Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Tsahal identifie Réguev et Goldwasser

Le Flash info du Jerusalem Post édition française

Les dépouilles ont été transportées à la base militaire de Shagra, au sud de Nahariya, où les familles pourront se recueillir seules.

Selon des sources militaires, la procédure d’identification a pris plusieurs heures en raison de l’état des corps. Les deux soldats ont par ailleurs été élevés au grade de sergents chefs à titre posthume.

Les cercueils d’Eldad Réguev et Ehoud Goldwasser avaient été remis à la Croix-Rouge avant de passer aux mains de l’armée israélienne. Au cours des premiers examens medico-légaux, le porte-parole de l’armée, Avi Benayahou, avait confié qu’Israël n’avait pas confiance en la procédure des Nations unies, préférant conduire son propre examen médical. Avant toute identification, les cercueils ont été minutieusement inspectés afin de vérifier qu’aucun explosif n’y avait été posé.

Le terroriste Samir Kuntar ainsi que quatre membres du Hezbollah capturés durant la seconde guerre du Liban ont été escortés, dans la nuit de mardi à mercredi, de la prison de Hadarim, près de Netanya, à une base militaire du Nord.

Vingt-trois camions de la Croix-Rouge, dans lesquels se trouvaient les corps de 185 Libanais et Palestiniens, ont quitté le cimetière près du kibboutz Amiad en direction de Rosh Hanikra. De là, les corps seront ensuite rendus au Liban dans le cadre de l’ultime étape de l’échange. Un camion israélien transportant les corps de 19 terroristes libanais avait déjà franchi le point de passage de Rosh Hanikra en fin de matinée.

Des soldats ont également été postés près du point de passage dans le cas où le Hezbollah profiterait de l’échange pour lancer une attaque.

Les familles effondrées à la vue des cercueils

Tout le voisinage s’est rassemblé autour de la famille Réguev, allumant des bougies à la mémoire du jeune soldat. Nasrallah va payer, jurent certains. La famille Réguev a éclaté en sanglots à la vue des deux cercueils. Des habitants de Kiryat Motzkin, où habitait Eldad Réguev, étaient venus soutenir la famille du soldat. Une cérémonie s’est organisée de façon spontanée.

Des proches de la famille ont allumé des bougies à l’entrée de la maison familiale, sous le portrait d’Eldad Réguev. Une note écrite à la main évoquait l’espoir de la famille de voir Eldad revenir en vie. Un ami des deux réservistes, appartenant à la même unité militaire, s’est effondré en voyant les images des cercueils au point de passage de Roch Hanikra.

« Nasrallah, tu vas payer », jurent quelques personnes présentes. Une voisine de la famille, Simona Adda, 68 ans, raconte que ses enfants ont grandi avec Eldad. « C’est un jour des plus tristes pour Israël. Ils nous ont fait attendre jusqu’à la dernière seconde pour connaître le sort de nos fils. » D’autres personnes critiquaient le Premier ministre, Ehoud Olmert, affirmant que ces soldats étaient morts pour rien.

Réactions

« C’est deux dernières années, nous avons découvert à quel point le peuple juif était merveilleux », a affirmé Shlomo Goldwasser, après le transfert du cercueil de son fils en Israël. « Nous voudrions remercier tout le peuple juif. Cette nation est notre réponse à Nasrallah, qui tente de jouer avec nos émotions », a-t-il ajouté, cherchant une lueur d’espoir dans cette journée de recueillement.

Tzvi Réguev, le père du soldat Eldad Réguev a acquiescé : « Je remercie le peuple juif, les médias et tous ceux qui sont intervenus en notre faveur. Nous avions espéré qu’Oudi et Eldad rentreraient vivants, maintenant nous devons nous adapter à cette nouvelle réalité. »

En sortant de la maison des Réguev, le général Gadi Shammi, qui avait confirmé plus tôt la mort de leur fils, a exprimé son admiration devant leur courage. « C’était une nouvelle très difficile pour eux », a-t-il affirmé. Mais malgré le chagrin, Shammi garde le sentiment d’avoir accompli une mission, celle d’avoir rapatrié ces hommes sur leur terre, en Israël.

