, en aparté ou en public, du resserrement des liens entre Israël et l’OTAN, voire même de l’adhésion de l’Etat juif à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord.

De telles discussions autour d’un sujet pouvant porter à controverse non seulement à gauche de l’échiquier politique israélien, mais aussi parmi les 26 pays membres de l’OTAN, donnaient l’impression qu’en sous-main l’Administration américaine avait déjà accordé son aval, peut-être même George Bush en personne. En tout cas le rapprochement OTAN-Israël n’est envisageable que sous l’aiguillon des Etats-Unis.

Collaboration déjà existante

Dr. Uzi Arad - le principal organisateur de ce forum - devait souscrire du haut de la tribune à cette idée qui s’apparente moins à un ballon d’essai qu’à une soudaine prise de conscience. L’apport stratégique de l’entrée dans l’OTAN viendrait en effet compenser l’étroitesse du territoire israélien, le retrait d’une grande partie de la Cisjordanie et de la totalité de la bande de Gaza. D’après Uzi Arad : « Pour mieux assurer sa sécurité, faire face aux futures menaces, en particulier iraniennes, Israël se doit d’intégrer la plus vaste, la plus puissante organisation de défense au monde, l’OTAN. »

Ces propos illustrent une brusque évolution de l’establishment militaire israélien - autrefois si soucieuse de garder sa liberté d’action - et dévoilent également, de manière indirecte, la coopération croissante de Tsahal et des forces de l’OTAN en Méditerranée orientale. Les chefs militaires israéliens sont depuis peu invités à assister à des exercices navals de l’OTAN. Quant à la marine de guerre israélienne, elle participera dorénavant à des patrouilles multinationales antiterroristes en mer Méditerranée. Cette coopération maintenant avouable se pratique au grand jour. Selon Amos Harel, spécialiste des affaires militaires au quotidien Haaretz, qui révèle de son côté un certain nombre de détails sur ce rapprochement : « Finalement l’OTAN veut Israël à son bord ! »

Uzi Arad y voit une « juste contrepartie », une « police d’assurance », à la mise en place de l’Etat palestinien aux côtés de l’Etat juif. Amos Harel met, lui, l’accent sur une possible coordination en matière de défense entre six pays arabes (Egypte, Jordanie, Tunisie, Algérie, Maroc, Mauritanie) et Israël. A remarquer que trois de ces pays (Egypte, Jordanie, Mauritanie) ont déjà des ambassades à Tel-Aviv et deux autres (Tunisie, Maroc) y ont eu une représentation économique.

Les soldats de l’OTAN sont notamment déployés en Afghanistan et des experts de l’Organisation entraînent les forces de sécurité irakiennes. Leur présence en Israël pourrait constituer une des clauses du traité de paix israélo-palestinien. « Ils viendraient de la sorte s’en porter garant et assurer sa pérennité », affirmaient plusieurs participants au forum de Herzliya.



Retourner à l'article Ticket israélien pour l’OTAN

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.