Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Développements dans le programme nucléaire iranien : double duperie iranienne et occidentale

Par : A. Savyon * | MEMRI Middle East Media Research Institute

Toutefois, le 7 février 2010, Ahmadinejad a annoncé que l´Iran allait commencer à enrichir de l´uranium à 20% et disposait désormais de la technologie laser. Le quotidien iranien Kayhan, proche du Guide Ali Khamenei, publie même un article affirmant qu´une fois que l´Iran aura entrepris d´enrichir de l´uranium à 20%, l´Occident ne sera plus en mesure de l´arrêter dans sa progression et sera donc contraint de négocier un niveau supérieur d´enrichissement. [1]

Cette évolution de la situation révèle une double hypocrisie – de la part de l´Iran comme de l´Occident – vis-à-vis du programme nucléaire iranien. L´Iran, dans le cadre du TNP, a franchi une à une les étapes de la nucléarisation à visée militaire, masquant ses véritables intentions. L´Occident présente pour sa part sa politique comme devant aider l´Iran, alors que ses mesures diplomatiques, et notamment l´accord d´échange d´uranium, sont en réalité destinés à entraver les progrès nucléaires iraniens. Cela accroît encore la méfiance iranienne.

Pourquoi l´Iran ne remettra pas ses 1200 kg d´uranium enrichi à l´Occident pour un enrichissement supplémentaire

Ces derniers mois, l´Iran a catégoriquement rejeté la proposition occidentale de lui fournir de l´uranium enrichi à 20% pour son réacteur de recherche à Téhéran. [2] La raison de ce refus est que, conformément à la volonté des pays occidentaux, l´uranium remis serait en effet enrichi à un niveau plus élevé, mais serait parallèlement altéré de manière à ne pouvoir servir un objectif militaire. Et cela, l´Iran ne l´a pas accepté.

Dans leurs déclarations publiques toutefois, les porte-parole iraniens ne mentionnent jamais ce point. Au lieu de quoi, ils répètent ne pas avoir confiance en l´Occident. Par exemple, le président du Majlis Ali Larijani a souligné, lors d´une conférence datée du 6 février à Téhéran, que l´Occident essayait de tromper l´Iran avec l´accord sur le nucléaire, mais que l´Occident devait savoir que l´Iran n´était pas dupe : « La vérité est que vous [Occidentaux] menez une sorte de tromperie politique afin d´écarter l´Iran de [son] uranium enrichi... Mais vous devez savoir... que les Iraniens ne sont pas naïfs. » [3]

Il convient de noter en outre que l´Iran n´a pas besoin de 1200 kg d´uranium enrichis à 20%, ce qui représente la quantité fixée arbitrairement par l´Occident dans l´arrangement en question. Le réacteur de recherche de Téhéran ne nécessite que 30 kg d´uranium enrichi à 20% pour ses opérations, quantité qui équivaut à environ 400 kg d´uranium enrichi à 5%. En outre, cette quant ité suffirait jusqu´à ce que le réacteur cesse d´être opérationnel, dans environ une décennie.

La position de l´Iran est que si les pays occidentaux ne cherchent qu´à aider l´Iran, comme ils le prétendent, ils devraient tenir compte du fait que Téhéran n´a pas besoin d´enrichir plus de 400 kg d´uranium. Or l´Occident réclame de l´Iran plus de 1200 kg d´uranium, ce qui rep résente 75% de ses stocks d´uranium enrichi. Cette demande prouve que l´Occident entend préserver son hégémonie militaire nucléaire et empêcher l´Iran d´atteindre la capacité nucléaire militaire. C´est pourquoi l´Iran refuse catégoriquement de remettre ses réserves stratégiques à l´Occident.

