Israël ne va probablement pas exercer de représailles, en espérant que cela empêchera la reprise du cycle de violence et mettra toute la responsabilité sur Arafat.

vendredi 30 janvier 2004

Uri Glickman - Ma’ariv


Il est probable qu’Israël ne va pas prendre n’importe quelle mesure militaire résolue pour venger l’attentat terroriste de Jérusalem, dans lequel 10 Israéliens ont été assasinés par le terroriste-suicide qui s’est fait sauter dans l’autobus bondé.

Après une réunion d’urgence, les sources de Tsahal ont dit à Ma’ariv qu’Israël n’allait pas prendre de mesures résolues. Aucune opération militaire principale n’a été considérée et aucune fermeture générale ne sera imposée aux territoires. On peut supposer qu’Israël espére que ce sera un incident isolé.

Le fait que ce soit le Fatah d’Arafat qui ait revendiqu l’attentat-suicide pourrait mettre le projecteur sur lui et permettre aux forces de sécurité Palestinienne de se charger de l’infrastructure terroriste. Il risquer probablement de perdre la protection internationale, ce qui empêchait, jusqu’à présent, Israël de l’expulser.

Le ministre des Affaires Etrangères Silvan Shalom et le Ministre de l’Agriculture Israël Katz ont tous les deux invités le gouvernement à expulser Arafat. « Il est un obstacle pour la paix, un dirigeant qui incite, facilite et encourage le terrorisme »


Articles des brèves

Mots-clés

Accueil