Analyse : Une disparité d’images

Les Israéliens se préparent au déferlement d’images douloureuses qui ne manqueront pas d’accompagner l’échange entre le terroriste, jamais repenti, Samir Kuntar et les soldats réservistes Eldad Réguev et Ehoud Goldwasser. Cette semaine déjà, les images symbolisant les frustrations d’Israël ont été nombreuses : de vieilles photos nouvellement révélées de Ron Arad, une photo du président syrien Bachar Assad tournant le dos à Ehoud Olmert lors de la cérémonie du 14 juillet à Paris, celle d’Olmert, à la même cérémonie,le bras autour des épaules d’Hosni Moubarak.

Les visages affables d’Olmert et Abbas à Paris laissent pensif. Qu’est-ce qui peut bien les faire tant sourire ? L’image qui reste gravée dans nos esprits aujourd’hui reste celle d’un jeune homme de 32 ans, Ehoud Goldwasser. Cette photo a fait le tour du monde. Pourtant, la vie de cet homme - son amour pour sa femme Karnit, son travail à l’institut Technion, sa passion pour la photo - est restée largement inconnue malgré sa triste célébrité.

La même chose pourrait être dite d’Eldad Réguev, 27 ans. Sur sa photo, il semble insouciant, une paire de lunettes de soleil sur la tête, il sourit. Sa vraie vie est également largement méconnue. Ses amis le décrivent comme "un fanatique de football’ qui rêvait de devenir avocat.

Puis, il y a les photos impénétrables de Gilad Shalit, kidnappé le 25 juin 2006 et retenu par le Hamas à Gaza. Son calme et sa timidité transparaissent. Il apparaît parfois en uniforme, parfois en civil, habillé comme n’importe quel garçon, il fait encore plus jeune que ses 21 ans.

Cette journée va apporter son lot d’images difficiles. Des images montrant un Liban dominé par le Hezbollah célébrant le meurtre d’innocents, des images d’Israël pleurant ceux qui sont tombés. Cette disparité d’images reflète le fossé entre les valeurs soutenues par l’Etat juif et celles soutenues par trop de ses voisins.

AUTORITÉ PALESTINIENNE

Deux Palestiniens condamnés pour avoir “collaboré” avec Israël

A Djénine, un tribunal de l’Autorité palestinienne a condamné à mort deux Palestiniens pour “collaboration avec l’ennemi israélien” ce mardi. C’est la deuxième fois en moins de trois mois qu’un tribunal de l’AP inflige la peine de mort à des Palestiniens accusés de complot. En avril, un tribunal de Hébron a condamné à mort par fusillade Imad Saad, un membre de la Force de sécurité nationale.

Il était accusé d’avoir fourni des informations à Israël ayant conduit à la mort de 4 Palestiniens impliqués dans des activités terroristes.
Les deux hommes condamnés à mort mardi, Wael Saed, 27 ans et Muhammad Saed, 22 ans, habitent à Yatta, près de Hébron. Le second s’est enfui en Israël et a été jugé in absentia.

Le verdict est sans appel. Cependant, l’accord du chef de l’Autorité palestinienne est nécessaire pour qu’il puisse être appliqué. Or, Mahmoud Abbas, soumis à d’intenses pressions de la part des organisations de protection des droits de l’homme, n’a jamais autorisé aucune exécution. Néanmoins, certaines ont tout de même eu lieu.

Au moins 65 Palestiniens ont été condamnés à mort par différents tribunaux de l’AP depuis 1995. La plupart d’entre eux étaient accusés de collaboration avec Israël. Cependant, seulement 13 ont été pendus ou fusillés. De nombreux autres ont été tués lors de leur détention, lorsqu’ils étaient à l’hôpital ou encore dans l’enceinte même du tribunal.