La position présentée ces derniers jours par le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, se focalise sur le litige opposant l´Iran et les grandes puissances quant à la quantité d´uranium enrichi à un moindre n iveau que l´Iran pourrait remettre aux puissances occidentales pour enrichissement supérieur. Lors de la 46e Conférence de Munich sur la sécurité (5-7 février 2010), M. Mottaki a estimé que l´Iran pourrait accepter un arrangement, précisant que l´Iran et l´AIEA avaient déjà accepté un accord nucléaire avec un pays tiers et qu´il ne restait plus qu´à définir la date, le lieu et la quantité d´uranium que l´Iran allait confier. Toutefois, il souligne que « c´est l’Iran qui définira l´envergure [de l´échange], conformément à ses propres besoins » et que « la quantité de combustible nucléaire [enrichi à 3,5% que l´Iran acceptera de sortir de son territoire] sera fonction des besoins de l´Iran, et quand l´Iran annoncera quelle quantité aura été définie, l´accord pourra entrer en vigueur. » [4]

Néanmoins, un responsable iranien a confié à l´agence de presse iranienne Fars que l´Iran n´avait pas modifié sa position face à l´accord proposé lors de la Conférence de Vienne des 19-21 octobre 2009 - malgré les rapports de ces derniers jours faisant état d´un « adoucissement » de la position iranienne face à l´éventualité d´un accord nucléaire. [5] En outre, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a annoncé dans une interview sur la télévision iranienne que Téhéran ne s´opposait pas à un accord d´échange d´ur anium hors du sol iranien ; il n´a pas évoqué le point de litige entre l´Iran et l´Occident : la quantité d´uranium enrichi que Téhéran serait prête à livrer. [6]

Ahmadinejad : J´ai ordonné un enrichissement d´uranium à 20% ; nous avons la technologie laser

Ce faisant, dans un geste typique de la politique nucléaire iranienne, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a entamé une nouvelle phase de la lutte de Téhéran contre les superpuissances avec sa provocante déclaration du 7 février, par laquelle il annonce avoir déjà ordonné le début de l´enrichissement d´uranium à 20%, écartant ainsi la nécessité d´un dialogue avec l´Occident ou du respect de l´accord nucléaire. Lors de la conférence intitulée « Les succès de la technologie laser ir anienne », Ahmadinedjad a annoncé : « J´ai ordonné au directeur de l´Organisation iranienne de l´énergie atomique [Ali Akbar Salehi] de commencer à enrichir de l´uranium à 20%, mais la voie du dialogue reste ouverte. » Il a ajouté : « L´Iran a atteint la capacité d´enrichir de l´uranium au moyen de la technologie laser, et avec cette méthode il est possible d´enrichir de l´uranium rapidement et efficacement, et à n´importe quel niveau - mais en fait nous n´envisageons pas d´y recourir. » [7] Il a ajouté : « Bien sûr, si ces pays [les 5 +1] venaient à nous sans conditions préalables, la voie à un accord d´échange serait toujours ouverte. » [8]

Le lendemain, Ali Akbar Salehi, directeur de l´Or ganisation iranienne de l´énergie atomique, annonçait que, le 9 février, l´Iran allait entreprendre d´enrichir de l´uranium à 20% à l´usine de Natanz, et a noté que, malgré sa capacité à enrichir de l´uranium à n´importe quel niveau, l´Iran préférait acquérir d´un pays étranger le combustible nucléaire nécessaire. En outre, il a déclaré que l´Iran allait construire dans l´année (entre mars 2010 et mars 2011) dix centres d´enrichissement d´uranium. [9]

Le quotidien conservateur Kayhan, proche de Khamenei, publie même dans un éditorial du 9 février que l´Occident a manqué l´occasion d´empêcher l´Iran de dépasser un enrichissement à 5%, et qu´à la minu te où l´Iran aura entrepris d´enrichir de l´uranium à 20%, l´Occident ne sera plus en mesure de stopper sa progression. Car alors, l´Iran n´acceptera pas de s´arrêter à 20%, et les négociations porteront sur un enrichissement à un niveau supérieur. [10]

