Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Rififi chez les négociateurs palestiniens et menu indigeste le 14 septembre à Sharm el Sheikh

Hélène Keller-Lind

Mahmoud Abbas aura besoin d’un aide lors de sa rencontre de mardi avec Benyamin Netanyahou à Sharm el Sheikh, en présence d’Hillary Clinton, Hosni Moubarak et George Mitchell. La raison, nous dit l’agence de presse palestinienne Maan News, n’est pas claire. Mais cet aide pourrait éventuellement remplacer le Président palestinien si ce dernier ne pouvait participer aux négociations directes....Quoi qu’il en soit, selon des médias arabes, Saeb Erekat, négociateur palestinien en chef et semble-t-il à vie, se serait disputé la place avec Nabil Sha’ath, ancien ministre des Affaires étrangères, en charge des relations internationales. Saeb Erekat dément et dit avoir été choisi....->http://www.maannews.net/eng/ViewDet...]


En mai dernier Nabil Sha’ath affirmait, à propos de la « Nakba » - catastrophe ou renaissance d’Israël – qui, selon lui, « continue à ce jour, » « le droit individuel des Palestiniens de choisir s’ils rentrent chez eux et décident de leur propre destinée, » un droit qui, selon lui, « a continué à être affirmé et continue à l’être par la communauté internationale dans la Résolution 194 de l’Assemblée Générale de l’ONU ». Lecture erronée de cette Résolution.
Un droit que, de surcroît, il revendique pour « plus de 7 millions de réfugiés »... Petit rappel : ce n’est que pour les Palestiniens que le statut de réfugié est héréditaire...



Saeb Erekat, pour sa part, vient de traverser une mini tempête à propos d’un clip qu’il a enregistré avec l’Initiative de Genève. Cette organisation a interviewé plusieurs dirigeants palestiniens pour tenter de convaincre le public israélien que ce sont des « partenaires pour la paix. » Dans son interview le négociateur en chef, s’adressant aux Israéliens, disait : « je sais que nous vous avons déçus ( sic) et nous n’avons pas pu donner la paix en 19 ans. » Tollé chez les Palestiniens qui ont compris que Saeb Erekat s’excusait auprès des Israéliens – des attentats sanglants ? -. Et démenti de Saeb Erekat qui affirme que ses propos ont été déformés et que ce sont les Israéliens qui ont « humilié notre nation qui devraient s’excuser » Le clip a été retiré de Youtube mais est encore disponible – en anglais- sur le site se l’organisation


A noter que Mahmoud Abbas et Salam Fayyad, qui avaient refusé d’être interviewés pour tenter de convaincre les Israéliens qu’ils sont – réellement – des partenaires pour la paix, ont demandé que leur photo soit retirée su site de l’Initiative de Genève...

Par ailleurs, dans ses dernières déclarations, Saeb Erekat a donné le menu plus que copieux de la rencontre : « la sécurité, les frontières, Jérusalem, les prisonniers, les réfugiés, l’eau.  » Il est vrai que la rencontre se fera sur deux jours, mais ce menu est-il bien raisonnable ? Il ne reste plus qu’à attendre et voir...



Retourner à l'article Rififi chez les négociateurs palestiniens et menu indigeste le 14 septembre à Sharm el Sheikh

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.