Explosion de joie à Gaza

Les Palestiniens de la bande de Gaza s’échangeaient des sucreries dans les rues après la diffusion des images de cercueils remis à Israël par le Hezbollah. Des dizaines de Palestiniens agitant des drapeaux palestiniens et libanais ont manifesté leur joie à la perspective de la libération de Samir Kuntar qui vient de passer 29 ans dans les prisons israéliennes.

Kuntar avait été condamné à plusieurs peines de réclusion à perpétuité pour le meurtre de quatre Israéliens - un père, sa fille de quatre ans et deux policiers - lors d’une infiltration en 1979 à Nahariya, ville du nord d’Israël, à huit kilomètres de la frontière libanaise.

MOYEN-ORIENT

Le Liban fête le retour de Kuntar

Samir Kuntar et quatre autres prisonniers libanais recevront un accueil officiel à leur libération. Les cinq hommes doivent être accueillis à l’aéroport de Beyrouth par le Premier ministre Fouad Siniora et le président Michel Suleiman.

Un immense rassemblement devra suivre dans la banlieue du sud de la capitale où le leader du Hezbollah Hassan Nasrallah prononcera un discours, d’après la chaîne Al-Manar.

Selon l’agence de presse AFP, la route côtière allant de la frontière israélienne au port du sud de Sidon est actuellement remplie de décorations du Hezbollah. Des centaines de volontaires ont accroché des bannières pour acclamer le Hezbollah et le rôle qu’il a joué dans la libération des prisonniers.

Les rues du quartier de Kuntar, à Abey, ont été décorées avec des bannières pour le retour de l’ancien membre du Front de libération de la Palestine. Sur une des pancartes, on peut lire : « Samir Kuntar est la conscience du Liban, de la Palestine et de la nation arabe. Abey accueille le héros, le prisonnier Samir Kuntar ».

ÉCONOMIE

Un nouveau conduit d’eau à Jérusalem

Mekorot, la compagnie nationale des eaux, qui fournit 80 % de l’eau en Israël, espère régler le problème de pénurie à Jérusalem avec la construction d’un cinquième conduit d’eau dans la ville. La nouvelle canalisation - dont la trajectoire débutera à Houlda et passera par Kessalon avant d’arriver aux installations générales de Jérusalem - rejoindra les quatre autres conduites traversant la ville. Le dernier conduit avait été installé en 1994.

D’après Eli Ronen, directeur de Mekorot, ce projet répondra aux
besoins d’une population croissante et à l’expansion de la ville vers
ses nouveaux quartiers. « Le besoin en eau dépasse nos prédictions », ajoute Ronen. « Si nos calculs sont exacts, cette nouvelle canalisation fournira suffisamment d’eau pour les trente années à venir. C’est une entreprise gigantesque. Nous espérons que nous n’aurons pas à en construire d’autres avant longtemps. »
Selon le directeur de Mekorot, le conduit d’eau sera plus efficace que le précédent parce que son diamètre est plus important. Son coût s’élèvera à 2,5 milliards de shekels sur 7 ans.

SPORT

TOUR DE FRANCE : Nouveau cas de dopage

Moises Duenas Nevado a été contrôlé positif le 8 juillet à l’issue du contre-la-montre de Cholet, quatrième étape du Tour de France 2008, a précisé Pierre Bordry. Le coureur, qui était 19e au classement général à l’issue des dix premières étapes, a été placé en garde à vue par les policiers, qui l’ont brièvement interrogé à l’hôtel de son équipe Barloworld à Tarbes (Hautes-Pyrénées), a-t-on appris de source policière.

Il s’agit du deuxième cas de dopage sur la Grande Boucle cette année, après celui, là aussi à l’EPO, de l’Espagnol de la Liquigas Manuel Beltran, contrôlé après la première étape et exclu de la course.

La 11e étape du Tour de France ce mercredi sera disputée sur 167,5 kilomètres entre Lannemezan et Foix. Le Luxembourgeois Frank Schleck est preneur de toutes les idées qui lui permettraient d’effacer son déficit d’une seconde par rapport au leader australien de la Grande Boucle, Cadel Evans.



Retourner à l'article Tsahal identifie Réguev et Goldwasser

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.