Il convient de noter que l´Iran possède 1600 kg d´uranium enrichi à 5% (5% est le niveau autorisé par l´AIEA pour la production d´énergie ; le pays doit annoncer ses activités d´enrichi ssement et obtenir une approbation préalable). Toutefois, le pays œuvre activement pour enrichir plus d´uranium, bien qu´il n´ait pas d´usine ou de réacteur nucléaire nécessitant de telles quantités d´uranium enrichi pour pouvoir fonctionner. En outre, le réacteur de Bushehr, qui n´a pas encore commencé à fonctionner, ne nécessite pas d´uranium enrichi localement, car en vertu de l´accord que l´Iran a signé avec Moscou en 2005, Moscou fournit le combustible nucléaire nécessaire à son fonctionnement ; l´Iran le reçoit depuis 2007.

Dans ces circonstances, il est très curieux que M. Salehi, directeur de l´Organisation de l´énergie atomique iranienne, ait annoncé la construction par l´Iran de dix nouveaux centres d´enrichissement d´uranium ; cela signifie que l´Iran peut être suspecté d´enrichissement d´uranium à des fins militaires.

Faiblesse de l´Occident dans le traitement du problème nucléaire iranien

A maintes reprises, l´Occident a appelé l´Iran à tenir compte de ses ultimatums, dont l´Iran sait bien qu´ils ne sont pas effectifs. Cette approche révèle au grand jour l´incapacité de l´Occident, et en particulier des Etats-Unis et de l´Europe, de traiter avec l´Iran sur les questions vitales relatives à la sécurité et la stabilité mondiales.

La réticence de l´Occident à reconnaître publiquement que le « marché » qu´il propose ne vise pas véritablement à aider l´Iran, comme il le prétend, mais à empêcher l´Iran d´utiliser l´uranium enrichi à des fins militaires, ôte à l´Occident toute crédibilité face à Téhéran.

  • A. Savyon est directrice du projet sur les médias iraniens. ---------------- Notes : [1] Kayhan (Iran), 9 février 2010. [2] Il convient de rappe ler que les pourparlers de Vienne d´octobre 2009 n´ont pas donné lieu à un accord. L´Iran a affirmé que les pourparlers ne portaient même pas sur l´avenir de son programme nucléaire, mais sur sa demande d´acquérir de l´uranium enrichi à 20% pour l´exploitation de son réacteur de recherche de Téhéran. Voir l´Enquête et analyse n ° 557 et n° 564 du MEMRI pour plus d´informations sur le sujet. [3] Al-Alam (Iran), 7 février 2010. [4] ILNA (Iran), 6 février, 2010. [5] Fars, Iran, 6 février, 2010. [6] Fars (Iran), 6 février, 2010. [7] ILNA (Iran), 7 février 2010. La site présidentiel officiel d´Ahmadinejad le cite en ces termes : « Aujourd´hui, nous pouvons fièrement annoncer que les scientifiques et experts de notre pays repoussent les frontières de la connaissance dans le domaine du laser, et peut-être n´y a-t-il qu´un seul pays qui nous a préc� �dés [dans ce secteur] ; il nous faut réduire cet écart rapidement en redoublant d´efforts... L´enrichissement d´uranium par laser permet d´enrichir diverses quantités d´uranium avec une grande précision et à une grande vitesse pour une qualité appropriée. Bien sûr, l´Iran n´a pas véritablement l´intention d´utiliser la technologie laser dans ce domaine, et avec la grâce de Dieu, nous allons commencer à enrichir de l´uranium à 20% à l´aide des centrifugeuses qui existent déjà, et nous n´aurons besoin d´aucune [aide extérieure] », site de la présidence iranienne (Iran), 7 février 2010. [8] Fars (Iran), 7 février 2010. [9] ISNA (Iran), 8 février 2010. L´agence de presse iranienne ILNA rapporte, citant Al-Jazeera, que l´Iran a informé l´AIEA qu´il commençait à enrichir de l´uranium à 20% dans l´usine de Natanz. IRLA (Iran), 8 février 2010. [10] Kayhan (Iran), 9 février 2010


Retourner à l'article Développements dans le programme nucléaire iranien : double duperie iranienne et occidentale

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.